EntreprisesLe Maroc, un « pays ami de l’eau » conscient de l’importance de cette matière vitale (Président du…

Entreprises

28 Sep

Le Maroc, un « pays ami de l’eau » conscient de l’importance de cette matière vitale (Président du CME)

Rabat, 11/07/2016 (MAP), Le Maroc est un « pays ami de l’eau » qui est conscient de l’importance de cette matière vitale et « de la difficulté de la mettre à la disponibilité de l’industrie et de la population », a indiqué, lundi à Rabat, le président honoraire du Conseil mondial de l’eau (CME), Loïc Fauchon.

« Le Royaume est soucieux de la question de l’eau et de sa disponibilité », a dit M. Fauchon dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie d’ouverture de la Conférence internationale sur l’eau et le climat (CIEC).

Cette conférence est l’occasion pour préparer des « solutions concrètes répondant aux besoins quotidien de la population en matière d’eau afin de les porter à la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22) », prévue en novembre à Marrakech, a-t-il ajouté.

Cette initiative s’assigne pour objectif de préparer des contributions constructives sur la question de l’eau à la COP22 et d’examiner les moyens d’économiser cette matière, de la rendre moins chère et plus accessible, a-t-il noté, exprimant la volonté du CME d’édifier à Marrakech la « Médina des actions ».

La Conférence internationale sur l’eau et le climat, organisée par le ministère délégué chargé de l’Eau, en collaboration avec le ministère français de l’Environnement, de l’énergie et de la mer et le Conseil mondial de l’eau (CME), s’inscrit dans le cadre des préparatifs à la COP22.

Cette rencontre de deux jours vise à faire un plaidoyer pour positionner l’eau au centre des négociations de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22) et susciter le débat sur l’interdépendance entre le climat et l’eau.

Pour atteindre ces deux buts primordiaux, les organisateurs s’engagent à sensibiliser les décideurs sur l’impact des changements climatiques sur l’eau et à souligner l’importance de la ressource hydrique comme étant « un domaine d’adaptation et de résilience ».

La conférence s’assigne également pour objectif de mobiliser les acteurs politiques, institutionnels, scientifiques et techniques pour fédérer et poursuivre les initiatives et engagements adoptés lors de la COP21, notamment l’initiative « ClimateIsWater », la coalition des mégapoles sur l’eau, le pacte de Paris sur l’eau, l’adaptation aux changements climatiques dans les bassins et les engagements de la société civile, des ONG et des jeunes.

Cette réunion s’articule autour de quatre sessions principales, à savoir la « vulnérabilité des ressources en eau aux changements climatiques », la « place de l’eau dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris et des objectifs du développement durable », « l’Alliance Eau-Energie-Sécurité alimentaire-Santé-Education » et « l’eau dans les mécanismes de financement liés aux changements climatiques ».

La conférence est rehaussée par la présence d’une vingtaine de délégations officielles, dont 12 seront conduites par les ministres en charge du secteur de l’eau.

Voir Aussi