ActualitésTepco reconnaît que l’eau stockée à Fukushima est radioactive et présente ses excuses

Actualités

This picture taken on January 31, 2018 shows reactor number 3 building and storage tanks for contaminated water at the Tokyo Electric Power Company (TEPCO) Fukushima Dai-ichi nuclear power plant in Okuma, Fukushima prefecture. - The Fukushima nuclear power operator is hoping to use the 2020 Tokyo Olympics as a springboard to double the number of visitors to its Tsunami-ravaged plant, as it seeks to clean up the region's image. A massive undersea earthquake on March 11, 2011 sent a tsunami barrelling into Japan's northeast coast, leaving more than 18,000 people dead or missing and sparking the Fukushima crisis, the worst such accident since Chernobyl in 1986. (Photo by Behrouz MEHRI / AFP) / TO GO WITH AFP STORY "JAPAN-NUCLEAR-FUKUSHIMA-DISASTER" BY SHINGO ITO
11 Oct

Tepco reconnaît que l’eau stockée à Fukushima est radioactive et présente ses excuses

Tokyo – La société Tokyo Electric Power (Tepco) a reconnu récemment devant une commission gouvernementale japonaise que l’eau stockée sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima, dont elle est propriétaire, était contaminée par des éléments radioactifs.

Un porte-parole de Tepco a confirmé jeudi ces déclarations et les excuses de Tepco, faites devant la commission placée sous l’autorité du ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (Miti), qui est chargé de planifier les moyens de se débarrasser de l’eau stockée.

Jusque là, l’entreprise nipponne avait toujours nié la présence de tels éléments dangereux sur le site de la centrale qui a été gravement endommagée par le tsunami ayant frappé les côtes du Japon en mars 2011.

Les autorités japonaises tentent de trouver un moyen de se débarrasser de près de 900.000 tonnes d’eaux radioactives, soit la contenance de 500 piscines olympiques, dont 84% ont une concentration d’éléments radioactifs supérieure aux seuils-limites.

Pour ce faire, elles envisagent de déverser cette eau dans le Pacifique, une solution décriée par les pêcheurs nippons et les habitants du littoral, qui appréhendent une fuite des consommateurs pour leurs produits.

Voir Aussi