ActualitésLes usines suisses de retraitement des déchets appellent à créer des pipelines

Actualités

30 Mai

Les usines suisses de retraitement des déchets appellent à créer des pipelines

Berne- Les usines suisses de retraitement des déchets appellent la Confédération à créer un vaste réseau de pipelines pour exporter leur CO2 vers la Norvège, où il serait stocké dans d’anciens gisements de gaz naturel sous la mer du Nord, rapporte la télévision publique suisse RTS.

Les 30 usines suisses de retraitement des déchets produisent chacune plus de 100.000 tonnes de CO2 par an. Deux d’entre elles, celle de Monthey en Valais et celle de Linth à Glaris, ont lancé des projets pilotes visant à éliminer ces émissions. Elles veulent piéger le gaz carbonique qu’elles émettent à l’aide de filtres, relève la RTS, citant Walter Furgler, le directeur de l’usine de traitement des déchets de Linth qui a affirmé que « plusieurs usines semblables en Europe piègent déjà leur CO2, techniquement c’est tout à fait possible ».

Le potentiel de réduction des émissions CO2 des 30 usines suisses de traitement des déchets est grand : ensemble elles rejettent plus de 4 millions de tonnes de CO2 par an, soit 4,5% des émissions totales de la Suisse, selon la même source.

Dans une lettre adressée à la présidente de la confédération, Simonetta Sommaruga, leur association faîtière (ASED) demande à la Confédération de créer les bases légales nécessaires pour que le CO2 piégé dans les usines d’incinération puisse être transporté puis stocké.

Comme la Suisse ne dispose pas de capacité de stockage suffisante, les incinérateurs veulent relier leurs usines à un réseau de pipelines qui permettrait d’exporter ce gaz carbonique vers le nord de l’Europe.

Exporter du CO2 à l’étranger est toutefois aujourd’hui encore interdit. Pour que la Suisse puisse stocker son CO2 sous la mer, elle devrait ratifier les modifications de la Convention de Londres, un accord international qui protège les mers de la pollution.

Voir Aussi