ActualitésThaïlande: plusieurs régions du pays souffrent de la sécheresse

Actualités

Un paysan-éleveur du Larzac Francis Roux examine les dégâts occasionnés sur son champ de luzerne par de nombreux criquets, le 19 juillet 2005 à la Couvertoirade. Les criquets qui pullulent depuis le mois de juin dernier dans le sud de l'Aveyron se sont répandus en arrivant à l'âge adulte jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres de leur épicentre, autour de Saint-Affrique. AFP PHOTO ERIC CABANIS / AFP PHOTO / ERIC CABANIS
20 Oct

Thaïlande: plusieurs régions du pays souffrent de la sécheresse

New Delhi – Les autorités thaïlandaises du secteur de l’agriculture ont annoncé que plusieurs régions du pays souffrent de sécheresse cette année en raison d’une baisse des précipitations durant la saison des moussons.

Près de la moitié des 32 districts de la province de Nakhon Ratchasima (nord-est) ont été déclarés touchés par la sécheresse. La province dans son ensemble et de nombreuses autres régions du pays sont confrontées à la perspective de graves pénuries d’eau, ont annoncé les autorités.

La situation est particulièrement préoccupante à Nakhon Ratchasima où 700.000 rai de terres agricoles, principalement du paddy, ont déjà été endommagés par la sécheresse, précise-t-on de même source.

La situation dans la province de Khon Kaen est aussi préoccupante puisque l’un des principaux barrages n’est qu’à 35% de sa capacité de stockage. Les autorités ont déclaré qu’ils envisagent d’établir un plan rigoureux de gestion des eaux et de recourir aux techniques d’insémination des nuages pour obtenir des précipitations abondantes avant la fin de la saison pluvieuse.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Asie-Océanie pour la journée du samedi 20 octobre 2018:

Inde-Pollution

La région de New Delhi a connu jeudi une qualité de l’air « très mauvaise », qui, selon les experts, pourrait se détériorer davantage au cours des prochains jours en raison des conditions météorologiques, de la combustion du chaume et de la saison des festivals.

Delhi et les régions voisines ont également enregistré une poussée de polluants liés aux particules, allant de faible à des niveaux élevés dans certaines régions qui dépassaient de trois à sept fois les limites acceptables.

Les incendies de chaume se sont multipliés dans les États voisins du Pendjab et de l’Haryana, des militants de l’environnement affirmant que les agriculteurs ont intensifié l’incinération des récoltes pour protester contre le manque de soutien officiel du gouvernement.

Pour diverses raisons météorologiques, il y a eu une augmentation soudaine de la concentration de particules de PM ,5, principal polluant de l’air au cours des dernières 48 heures.

Indonésie-Palu-Reconstruction

Le gouvernement indonésien a décidé au cours de la semaine de reconstruire la ville de Palu, qui compte plus de 300 000 habitants, sur un autre site.

« Cela est à cause de trois facteurs: le tremblement de terre, le tsunami et la liquéfaction des sols, on ne peut pas la rebâtir sur son emplacement actuel », a déclaré le ministre des Travaux publics et du Logement social, Basoeki Hadimoeljono, au palais présidentiel, notant que trois sites de « relocalisation” sont envisagés.

Le plan de la nouvelle Palu sera examiné dans deux semaines avec le vice-président, Jusuf Kalla, en coopération avec l’Agence nationale de la gestion des catastrophes, l’Agence de planification du développement, l’Agence de météorologie, de climatologie et de géophysique, ainsi que des géologues.

Chine-pollution

Des chercheurs américains et chinois ont suggéré de contrôler les émissions de formaldéhyde, un autre polluant que celui visé par les actions anti-pollution actuellement en Chine, (le dioxyde de soufre) afin de réduire la pollution atmosphérique hivernale dans le pays.

L’étude conjointe, publiée jeudi dans la revue scientifique Geophysical Research Letters, a été menée en collaboration par l’Université de Harvard, l’Université de Tsinghua et l’Institut de technologie de Harbin.

« Nous prouvons que les politiques visant à réduire les émissions de formaldéhyde pourraient être bien plus efficaces pour atténuer le brouillard hivernal que les politiques portant uniquement sur la réduction du dioxyde de soufre », soulignent les auteurs de l’étude.

Bien que les émissions de dioxyde de soufre aient été considérablement réduites dans l’est de la Chine depuis 2005, la pollution atmosphérique par les particules fines n’a pas été éliminée.

Les principales sources d’émissions de formaldéhyde dans l’est de la Chine sont les véhicules et les grands sites industriels comme les raffineries chimiques ou pétrolières, d’après cette étude.

Vietnam-satellite

Le Vietnam construit un satellite d’observation de la terre pour prévenir les catastrophes naturelles et l’impact du changement climatique.

Le Vietnam est parmi les 10 pays les plus vulnérables aux changements climatiques dans le monde et le satellite, construit en collaboration avec le Japon, est susceptible d’atténuer 10% des effets des catastrophes naturelles.

Le pays d’Asie du Sud-Est perd chaque année 1,5% de son PIB en raison du changement climatique, sans compter le nombre de victimes.

Le projet, d’une valeur de 301 millions de dollars, devrait utiliser les fonds japonais d’aide publique au développement et le budget de l’État.

Australie-carbone

 L’Opéra de Sydney a officiellement été déclaré « carbone neutre », soit cinq ans plus tôt que prévu.

  Le monument a ainsi atteint la neutralité carbone, c’est-à-dire qu’il est parvenu à réduire au maximum ses émissions de dioxyde de carbone et à contrebalancer ses émissions restantes en investissant dans des projets écologiques.

   En partenariat avec l’entreprise Energy Australia, l’opéra a réussi à diminuer sa consommation d’électricité de 14 % par rapport à 2011 grâce à plusieurs aménagements.

 

 

Voir Aussi