ActualitésBelgique: Traitement de 157.000 tonnes de PMC grâce au sac bleu

Actualités

déchets-Eco
17 Avr

Belgique: Traitement de 157.000 tonnes de PMC grâce au sac bleu

Bruxelles – Sur les 183.000 tonnes de déchets d’emballages ménagers mis sur le marché belge chaque année, les neuf centres de tri du pays traitent environ 157.000 tonnes de PMC (flacons et bouteilles en Plastique, emballages Métalliques et Cartons à boissons) collectés grâce au sac bleu.

Ces déchets plastiques ont été au coeur du premier volet de l’étude présentée par la fédération belge des recycleurs « Coberec-Go4Circle » et la ministre belge de l’Environnement et du Développement durable Marie Christine Marghem.

L’étude montre que 84 % de ces déchets, soit environ 132.000 tonnes d’emballages en plastique, sont recyclés, le reste étant constitué de la matière perdue à cause notamment des erreurs de tri et des déchets collectés mais non recyclés.

Parmi les pistes proposées pour minimiser les pertes, les recycleurs plaident pour l’intégration de cette matière qui échappe à un nouveau cycle de vie en encourageant notamment l’adoption d’emballages composés d’un seul matériau, l’utilisation des plastiques PET (recyclables à 100%) transparents, plus identifiables lors du tri optique, ou encore la réduction de la taille des manchons qui habillent les bouteilles.

Ce point reste un sujet de discorde pour les producteurs, représentants des consommateurs et recycleurs, les uns avançant l’attractivité et la protection du produit, les autres dénonçant des matériaux perdus car difficilement séparables.

« Cette étude veut justement instaurer la base d’un dialogue entre tous les acteurs du cycle de vie d’un emballage », a commenté la ministre de l’Environnement et du Développement durable Marie Christine Marghem.

La Belgique qui affichait en 2015, selon Eurostat, le meilleur taux de recyclage des emballages en Europe, aspire à faire encore mieux pour devenir le leader européen de l’économie circulaire.

Madrid, – Une équipe de scientifiques du Réseau des observatoires des écosystèmes sensibles en Espagne a mis en garde contre les effets des changements climatiques sur les lacs et les tourbières des Pyrénées.

Selon un communiqué du gouvernement d’Aragon, cette mise en garde a été formulée lors d’une journée d’étude organisée récemment à Huesca avec la participation de chercheurs, entrepreneurs et responsables.

Les scientifiques ont donné un diagnostic sur la situation écologique de les lacs des Pyrénées et l’impact sur ces écosystèmes du changement climatique et de l’activité humaine.

L’accent a été mis sur la nécessité de promouvoir un développement durable de ces écosystèmes.

Voici, par ailleurs, le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du mardi 17 avril 2018:

– Les espèces envahissantes sont la principale cause d’extinction dans la nature, selon un communiqué du centre de la Méditerranée de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), basé à Malaga (sud de l’Espagne).

Ces espèces sont responsables à elles seules de 16 pc des extinctions à travers le monde, relève la même source, ajoutant que ce pourcentage s’élève à 40 pc lorsque ce facteur est combiné à d’autres causes

La même source estime qu’il s’agit d’un grand défi à relever pour la conservation de la biodiversité.

Londres- De plus en plus, les londoniens utilisent le vélo dans leurs déplacements urbains, ce qui a permis à la capitale britannique de réduire les embouteillages de 40 pc depuis 1999, selon une étude publiée par le quotidien Guardian.

Cette enquête, qui a duré cinq ans et concerné 250 000 travailleurs britanniques, a montré que 160 000 personnes qui utilisent leur vélo pour se rendre à leur lieu de travail affichent un faible taux de maladies cardiovasculaires et de cancers en comparaison avec les automobilistes ou les usagers des transports en commun.

De plus, le vélo est un moyen de transport qui n’émet pas de gaz à effet de serre. Il est silencieux et beaucoup moins onéreux qu’une automobile. Il a un impact positif sur la santé des cyclistes.

Les écologistes se réjouissent des conclusions de cette étude puisque la pollution atmosphérique tue annuellement plus de 9000 de personnes à Londres.

Pour combatte cette pollution, le maire de Londres Sadiq Khan a pris plusieurs mesures et instauré des zones à faible émissions. Les véhicules pollueurs doivent payer une taxe supplémentaire de 11,50 livres par jour pour circuler en centre-ville.

Paris,-  La France a salué l’adoption par l’Organisation maritime internationale, le 13 avril, d’une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre des navires, assurant qu’elle y œuvrait depuis plusieurs années et avait pris l’initiative, lors du « One Planet Summit » du 12 décembre 2017, de proposer avec les îles Marshall une déclaration en ce sens soutenue par 48 Etats.

Cette stratégie place le transport maritime sur la voie d’une réduction de l’intensité carbone d’au moins 40 % d’ici à 2030, dans la perspective d’une réduction de 70 % d’ici à 2050 et d’une réduction absolue du volume des émissions d’au moins 50% en 2050 par rapport à 2008, a indiqué le Quai d’Orsay, notant qu’il s’agit d’une étape importante dans la décarbonation du transport maritime international, en cohérence avec les objectifs de l’accord de Paris, et dans la mobilisation des industries concernées pour y parvenir.

Le transport maritime international émet actuellement l’équivalent des émissions du 6ème plus grand émetteur mondial, a ajouté la même source, relevant que si rien n’avait été était entrepris, ces émissions auraient pu augmenter de 50 à 250 % d’ici 2050.

Voir Aussi