En vedetteLe 5e Symposium Africain du Paysage et de l’Environnement en mi-juillet à Rabat

En vedette

symposium-africain
11 Juil

Le 5e Symposium Africain du Paysage et de l’Environnement en mi-juillet à Rabat

Rabat – La 5ème édition du Symposium Africain du Paysage et de l’Environnement (SAPE) se tiendra, les 13 et 14 juillet courant à Rabat, à l’initiative de la Fédération Internationale des Architectes-Paysagistes (IFLA), représentée par l’Association des Architectes-Paysagistes du Maroc (AAPM).

Premier du genre au Maroc, ce symposium réunira une palette d’experts nationaux et internationaux en matière de paysage et d’environnement, indique un communiqué des organisateurs parvenu mardi à la MAP, faisant état d’environ 500 participants dont des personnalités publiques marocaines et internationales, des professionnels, des décideurs économiques, des acteurs de l’enseignement et de la formation professionnelle, ainsi que des représentants d’associations et de la société civile

Ce sera en particulier l’occasion, ont-ils souligné, d’explorer les modèles de formation au métier d’architecte-paysagiste et les potentialités du métier qui méritent d’être davantage valorisées d’une part, et d’autre part, les apprentissages que le patrimoine paysager permet de saisir en vue d’un développement durable.

Les différents intervenants s’attacheront, deux jours durant, à démontrer le rôle d’interlocuteur privilégié de l’architecture du paysage dans les réponses opérationnelles aux enjeux de l’aménagement en Afrique, sur les plans de l’environnement, du social, de l’habitat, du cadre de vie des citoyens, du vivre-ensemble ou encore du développement durable, souligne le communiqué.

« En tant que trait d’union incontournable entre la construction du bâti et son inscription dans le lieu de vie, l’architecte-paysagiste intervient directement dans l’application systématique des principes de l’éco-conception. La symbiose humain/nature est en effet inscrite dans son ADN, et lui permet ainsi de promouvoir les meilleures pratiques pour que le droit constitutionnel à un environnement sain et adapté devienne une réalité quotidienne pour chaque citoyen », relève-t-on.

Et d’ajouter qu’en tant que métier du présent et de l’avenir, la profession d’Architecte-Paysagiste touche aux domaines d’activité au cœur des enjeux d’adaptation et d’intégration. Il ouvre la voie à des débouchés dont nous avons un besoin pressant pour relever les défis sur le continent africain.

Depuis sa fondation, et son intégration au Conseil Mondial de l’IFLA en 2010, l’AAPM a poursuivi un certain nombre d’actions à fort impact qui ont fait son rayonnement autant à l’échelle internationale que nationale. De sa participation à la MEDCOP et à la COP22, à sa mobilisation autour d’un vote du Conseil mondial de l’IFLA en faveur de la création du groupe de travail sur les changements climatiques, en passant par son implication dans la création de son alter égo tunisien (TALAE), l’AAPM est la seule association accréditée par l’IFLA au Maroc, selon la même source.

Organisation démocratique non-politique, non-gouvernementale et à but non lucratif créée en 1948, l’IFLA compte 72 associations représentant chacune son pays respectif.

L’IFLA se veut notamment un espace d’échanges de bonnes pratiques et une institution garante de la préservation des plus hauts standards dans l’exercice de l’architecture du paysage.

Voir Aussi