evenementsL’administration Trump envisage d’autoriser l’importation des trophées d’éléphants africains

evenements

elephants-dafrique-naissent-sans-defenses-1024x695
17 Nov

L’administration Trump envisage d’autoriser l’importation des trophées d’éléphants africains

Washington – L’administration Trump envisage d’autoriser l’importation aux Etats-Unis des trophées d’éléphants provenant de deux pays de l’Afrique, annulant ainsi une mesure de l’ère Obama qui bannissait l’importation de ces trophées de chasse.

Le Département américain de gestion de la flore et de la faune (USFWS) a déclaré, dans un communiqué, avoir déterminé que la chasse légale « bénéficie à la conservation de certaines espèces, en récompensant les communautés locales pour les motiver à faire le nécessaire pour préserver les espèces, et en fournissant de l’argent bien nécessaire aux programmes de conservation ».

L’annulation de l’embargo mis en place par l’administration précédente concernera le Zimbabwe et la Zambie, a fait savoir la même source, qui n’a pas fourni davantage de détails quant à la date de l’application concrète d’une telle mesure.

Un décret, signé en 2014, par l’ancien président Barack Obama interdisait toute importation d’ivoire d’éléphant d’Afrique, y compris sous forme d’antiquités, et toute exportation, restreignait le commerce de l’ivoire à l’intérieur des Etats-Unis, et limitait aussi à deux le nombre de trophées de chasse d’éléphants qui peuvent être rapportés chaque année dans le pays par une personne.

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée de vendredi 17 novembre 2017:.

Canada :.

– La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, et la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, ont annoncé récemment un financement allant jusqu’à 1,6 million de dollars pour soutenir la recherche dans l’Extrême-Arctique canadien.

Ce financement permettra à des scientifiques canadiens de réaliser des activités ininterrompues de recherche et de collecte de données au Laboratoire de recherche sur l’environnement polaire (PEARL) jusqu’à l’automne 2019.

Le soutien offert au PEARL contribuera aux activités de surveillance et de recherche de pointe du ministère canadien de l’Environnement et du Changement climatique en Arctique en matière de qualité de l’air, de couche d’ozone et de changements climatiques.

Selon Ottawa, comme l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde, il est plus important que jamais de comprendre cette région.

« En investissant dans le réseau de recherche du PEARL, nous veillerons à ce que les activités de recherche réalisées dans l’Extrême-Arctique canadien continuent de nous aider à mieux comprendre les défis qui se dressent devant nous », a déclaré Mme McKenna.

De son côté, Mme Duncan a indiqué que pour s’attaquer à des défis mondiaux comme les changements climatiques, il est nécessaire de mettre tout en œuvre pour soutenir les chercheurs dont les travaux permettent de mieux comprendre l’évolution du climat et de l’environnement arctiques.

« Nous dépendons des données probantes qu’ils produisent pour prendre des décisions éclairées qui améliorent notre environnement, notre économie, notre santé et nos collectivités », a-t-elle dit.

0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0

Mexique :.

– Le ministre mexicain de l’Environnement et des Ressources naturelles, Rafael Pacchiano Alamán, a appelé, jeudi à Bonn, en Allemagne, à une action mondiale concertée et soutenue pour relever le défi du changement climatique, soulignant que « la transition vers une économie à faible intensité de carbone est la responsabilité de tous ».

S’exprimant dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP23), M. Pacchiano Alamán a mis l’accent sur l’importance d’une mobilisation urgente, transparente et prévisible des financements publics et privés pour faire face aux défis du changement climatique.

Prenant la parole lors de la séance plénière au nom du Groupe de l’intégrité environnementale, qui comprend la Corée du Sud, le Liechtenstein, Monaco, la Suisse, et la Géorgie, le responsable mexicain a sollicité l’engagement de tous pour mettre en oeuvre l’Accord de Paris sur le Climat, et assurer aux générations futures un environnement propre et en équilibre avec l’avenir de la planète.

« Au nom du groupe, je réitère l’urgence d’agir pour faire face au changement climatique qui nous affecte tous à des degrés divers, bien que certains pays sont plus vulnérables », a-t-il alerté devant les représentants de quelque 196 délégations réunies à Bonn depuis le 6 novembre, mettant en exergue les efforts du Mexique en matière de protection de l’environnement, à travers des politiques, des actions et des investissements en faveur d’un développement durable et résilient au changement climatique, tout en garantissant la conservation des ressources naturelles.

Il a souligné, dans ce cadre, que le Mexique va bientôt mettre en place le parc national de Revillagigedo, qui sera la plus grande zone de protection marine (sans pêche) en Amérique du Nord, avec 14 millions d’hectares, en plus du Plan national d’adaptation global de la protection de l’environnement.

Voir Aussi