ActualitésThaïlande: l’opposition de la population oblige les autorités à reconsidérer l’impact sur…

Actualités

In this photo taken on November 19, 2015, smoke belches from a coal-fueled power station near Datong, in China's northern Shanxi province.  For decades coal has been the backbone of the northern province of Shanxi, providing livelihoods for millions of miners, while private jet owning bosses became notorious for their nouveau riche lifestyles. / AFP PHOTO / GREG BAKER
20 Fév

Thaïlande: l’opposition de la population oblige les autorités à reconsidérer l’impact sur l’environnement de deux centrales à charbon en projet

Bangkok – Après une grève de la faim devant une représentation de l’ONU à Bangkok, les représentants des habitants de deux villes du sud de la Thaïlande ont obtenu, mardi, gain de cause en amenant les autorités à reconsidérer l’impact sur l’environnement de deux centrales à charbon qu’elles comptaient installer près des deux cités.

Le ministre thaïlandais de l’Energie, Siri Jiraphanpong, a rencontré les manifestants qui observaient un sit-in et une grève de la faim devant un bâtiment de l’ONU à Bangkok pour négocier la fin de ce conflit, a-t-on annoncé de source officielle, précisant que le ministre a accepté l’abandon d’une étude d’impact favorable au projet des deux centrales à charbon.

Il a été convenu de charger des experts indépendants pour réaliser les évaluations environnementales et stratégiques (EES) qui détermineront le sort des deux projets prévus aux alentours de Krabi et Songkhla, des villes côtières sur la mer d’Andaman.

Le ministre et des représentants des habitants opposés aux deux centrales à charbon ont signé un protocole d’accord formalisant ce compromis.

Prasitchai Nu-Nuan, un leader du collectif «Save Andaman», a qualifié ce dénouement de succès pour les opposants aux centrales à charbon, affirmant sa conviction que le projet sera abandonné si les études d’impact sont réalisées dans la transparence et la neutralité.

Les habitants des deux villes de Krabi et Songkhla, rejoints par des organisations de protection de l’environnement, ont mené une longue lute contre les deux centrales électriques à charbon. Les protestataires craignent un impact dévastateur sur l’environnement, ainsi que sur la pêche et le tourisme qui constituent les secteurs majeurs de l’économie locale.

Voir Aussi