En vedetteEfficacité énergétique: L’Afrique appelée à renforcer ses capacités

En vedette

AMEE-Said-Mouline-504x300 ecology
17 Déc

Efficacité énergétique: L’Afrique appelée à renforcer ses capacités

Marrakech – Le continent africain est appelé aujourd’hui plus que jamais, à renforcer ses capacités en matière d’efficacité énergétique, a souligné lundi, à Marrakech, le directeur général de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), Said Mouline.

« Plus de 600 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité alors que le continent dispose d’un grand potentiel en énergies renouvelables », a-t-il indiqué à l’ouverture des travaux d’une session de formation sous le thème « les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique au service de l’électrification décentralisée et le pompage solaire en Afrique ».

Des solutions économes existent et des projets entièrement rentables peuvent être mis en œuvre en Afrique dans ce domaine, a-t-il soutenu, notant que ces projets sont à même de rendre service aux populations africaines et à développer un savoir-faire dans en matière d’efficacité énergétique.

Le Maroc dispose d’une riche expérience en matière d’efficacité énergétique dans tous les secteurs et qui peut être bénéfique aux pays africains amis et frères, a-t-il ajouté, relevant que cet atelier de formation vient justement concrétiser les accords signés par l’AMEE avec une vingtaine d’agences du continent lors de la COP22.

« Les expériences réussies peuvent être implémentées et généralisées en Afrique », a-t-il estimé, relevant que les projets de développement en matière d’efficacité énergétique sont aussi créateurs d’emploi.

L’ambassadeur directeur général de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal, a relevé pour sa part, que la composante formation et renforcement des capacités est un élément central dans la coopération Sud-Sud prônée par SM le Roi Mohammed VI.

C’est dans ce cadre que l’AMCI a développé avec des partenaires techniques du Royaume tels que l’AMEE, différents programmes de renforcement des capacités destinés au profit de pays partenaires issus du continent africain, a-t-il indiqué, relevant que ce programme s’inscrit dans le cadre du partage de l’expertise marocaine dans le domaine de l’efficacité énergétique et du pompage solaire.

Le représentant résident de l’Agence belge de développement (ENABEL), Paul Van Impe, a souligné de son côté, que le Fonds d’appui à la promotion de la coopération triangulaire (phase II), mis en place en vertu d’une convention signée en 2014, vise à promouvoir et à soutenir des actions et des échanges dans les domaines de la formation et du transfert du savoir-faire pour l’amélioration des compétences des ressources humaines des pays d’Afrique subsaharienne.

Dans une allocution lue en son nom, M. Paul Van Impe a souligné que le développement des énergies solaires est pour l’Afrique une opportunité historique pour réduire la dépendance aux énergies fossiles.

« Le réchauffement climatique affecte particulièrement les activités agricoles et la gestion des ressources en eau est devenue un enjeu vital pour l’alimentation dans les pays africains », a-t-il ajouté, relevant que dans ce domaine, l’électricité photovoltaïque peut aussi apporter une solution durable pour le développement des périmètres irrigués.

Initiée par l’AMEE, en partenariat avec l’AMCI et ENABEL, cette formation connait la participation d’une vingtaine de bénéficiaires du Togo, du Sénégal et de la Mauritanie composés de représentants du secteur privé, public et du monde associatif.

Elle rentre dans le cadre des actions de l’AMEE visant le renforcement de la coopération sud-sud en vue de consolider les liens de collaboration et le renforcement des réseaux d’échanges au service des pays du Sud.

Cet atelier a pour objet le renforcement des capacités techniques et opérationnelles des partenaires du continent africain dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables en se basant sur l’expérience marocaine en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Il s’agit aussi du développement d’une expertise appropriée et adaptée au contexte local des pays bénéficiaires par le biais de transfert des compétences et des technologies propres, la formation des opérateurs étatiques sur les applications des énergies renouvelables de l’efficacité énergétique, la contribution au renforcement des capacités du continent, la contribution à la diffusion à l’échelle continentale des technologies de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, la facilitation de la prise de décision en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique et la contribution à l’amélioration de la qualité des équipements énergétiques.

Cet atelier comprend des programmes de formations composés de séquences théoriques et pratiques, dont l’accent sera mis sur le rôle des systèmes d’électrification rurale décentralisée et le pompage solaire et leur impact sur le développement socio-économique.

Voir Aussi