EntreprisesDanemark: lancement de deux bacs à passagers à piles

Entreprises

Aerial picture shows the port in Helsinki 21 June 2006. Finland hopes to use its EU presidency term, starting 01 July 2006, to recover some of the bloc's credibility with voters by focusing on transparency and efficiency in the absence of far-reaching institutional reform. (Photo by PEKKA SAKKI / LEHTIKUVA / AFP)
19 Nov

Danemark: lancement de deux bacs à passagers à piles

Copenhague – La semaine dernière, la compagnie ForSea Ferries a officiellement lancé ses deux bacs à passagers à piles, Aurora et Tycho Brahe, qui assurent le transport des passagers dans la partie la plus étroite du détroit de Øresund, depuis la ville danoise de Helsingør jusqu’à Helsingborg en Suède.

Les batteries alimentant les traversiers sont rechargées à l’aide d’électricité provenant de sources renouvelables telles que le vent, l’eau et le soleil.

« Ce lancement marque une étape importante dans la stratégie verte de ForSea Ferries. Ce projet ambitieux signifie que les émissions combinées de CO2, de NOx et de particules de la société seront réduites de 65% lorsque les deux transbordeurs à haute fréquence utiliseront uniquement de l’électricité verte », a déclaré le PDG de ForSea Ferries, Johan Röstin.

« C’est une bonne nouvelle pour l’environnement dans et autour de l’Øresund, ainsi que pour les clients et les citoyens de notre région. En outre, cela montre qu’avec la détermination et la volonté d’investir, on peut atteindre des objectifs substantiels, y compris sur le front de l’environnement », a-t-il souligné.

Le projet a duré plus de trois ans avec un cadre financier d’environ 29 millions d’euros – le plus grand investissement autonome jamais réalisé par ForSea Ferrier. En outre, il a reçu un financement d’environ 12 millions d’euros de la part de l’Agence exécutive Innovation et Nextworks (INEA) de l’Union européenne.

Les bacs sont alimentés à des points de chargement automatisés à terre, où des robots industriels dans les deux ports gèrent le processus et maximisent le temps de chargement, garantissant ainsi une charge efficace des 640 batteries de chaque ferry en quelques minutes.

La puissance combinée des batteries des deux traversiers est de 8 320 kWh, ce qui correspond à 10 700 batteries.

« Nous avons achevé un projet pionnier et même si cela a parfois été difficile, cela en valait la peine. Nos employés et nos partenaires ont énormément contribué à l’efficacité des nouvelles technologies. Le résultat d’aujourd’hui est l’aboutissement d’efforts communs dont nous pouvons à juste titre être fiers », s’est félicité Johan Röstin.

Les gouvernements suédois et danois ont des objectifs climatiques ambitieux. La Suède aspire à la neutralité carbone d’ici 2045 et le Danemark à cesser complètement d’utiliser des combustibles fossiles d’ici 2050.

********************

.- Stockholm- Le groupe énergétique allemand E.on a décidé d’investir dans la construction d’un parc éolien onshore de 475 MW en Suède conjointement avec le gestionnaire de portefeuille suisse Credit Suisse Energy Infrastructure Partners (CSEIP).

E.on a annoncé dans un communiqué que CSEIP acquerrait 80% du capital de la société de projet Nysater et que l’investissement total est estimé à environ 500 millions d’euros. La compagnie d’électricité allemande, qui détiendra 20% du capital, sera responsable de la construction et de l’exploitation du parc éolien.

L’usine de Nysater sera construite sur un site du district de Vasternorrland, au centre de la Suède, près de Sundsvall. Il sera composé de 114 turbines Nordex d’une capacité comprise entre 3,9 et 4,4 MW, selon l’emplacement exact.

Les travaux de construction devraient débuter cette année et s’achever d’ici à la fin de 2021. Une fois opérationnel, le parc éolien vendra sa production à un « géant énergétique mondial » non identifié dans le cadre d’un contrat d’achat d’électricité.

E.on a indiqué qu’il prévoyait cette année de mettre en service environ 1 000 MW de parcs éoliens dans la mer Baltique, la mer du Nord, l’Italie et les États-Unis.

.-Helsinki- Le volume du stock sur pied des terres forestières et des terres forestières peu productives en Finlande est de 2 473 millions de mètres cubes et l’accroissement annuel est de 107 millions de mètres cubes, selon les dernières statistiques de l’Institut des ressources naturelles de Finlande (Luke).

L’augmentation moyenne du matériel sur pied par hectare est de 4,7 mètres cubes. L’augmentation annuelle du stock sur pied en forêt est de 4,4%.

La Finlande compte 26,2 millions d’hectares de terres forestières couvrant 86% de la superficie totale du pays. 77% des terres forestières sont des terres forestières et 9% des terres forestières peu productives.

« Un peu plus de la moitié des terres forestières sont sous propriété privée. L’État possède 35% et les entreprises 7% des terres forestières. Les municipalités, les paroisses et les associations possèdent 6% des terres forestières », a déclaré Kari T. Korhonen, scientifique principal de Luke.

Au total, 64% du volume du stock en croissance sur des terres forestières et des terres forestières peu productives est sous propriété privée. L’État détient la deuxième plus forte proportion du matériel sur pied (21%). Les entreprises en détiennent 9%, tandis que les municipalités, les paroisses et les associations en détiennent 6%.

