evenementsClimat : la BAD organise le 1er Dialogue structuré d’Abidjan sur la décentralisation des CDNs

evenements

V10 - 20010530 - VALENCIA, SPAIN : Image of the closure of the African bank of development Assembly on 30 may 2001, that was held this week in Valencia and for the first time outside the African continent.EPA PHOTO EFE/J.C.CARDENAS
14 Mai

Climat : la BAD organise le 1er Dialogue structuré d’Abidjan sur la décentralisation des CDNs

Abidjan  – La Banque africaine de développement (BAD) organise mercredi et jeudi prochains, en partenariat avec Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), le tout premier dialogue structuré sur l’atteinte commune et concertée des objectifs fixés dans le cadre des Contributions déterminées au niveau national (CDNs).

Il s’agit d’une Conférence dédiée à l’échange et à la coopération entre les autorités nationales et locales africaines en vue de l’atteinte des objectifs en matière d’adaptation et d’atténuation du changement climatique, selon un communiqué de la Banque.

Des représentants des municipalités et des collectivités territoriales seront ainsi rassemblés pour explorer des opportunités de collaboration, de coopération et d’entraide avec pour objectif d’accélérer les efforts de l’Afrique sur le chemin d’un développement durable, soucieux de l’environnement et résilient aux aléas climatiques.

Quatre ans après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris et le lancement du Partenariat Global de Marrakech pour l’Action Climatique, le constat est sans appel « les CDNs sont encore loin d’être une réalité sur le continent », souligne la BAD.

Malgré des efforts notables, opérés par les pays africains dans l’intégration de la dimension du changement climatique et de la gestion de risques de catastrophes au sein de leurs politiques nationales, il existe encore des défis avérés dans l’accès aux financements climatiques d’une part, et dans le développement inclusif et participatif d’autre part, ajoute l’institution financière africaine.

Au vu des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 60 %, émanant des zones urbaines, il est ainsi crucial d’impliquer les municipalités et collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique, selon le communiqué.

La conférence d’Abidjan sèmera les germes d’un premier dialogue qui rapprochera une multitude de décideurs africains à plusieurs niveaux. Il est attendu que l’initiative sera propice aux idées de coopération, de partenariats et de points de convergence pour une lutte conjointe contre le changement climatique.

Ces discussions couvriront notamment les aspects liés à la capacité institutionnelle et l’accès au financement au sein d’un cadre politique favorable à la levée de fonds et de partenariats avec les institutions internationales et le secteur privé.

Voir Aussi