ActualitésAu village de pêcheurs d’Amgriou, l’INDH fait le bonheur de la petite enfance

Actualités

Rwanda
23 Jan

Au village de pêcheurs d’Amgriou, l’INDH fait le bonheur de la petite enfance

Amgriou (province de Tarfaya) – La troisième phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a fait le pari d’investir dans l’apprentissage précoce en vue de l’impulsion du capital humain des futures générations pour l’accompagnement de l’individu depuis la petite enfance et tout au long de son cycle de vie.

A l’heure où la généralisation de l’enseignement préscolaire est érigée au rang de priorité nationale, d’importantes disparités liées à des facteurs économiques, sociaux et culturels persistent et plusieurs défis sont à relever pour améliorer et faciliter l’accès du plus grand nombre d’enfants à des structures d’accueil de qualité.

A Tarfaya, comme dans d’autres provinces du Royaume, l’appui au préscolaire en milieu rural défavorisé constitue un axe prioritaire destiné à soutenir le développement du capital humain des générations montantes.

Dans la Phase III, l’INDH ambitionne d’agir sur la disponibilité d’une offre préscolaire dans les zones rurales et reculées, de veiller à la qualité de l’offre préscolaire pour pallier l’hétérogénéité des systèmes actuels, de renforcer, si nécessaire, la prise de conscience des parties prenantes à l’importance de l’enseignement préscolaire afin d’augmenter la demande de la part des parents, notamment concernant la scolarisation des filles.

L’impact de la préscolarisation, notamment sur les déperditions scolaires, l’accès à l’école primaire et l’amélioration globale de la trajectoire scolaire, contribue in fine à l’amélioration de l’indice national de capital humain, en accroissant la durée moyenne de scolarisation, composante clé de l’indice du capital humain (ICH), a déclaré à la MAP Dahi Abdellah, chef de service des programmes I et II de l’INDH dans la province de Tarfaya.

A l’école d’Amgriou, un village de pêcheurs situé dans la commune de Tah, l’accent est mis sur « l’ouverture, l’apprentissage et l’éducation ».

L’appui de l’INDH à l’enseignement préscolaire dans cet établissement vise à apporter un concours précieux au développement socio-cognitif, physique, psychomoteur des petits écoliers, ainsi qu’à leur éveil intellectuel, a ajouté M. Dahi.

« Notre établissement a connu une grande évolution en matière de promotion du préscolaire au cours des dernières années grâce au partenariat tissé entre le ministère de l’Éducation nationale, l’INDH et la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire”, a relevé pour sa part Mohamed Dakkak, le directeur de cette école primaire, qui compte désormais environ 17 élèves en première et deuxième années du préscolaire.

Il a souligné que le soutien précieux de l’INDH a largement contribué à l’amélioration des conditions d’accueil des élèves à travers le renforcement des structures et l’équipement de la classe préscolaire, tandis que la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire a aidé à la mise en place d’un enseignement conforme aux besoins des enfants de ce niveau.

L’INDH adopte ainsi une réponse intégrée aux enjeux du préscolaire en harmonie avec les nombreuses initiatives publiques, parapubliques, privées et associatives visant à faciliter l’accès et améliorer ce type de l’enseignement, qui reste un facteur décisif pour la réussite sociale et économique des générations montantes et leur intégration au sein de la société.

Voir Aussi