« L’augmentation annuelle du stock sur pied de terres forestières et de terres forestières peu productives s’élève à 107 millions de mètres cubes. 72% de cette augmentation est située dans le sud de la Finlande et 28% dans le nord », a indiqué Korhonen.

.- Le gouvernement finlandais et le secteur minier estiment que les réserves de minerai de métal et le savoir-faire technologique pertinents sont des atouts importants pour convaincre les investisseurs asiatiques.

Parmi les principaux métaux utilisés dans les batteries, le nickel et le cobalt sont déjà exploités et traités en Finlande, et la première mine de lithium de l’Union européenne (UE) devrait y ouvrir ses portes en 2019.

Cet automne, la construction d’une usine de fabrication de produits chimiques pour batteries a débuté dans les mines de nickel Terrafame de Sotkamo, dans le nord-est de la Finlande. Une fois achevé en 2021, il devrait produire 170 000 tonnes de sulfate de nickel par an, un volume correspondant à un million de batteries de voiture.

Une société appartenant partiellement à l’État, Keliber, a annoncé la semaine dernière le lancement d’un programme d’essais visant à produire de l’hydroxyde de lithium, de plus en plus utilisé par les producteurs de batteries.

En 2015, l’exploitant initial des mines de nickel de Talvivaara a fait faillite, à la suite d’un désastre environnemental majeur dû aux problèmes rencontrés dans la production de nickel et de zinc basée sur la bio-dissolution.

Comme le nettoyage des vastes zones contaminées, y compris les voies navigables, aurait de toute façon été une dépense publique, le gouvernement finlandais a pris le risque d’une seconde tentative. Terrafame, une société d’exploitation minière à l’origine entièrement contrôlée par le gouvernement, a repris le site et les activités.

Cet automne, alors que le procès des crimes contre l’environnement contre les dirigeants de la société minière Talvivaara était encore d’actualité, Terrafame a réalisé un bénéfice et une production complète. Les problèmes rencontrés dans le processus de bio-dissolution ont été résolus.

La propriété de Terrafame par l’État est depuis tombée à 69%. Le principal investisseur privé est Trafigura, basé à Singapour. Selon les règles actuelles, la participation de l’État ne peut pas être inférieure à 50,1%.

.- Un récent sondage a révélé que la moitié des Finlandais ne souhaitent pas augmenter l’utilisation des forêts dans le pays, bien que des experts estiment qu’un tel usage ne serait pas incompatible avec la lutte contre le changement climatique.

Le sondage, publié ce weekend par une agence de presse en finnois, indique qu’un tiers de la population est en faveur de la réduction de la consommation de forêts, alors que seulement 10% d’entre eux approuvent un usage plus large.

La stratégie forestière nationale finlandaise vise une augmentation annuelle de 80 millions de mètres cubes. L’objectif est inférieur au niveau de sécurité environnementale de 84 millions défini par le Centre finlandais des ressources naturelles. L’année dernière, les arbres abattus en Finlande s’élevaient à 72 millions de mètres cubes.

Il existe au moins cinq grands projets d’expansion de l’industrie forestière en Finlande, qui nécessiteraient une augmentation de 17 millions par rapport au niveau actuel.

Les observateurs locaux ont noté que le climat actuel d’opinion en Finlande diffère remarquablement de la situation il y a un an.

.- La ville de Lappeenranta, dans l’est de la Finlande, compte augmenter son trafic aérien d’un demi-million de passagers au cours de la prochaine décennie, au risque de s’attirer les foudres de critiques qui craignent pour l’image de Lappeenranta comme ville écologique et ses objectifs neutres en carbone à long terme.

L’organisation environnementale WWF a désigné Lappeenranta comme l’un des finalistes du concours Earth Hour City en 2014 et 2016, félicitant la ville pour ses efforts variés visant à réduire les émissions.

Le défi « invite les villes à faire état d’engagements ambitieux et d’actions décisives pour le climat, en termes de réduction de gaz à effet de serre, ainsi que de bénéfices connexes qu’elles apportent en ce qui concerne la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique », a souligné l’ONG.

Lappeenranta se présente comme la « capitale climatique » de la Finlande, énumérant des politiques telles que la gestion efficace des déchets et l’initiative en ligne Green Campus de son université. Cependant, les vols commerciaux produisent de grandes quantités de dioxyde de carbone et d’autres polluants qui se retrouvent piégés dans l’atmosphère terrestre.

« Le trafic aérien n’est pas sur le point d’être stoppé au niveau mondial, et c’est également un moyen de transport important en Finlande », a déclaré le maire de la ville, Kimmo Jarva, ajoutant que « c’est pourquoi il est bon de disposer d’un aéroport local desservant l’ensemble du sud-est de la Finlande. »

La ville dépense actuellement environ 500 000 euros pour son aéroport chaque année.

La stratégie climatique de Lappeenranta comprend des objectifs ambitieux, tels que réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80% par rapport au niveau de 2007 d’ici 2030 et rendre la ville totalement neutre en carbone et zéro déchet d’ici 2050.

Voir Aussi