ActualitésUSA : Les femmes enceintes exposées à des températures élevées ou à la pollution de l’air plus…

Actualités

La Russie
22 Juin

USA : Les femmes enceintes exposées à des températures élevées ou à la pollution de l’air plus susceptibles d’avoir des enfants prématurés

Washington -Les femmes enceintes exposées à des températures élevées ou à la pollution de l’air sont plus susceptibles d’avoir des enfants prématurés, en insuffisance pondérale ou mort-nés, et les mères et les bébés afro-américains sont affectés à un taux beaucoup plus élevé que la population en général, selon de nouvelles recherches approfondies examinant plus de 32 millions de naissances aux États-Unis.

La recherche s’ajoute à un nombre croissant de preuves indiquant que les minorités portent une part disproportionnée du danger de la pollution et du réchauffement climatique. Non seulement les communautés minoritaires aux États-Unis sont beaucoup plus susceptibles d’être plus chaudes que les zones environnantes, un phénomène connu sous le nom d’effet « îlot de chaleur », mais elles sont également plus susceptibles d’être situées à proximité d’industries polluantes.

« Nous savons déjà que ces résultats de grossesse sont pires pour les femmes noires », a déclaré Rupa Basu, l’un des auteurs du document et le chef de la section épidémiologique de l’air et du climat pour le Bureau de l’évaluation des risques pour la santé environnementale en Californie. « Il est encore plus exacerbé par ces expositions ».

La recherche, publiée jeudi dans JAMA Network Open, relevant du Journal de l’American Medical Association, présente certaines des preuves les plus radicales à ce jour reliant les aspects du changement climatique avec des dommages aux nouveau-nés. Le projet a examiné 57 études publiées depuis 2007 qui ont trouvé une relation entre la chaleur ou la pollution de l’air et les résultats des naissances aux États-Unis.

Voir Aussi