Entreprises« Statkraft » envisage de développer ses activités de recharge de véhicules électriques

Entreprises

epa07297206  A view on Audi cars on display, during the inauguration of the Brussels Motor Show in Brussels, Belgium, 18 January 2019. The motor show will run from 19 to 27 January 2019.  EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ
11 Mai

« Statkraft » envisage de développer ses activités de recharge de véhicules électriques

Oslo- L’entreprise publique norvégienne Statkraft envisage de développer ses activités de recharge de véhicules électriques en Allemagne et en Grande-Bretagne et compte céder d’autres centrales d’ici à la fin 2019.

Les activités de recharge de véhicules électriques (VE) constituent un marché en croissance pour les services publics et les concurrents nordiques Fortum et Vattenfall ont renforcé leur présence grâce à plusieurs acquisitions et coopérations à travers l’Europe.

« Nous examinons les sociétés de recharge de véhicules électriques en Allemagne et le Royaume-Uni pour des coopérations de recharge de véhicules électriques », a déclaré le directeur général de Statkraft, Christian Rynning-Tonnesen.

Le besoin de davantage de stations de charge augmente alors que les constructeurs automobiles introduisent une plus grande variété de modèles hybrides électriques et plug-in.

En Norvège, un record de 60% de tous les véhicules neufs vendus en mars étaient entièrement électriques.

Le responsable norvégien a indiqué que Groenn Kontakt, un opérateur de réseau de recharge de véhicules électriques contrôlé par Statkraft avec Agder Energi, prévoyait de s’étendre de la Norvège à la Suède.

Les marchés des véhicules électriques sur lesquels Statkraft se concentre sont la Norvège, la Suède, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Irlande, a-t-il ajouté.

Statkraft envisage d’investir environ 10 milliards de couronnes norvégiennes (1,14 milliard de dollars) dans des projets d’énergie renouvelable à l’horizon 2025.

Il a renforcé ses acquisitions dans la deuxième partie de l’année dernière, avec l’acquisition de barrages hydroélectriques au Brésil et en Inde, ainsi qu’un portefeuille de projets éoliens de 1 500 mégawatts en Irlande et en Grande-Bretagne.

En 2019, il a également acquis une participation de 61% dans la société de chargement de véhicules électriques eeMobility en Allemagne.

Voir Aussi