ActualitésThaïlande-COP24: baisse de 12% des émissions en dioxyde de carbone entre 2013 et 2016

Actualités

epa07196882 Smoke rises from chimney of the gas boiler house as the temperature dropped to minus 14 degrees Celsius in Moscow, Russia, 29 November 2018. According to a report by the UN, CO2 emissions have gone up for the first time in four years. The report comes just days ahead of the COP24 United Nations Climate Change Conference taking place in Poland from 02 to 14 December.  EPA-EFE/MAXIM SHIPENKOV
10 Déc

Thaïlande-COP24: baisse de 12% des émissions en dioxyde de carbone entre 2013 et 2016

Bangkok – Selon l’Office des ressources naturelles et de la planification environnementale qui supervise la politique de la Thaïlande en matière de lutte contre le changement climatique, le secteur énergétique thaïlandais a réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 45,72 millions de tonnes équivalent en dioxyde de carbone entre 2013 et 2016, soit une baisse de 12% des émissions du pays.

Ces progrès ont impliqué plusieurs mesures, notamment la promotion de l’éclairage à basse consommation, le développement des transports en commun, l’optimisation de la consommation de l’énergie dans les bâtiments publics, ainsi que le développement des énergies renouvelables (solaire, biomasse et biogaz), d’après l’Office.

Le rapport de l’Office rendu public à l’occasion de la participation du pays à la COP24 à Katowice, en Pologne, rappelle que le gouvernement thaïlandais s’est engagé à réduire les émissions des gaz à effet de serre de 20 à 25% d’ici 2030, soit au moins 115,6 millions de tonnes équivalent en dioxyde de carbone dans les secteurs de l’énergie, des transports, de l’industrie et des déchets.

Inde-GPL

Le « Pradhan Mantri Ujjwala Yojana» (PMUY), un projet qui vise à fournir chaque ménage en gaz de pétrole liquéfié (GPL) pour remplacer le bois ou le charbon, a réalisé de bons résultats dans la lutte contre la pollution de l’air, selon un nouveau rapport publié samedi.
Selon le rapport, réalisé par le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), la Fondation pour la santé publique de l’Inde (PHFI) et le ministère de la Santé et du Bien-être de la famille, la pollution de l’air domestique est principalement due à la combustion résidentielle de combustibles solides pour la cuisson et, dans une moindre mesure, le chauffage.

Les principaux types de ces combustibles domestiques sont le bois, le fumier, les résidus agricoles, le charbon et le charbon de bois, indique le rapport.

« L’Inde a de plus en plus de volonté politique de lutter contre la pollution de l’air. La réduction de la pollution de l’air domestique est facilitée par ce projet », a déclaré le professeur Balram Bhargava, chercheur au ministère de la Santé.

Australie-faune

Un marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de « rat-kangourou » a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l’extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, selon World Wildlife Fund (WWF).

Il ne reste plus que deux populations de bettong du Nord sur les côtes tropicales humides du Nord de l’Etat du Queensland, indique l’ONG dans un rapport, ajoutant qu’ils sont tout au plus 2.500 individus, soit un recul de 70% sur 30 ans.

Ces animaux nocturnes qui font la taille d’un lapin sont menacés par les chats sauvages, la déforestation et les feux de forêt, lesquels sont devenus plus fréquents et plus destructeurs en raison du changement climatique.

« Nous savons qu’avec le changement climatique, un gigantesque feu de forêt pourrait survenir très prochainement », a expliqué Tim Cronin, directeur de WWF pour la préservation des espèces en Australie, dans un communiqué.

« Quand on a une seulement une population isolée, les risques sont très élevés », souligne-t-il.

D’après WWF, il faut absolument établir « une population » de bettongs du nord qui servirait « d’assurance » et qui serait protégée des feux de forêts et des prédateurs. Il faut aussi songer à faire passer la classification des « rat-kangourous » d’espèce « en danger » à espèce « en danger critique ».

Indonésie-Intempéries

Des inondations et des glissements de terrain ont frappé dimanche la province de Java oriental, dans l’ouest de l’Indonésie, faisant 4 morts et 236 déplacés.

L’éboulement sur le flanc d’une colline a englouti une maison où se trouvaient les quatre victimes, dans le village de Sidomulyo du district de Pacitan, a annoncé dimanche, Rahmat Salasa, responsable de l’agence de gestion et de prévention des catastrophes du district.

En parallèle, de fortes averses ont provoqué des inondations avec une hauteur des eaux de 50 centimètres, obligeant plus de 200 habitants du district à évacuer leur domicile vers des lieux plus sûrs.

Des inondations et glissements de terrain qui se produisent fréquemment en Indonésie à l’occasion des pluies de mousson font de nombreuses victimes et provoquent d’importants dégâts matériels.

Chine-pollution

Le ministère chinois de l’Ecologie a annoncé samedi que quelque 2.177 personnes dans dix provinces ont été tenues responsables d’actes de dégradation de l’environnement dans le cadre de vastes inspections environnementales menées à travers le pays.

Les équipes d’inspection envoyées par le gouvernement central avaient traité des plaintes du public concernant 38.133 affaires dans différentes provinces du pays.

A ce jour, les gouvernements locaux ont traité 26.873 affaires et imposé des amendes de 214 millions de yuans (31,2 millions de dollars). Quelque 88 personnes ont été arrêtées.

Les équipes d’inspection ont également rendu publiques 27 affaires typiques pour prévenir la reproduction d’actes nuisibles à l’environnement de la part des entreprises, indique le ministère.

Voir Aussi