EntreprisesLes actions climatiques, loin d’être suffisantes pour maintenir le réchauffement en dessous de 2…

Entreprises

actions climatiques
10 Juin

Les actions climatiques, loin d’être suffisantes pour maintenir le réchauffement en dessous de 2 degrés

Oslo- Les actions climatiques actuelles sont loin d’être suffisantes pour mettre le monde sur la voie du maintien du réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés. Les émissions mondiales ont augmenté en 2018 pour atteindre un niveau record – et plus cela durera longtemps, plus il sera nécessaire de prendre des mesures énergiques pour atteindre les objectifs communs. La nécessité d’un changement rapide et significatif est de plus en plus urgente.

Telles sont quelques-unes des conclusions de la neuvième édition d’Energy Perspectives, un rapport qui voit d’être dévoilé par la compagnie norvégienne d’énergie Equinor, lequel propose une analyse globale des évolutions possibles des marchés macroéconomiques et énergétiques à l’horizon 2050. Le rapport se concentre en particulier sur les défis et les opportunités liés à la gestion de la demande de manière durable.

« Le monde progresse pour assurer l’accès à l’énergie à plus de gens. Nous constatons également une croissance record des nouvelles énergies renouvelables. Cependant, à mesure que le temps passe sans réduire les émissions mondiales de CO 2, la voie vers un avenir durable devient de plus en plus difficile« , a déclaré Eirik Wærness, économiste en chef chez Equinor.

L’avenir de l’énergie est incertain et le rapport décrit un vaste espace de résultats à travers trois scénarios. Le scénario de renouvellement montre un moyen d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris et de limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés. Ceci peut être réalisé par un resserrement rapide et significatif des politiques, une coopération mondiale, des développements technologiques et des changements substantiels dans le comportement des entreprises et des consommateurs.

Pour réussir, les changements dans les systèmes énergétiques mondiaux doivent être sans précédent et d’une portée considérable. La part de l’énergie solaire et éolienne dans la production d’électricité augmente déjà de 1% en 2007 à environ 7% en 2018. D’ici 2050, environ 50% de l’électricité devrait provenir de l’énergie solaire et éolienne, éliminant presque l’utilisation du charbon. Le parc automobile mondial doit également passer de moins de 1% à environ 90% d’électricité. Mais même cela ne suffit pas.

Chaque année qui passe sans que les émissions mondiales liées à l’énergie ne culminent, le défi de la réduction rapide des émissions devient presque exponentiellement plus grand.

Energy Perspectives comprend également un scénario de réforme fondé sur un resserrement des politiques pour atteindre les contributions déterminées au niveau national (NDC) promises à Paris en 2015, ainsi que sur les améliorations technologiques continues. Dans ce scénario, les émissions de CO2 liées à l’énergie culminent vers 2030, puis diminuent modérément, mais pas suffisamment pour atteindre les objectifs climatiques. Le troisième scénario, Rivalry, décrit un avenir où la transition énergétique est lente – en raison du manque de confiance, de la volatilité géopolitique et des solutions inefficaces.

La demande mondiale totale en énergie a augmenté de 2,3% en 2018, la plus forte depuis 2010. Chaque jour, le monde consomme environ 100 millions de barils de pétrole et 11 milliards de mètres cubes de gaz. Pour atteindre les ambitions de Paris, il faut que la demande de pétrole atteigne bientôt son pic.

Selon les différents scénarios, la demande projetée pour 2050 varie entre 52 et 118 millions de barils de pétrole et entre 9 et 13 milliards de mètres cubes de gaz par jour. En raison du déclin naturel, les champs de pétrole et de gaz existants ne sont pas suffisants pour répondre à cette demande.

De nouvelles ressources doivent être mises en service, également dans un scénario compatible avec l’objectif bien inférieur à 2 degrés. Le secteur non énergétique, y compris la pétrochimie, joue un rôle croissant dans la demande à long terme de pétrole et de gaz.

L’intérêt pour l’hydrogène en tant que carburant à zéro carbone est à la hausse. Le rapport montre comment l’hydrogène pourrait devenir une alternative propre pour les secteurs de l’industrie, du chauffage et des transports qui ne peuvent pas être facilement électrifiés, ainsi qu’une opportunité de stockage d’énergie, offrant potentiellement un levier supplémentaire pour réduire les émissions mondiales de CO2 .

L’analyse dans Energy Perspectives constitue un apport important aux priorités stratégiques d’Equinor, mais ne reflète pas les vues ou la stratégie de la société.

« Le but d’Equinor est de transformer les ressources naturelles en énergie pour les personnes et en progrès pour la société. Nous voulons que le mix énergétique mondial se transforme dans une direction durable et nous voulons participer à la formation d’un tel avenir. C’est la raison pour laquelle nous nous développons vers une société énergétique de grande envergure, produisant du pétrole et du gaz avec des émissions toujours plus faibles tout en bâtissant une position forte dans les nouvelles solutions énergétiques », a déclaré son président directeur Eldar Sætre.

 

Voir Aussi