ActualitésLa surexploitation des zones humides endommage cet écosystème fragile

Actualités

Tanger-mobilisation-protection zones humides-ecologie
15 Mar

La surexploitation des zones humides endommage cet écosystème fragile

Tanger-Les participants à une réunion régionale sur les zones humides dans le nord du Maroc ont averti qu’une surexploitation conduirait à la dégradation de l’écosystème de ces zones, qui renferment un important potentiel écologique et économique.

Les intervenants à cette rencontre, organisée par l’Alliance marocaine pour le climat et le développement durable dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, ont souligné que les activités humaines et le changement climatique entrainent la perte de la biodiversité dans les zones humides.

Dans une déclaration à la MAP, le président de l’Alliance, Ahmed Achernan, a indiqué que la réunion vise à unifier les efforts de la société civile pour servir de force de proposition et plaidoyer en faveur des zones humides, tout en encourageant la valorisation de son exploitation.

M. Achernan a noté qu’en l’absence de données officielles sur le nombre et la superficie des zones humides dans le nord du Maroc, la rencontre tente de recenser ces zones humides et d’oeuvrer pour qu’elles soient classées réserves naturelles afin de mettre un terme à la « campagne féroce » à laquelle elles sont soumises en raison de l’exploitation humaine.

Pour sa part, Abdelaziz Hajjaji, Directeur régional du Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, a souligné que « les zones humides jouent un rôle important dans la préservation de l’environnement, et regorgent de ressources considérables qui doivent être exploitées dans les activités à valeur ajoutée, telles que la pêche artisanale et sportive”.

Mettant en exergue le rôle environnemental des zones humides, en particulier dans la réduction de la sécheresse et la conservation de la biodiversité, M. Hajjaji a averti que cet écosystème est « très fragile et vulnérable aux activités humaines irrationnelles », appelant à redoubler d’effort pour les préserver.

Selon l’Alliance, la région du nord compte quatre zones humides classées conformément à la convention Ramsar, à savoir Taheddart (14.000 hectares), la plaine de l’Oued Loukkos (3.600 ha), le plateau de sable entre Larache et Kénitra (13.000 ha) et le lac Asmir (8.000 ha).

Voir Aussi