ActualitésTunisie: lancement du programme d’adaptation aux changements climatiques dans des zones vulnérable

Actualités

01 Nov

Tunisie: lancement du programme d’adaptation aux changements climatiques dans des zones vulnérable

Tunis – Le programme d’adaptation aux changements climatiques dans des zones vulnérables à Bizerte, au Kef, à Siliana, au Kairouan et à Sidi Bouzid, a été lancé récemment, moyennant un financement de 56,11 millions d’euros (près de 183,599 MD), pour contribuer au développement économique, environnemental et social durable dans ces régions, selon le directeur général de l’aménagement et de la préservation des terres agricoles, Hassen Chourabi.

Ce programme qui s’étale sur six ans, concernera les localités de Arab, Sidi Issa (Bizerte) Msaïd-Sayeda Nord, Misyouta Hinchir Nord (Kairouan), Leksour, Aïn Fadhel (Le kef), Laâyoun et Rihana (Sidi Bouzid) Kabel et Sidi Mansour (Siliana).

Ces localités ont été choisies sur la base des critères liés à la détérioration des niveaux économique et social, à la surexploitation des ressources naturelles et leur enclavement, souligne la même source.

Elle explique que ce programme vise à créer une nouvelle dynamique dans le développement agricole, à améliorer l’infrastructure et à favoriser le développement agricole et les projets générateurs des revenus, à préserver les ressources en eau et du sol à travers la mise en place d’une plateforme de dialogue réunissant les différents intervenants sur le plan local, afin de préparer des projets et des plans d’aménagement territorial pour ces régions.

Ce programme répond aux enjeux actuels et réels auxquels est confrontées la Tunisie, en raison des changements climatiques (inondations, sécheresse, pluies diluviennes…), a noté de son côté le directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), Gilles Chausse. L’AFD apportera un soutien technique et financier pour ce programme, grâce à un crédit et un don d’environ 51,5 millions d’euros, a-t-il dit, soulignant que le Fonds français pour l’environnement mondial apportera également au projet 2 millions d’euros.

***

-. Tozeur sera au centre d’un projet pilote qui vise à en faire un gouvernorat ami de l’environnement, à travers un plan de réduction de la consommation énergétique de plus de 20% dans le secteur de l’habitat. Le coup d’envoi officiel du projet, sera donné vendredi, à Tozeur. La demi-journée de travail qui se tiendra, à cette occasion, accueillera environ 150 représentants des différentes structures centrales et régionales concernées. Elle aura pour objectif de fournir un espace d’information aux différents acteurs du domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Les participants seront informés à propos des mesures que le gouvernement est en train d’adopter au niveau national pour développer l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Les plans d’action dans ce domaine et les spécificités du gouvernorat de Tozeur seront mis en évidence, ainsi que les expériences internationales les plus réussies dans la mise en œuvre de plans régionaux pour le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

***

Alger -. La problématique de l’assainissement des eaux usées se pose avec acuité dans la wilaya de Bouira où les trois barrages hydrauliques existants, qui mobilisent un volume d’emmagasinement avoisinant le milliard de mètres cubes, reçoivent des eaux usées et autres déchets toxiques à travers les cours d’eau, suscitant de l’inquiétude dès lors que cette situation a un impact direct sur la santé publique, selon la Direction de l’hydraulique de la wilaya.

En dépit des assurances faites par les responsables du secteur des ressources en eau quant à la potabilité des eaux provenant des barrages, destinées aux populations, le problème persiste. Le manque de stations d’épuration et le peu de moyens mobilisés pour le traitement des rejets posent problème et exposent ainsi la santé des citoyens au danger.

Des rejets toxiques et des produits cancérigènes, ainsi qu’un volume considérable d’eaux usées domestiques sont charriés directement vers le barrage Tilesdit, situé dans la commune de Bechloul, souligne la même source.

Et de préciser que l’origine de ce désastre réside dans les pannes devenues répétitives au niveau de la station d’épuration située à l’entrée est de la wilaya et aussi de la station de relevage des eaux usées réalisée au niveau du quartier Amar Khodja, soulignant que la station de relevage en question n’a jamais été mise en service.

Pour sa part, le directeur de l’Office national de l’assainissement (ONA), Amar Khendriche, a énuméré plusieurs points noirs constatés notamment sur les conduites et les réseaux, nécessitant des opérations de réhabilitation. «Cela ne sert à rien si on met en service la station de relevage, dès lors que des fuites demeurent à ce jour non réparées, a-t-il déclaré en confirmant qu’un volume important d’eaux usées sont déversées dans les oueds et charriées directement vers le barrage de Tilesdit.

Voir Aussi