En vedetteChine: La ville de Chengdu accueille une conférence internationale sur les pandas géants

En vedette

epa06396361 Female giant panda cub Xiang Xiang climbs a tree during a press preview at the Ueno Zoological gardens in Tokyo, Japan, 18 December 2017. The female panda cub was born on 12 June to mother Shin Shin and father RiRi. The cub will be open to the public from 19 December 2017.  EPA-EFE/YOSHIKAZU TSUNO / POOL
09 Nov

Chine: La ville de Chengdu accueille une conférence internationale sur les pandas géants

Bangkok – La ville de Chengdu, capitale de la province chinoise du Sichuan (sud-ouest), accueille du 7 au 11 novembre une conférence internationale sur les pandas géants.

Organisée par l’Administration d’Etat des forêts, la Conférence internationale sur la protection et l’élevage des pandas géants rassemble des responsables gouvernementaux, des experts de haut niveau et des représentants d’une dizaine de pays.

Des experts d’organisations spécialisées, dont le Parc zoologique national américain et le Zoo de Berlin, des académiciens chinois et étrangers et des représentants de réserves de pandas et de zoos, échangent lors de ce conclave des dernières expertises en matière de protection et de reproduction des pandas géants.

Un grand éventail de thèmes, incluant la protection et l’élevage des pandas, la prévention et le contrôle des maladies, la réintroduction des pandas dans le milieu naturel et les habitats naturels de cet animal, sont autant de sujets abordés lors de cette conférence.

Le Sichuan compte la plus grande population de pandas géants en Chine. Fin 2015, la province comptait 1.387 pandas géants à l’état sauvage et 364 pandas en captivité, représentant respectivement 74% et 86% du total national.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Asie-Océanie pour la journée du vendredi 09 novembre 2018:

 

Thaïlande-parcs

Un collectif d’experts thaïlandais a recommandé aux autorités de mettre sur pied une stratégie efficiente pour protéger les parcs nationaux du pays contre l’impact du tourisme de masse.

L’appel a été lancé à la veille de la haute saison touristique où les parcs nationaux sont pris d’assaut par des foules de touristes nationaux et étrangers.

La mesure de fermeture du parc national de Mu Ko Similan et la baie de Maya sur l’île Phi Phi (sud du pays) pour une période de repos biologique doit être généralisée à l’ensemble des sanctuaires de la vie sauvage dans le pays et ne pas se limiter à ces deux stations balnéaires célèbres, a déclaré Rungsrit Kanjanavanit, vice-président de la Fondation Seub Nakhasathien.

Il a expliqué que, même si les dégâts causés par le tourisme de masse ne sont pas si visibles dans les forêts, comme c’est le cas pour les récifs de corail dans la baie de Maya, cela ne veut pas dire que leurs écosystèmes ne sont pas endommagés. Les activités touristiques dans les forêts perturbent également la vie sauvage comme en atteste la disparition des tigres de certaines forêts qui connaissent des flux touristiques importants, a-t-il assuré.

 

Vietnam-plastique

La ville de Hanoï vise à réduire l’utilisation des sacs en plastique dans les marchés traditionnels, les supermarchés et les centres commerciaux afin de protéger l’environnement et d’assurer la durabilité des écosystèmes.

Dans ce cadre, le Comité populaire de la ville a lancé un programme visant à réduire l’utilisation des sacs en plastique à travers une campagne de sensibilisation d’envergure au profit des habitants de Hanoï.

Le Comité populaire va également impliquer les entreprises qui fabriquent des sacs en plastique en les incitant à produire des sacs en nylon moins polluant et qui se décomposent plus rapidement que le plastique dans le sol.

Le Vietnam fait partie des cinq principaux pays polluants au monde qui contribuent ensemble à hauteur de 60% des déchets en plastique qui se retrouvent dans les océans.

Inde

La pollution atmosphérique a atteint jeudi un pic de la saison dans la capitale indienne New Delhi, au lendemain de la grande fête hindoue de Diwali.

Une brume toxique enveloppait au lever du jour les monuments emblématiques de la ville, comme la Porte de l’Inde ou le Fort Rouge, et voilait la visibilité. Certains des habitants se rendant au travail portent un masque sur le visage pour tenter de se protéger contre la pollution de l’air.

Les Indiens font habituellement sauter des millions de pétards et lancent des milliers de feux d’artifices pour célébrer le Diwali.

En 2017, la Cour suprême avait interdit l’usage des pétards pour la fête Diwali dans la capitale, invoquant des raisons environnementales. Une mesure restée toutefois sans effet.

La plus haute instance judiciaire d’Inde a également restreint l’usage des pétards entre 20h et 22h dans tout le pays pour la fête du Diwali.

Indonésie-Inondations

Les inondations ont submergé depuis le début de la semaine un total de 4 384 maisons situées dans 44 villages de la province de Riau, sur l’île indonésienne de Sumatra.

De fortes pluies ont provoqué le débordement de la rivière Kuantan, relèvent les médias locaux, notant qu’une école primaire et un poste de santé communautaire ont également été inondés, ce qui a causé la suspension de leurs activités.

Comprise entre octobre et mars, la saison des fortes pluies appelées « mousson » est marquée par des précipitations torrentielles qui causent de grandes inondations à travers l’archipel indonésien.

 

 

Voir Aussi