CarrièresAgriculture : le rôle essentiel des aiguadiers au centre d’une rencontre à Berkane

Carrières

le rôle des aiguadiers dans l'agriculture d'une rencontre à Berkane
28 Déc

Agriculture : le rôle essentiel des aiguadiers au centre d’une rencontre à Berkane

Berkane- Le rôle essentiel des aiguadiers et agents de contrôle et de distribution de l’eau d’irrigation dans le secteur agricole a été, vendredi, au centre d’une session de sensibilisation et de formation tenue à l’Agropole de Berkane.

Cette rencontre, organisée par le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’Office régional de mise à niveau agricole de la Moulouya (ORMVAM), a été une occasion pour célébrer le rôle de ces acteurs dans la préservation des ressources en eau et la rationalisation de leur utilisation, ainsi que pour échanger les expériences et les expertises et promouvoir la formation des jeunes à ce métier en vue d’assurer la relève et compenser les départs à la retraite.

Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki, a souligné l’importance de cette session de sensibilisation qui porte sur une catégorie de professionnels assurant la gestion du réseau d’irrigation, affirmant qu’il s’agit de la première rencontre d’une série d’évènements similaires qui auront lieu au niveau de l’ensemble des offices régionaux de mise à niveau agricole du Maroc.

Les missions des aiguadiers et agents de contrôle et de distribution de l’eau, qu’ils relèvent du secteur public ou du privé, sont d’une importance capitale pour les périmètres irrigués, en particulier ceux liés à la grande hydraulique, a-t-il noté, ajoutant que l’objectif de cette rencontre est d’abord de rendre hommage au rôle de ces intervenants, et ensuite de souligner la relation étroite qui lie les aiguadiers aux usagers de l’eau d’irrigation, faisant de ces acteurs les principaux conseillers des agriculteurs et investisseurs dans le domaine agricole.

La rationalisation de l’utilisation des eaux d’irrigation est une nécessité compte tenu des contraintes structurelles que connait le Maroc en général et la région de l’Oriental en particulier, notamment le déficit en eau et l’irrégularité des ressources en raison des périodes de sécheresse résultant des changements climatiques, a dit M. Sadiki.

Dans ce sens, il a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement du Programme national d’économie d’eau d’irrigation, qui se trouve au cœur du Plan Maroc Vert, sachant qu’entre 70 et 75 pc du PIB agricole proviennent des périmètres irrigués et que l’agriculture et l’agro-industrie représentent, à leur tour, 20 pc du PNB.

Le secrétaire général du ministère a aussi mis en exergue les résultats des programmes de modernisation du réseau d’irrigation et de généralisation du système de goutte à goutte, qui ont été déployés, jusqu’à présent, sur une superficie globale de 560.000 ha à l’échelle nationale, ce qui a permis de dépasser l’objectif fixé pour 2020, à savoir 550.000 ha.

Ces efforts ont permis d’économiser deux milliards de m3 d’eau, soit l’équivalent des réserves du barrage Al Wahda, le plus grand du Maroc, a-t-il affirmé, ajoutant que les volumes économisés ont été utilisés à la fois pour l’extension des périmètres irrigués et pour l’intensification agricole, ce qui a eu des retombées bénéfiques en termes de volumes de production et de revenus pour les agriculteurs.

De son côté, le directeur de l’ORMVAM, Mahjoub Lahrach, a mis l’accent sur le rôle des aiguadiers et agents de contrôle et de distribution de l’eau d’irrigation en matière de préservation des ressources en eau et de garantie de l’efficience des réseaux d’irrigation, notant que le travail de ces acteurs, conjugué aux efforts des agriculteurs, a permis au périmètre irrigué de la Moulouya de consolider sa position notamment dans le secteur des agrumes, et ce contrairement à la tendance observée dans d’autres pays.

Il a également appelé ces intervenants à continuer à œuvrer au service de l’agriculture, en restant à l’écoute des agriculteurs et en les informant notamment sur le programme visant l’économie des eaux d’irrigation et sur les techniques d’irrigation par le goutte à goutte.

Cette rencontre, tenue avec la participation du directeur des ressources humaines au ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, d’élus et d’experts, a été marquée par la présentation des expériences des offices régionaux de mise en valeur agricole du Gharb et de Tadla en matière de distribution de l’eau d’irrigation, ainsi que par des ateliers touchant à différents aspects du travail des aiguadiers.

Voir Aussi