evenementsLancement à l’Onu de la Décennie internationale d’action sur l’eau

evenements

Lac Amghass II, Azrou (22/03/17). Lac, rivère, eau, faune, floore, nature, environnement, nature
22 Mar

Lancement à l’Onu de la Décennie internationale d’action sur l’eau

New York (Nations unies) – La deuxième Décennie internationale d’action sur le thème “L’eau et le développement durable (2018 – 2028)”, une initiative qui offre un cadre international de coordination et de promotion en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement, a été lancée jeudi à l’Assemblée générale de l’Onu avec la participation des Etats membres et d’ONG internationales.

Faisant suite à la décennie internationale d’action “L’eau, source de vie” (2005–2015), la nouvelle décennie vise à promouvoir le développement durable et la gestion intégrée des ressources en eau à des fins sociales, économiques et environnementales.

Ses deux autres objectifs consistent à mettre en œuvre et promouvoir des projets et programmes dans le domaine de l’eau, et renforcer la coopération et les partenariats pour atteindre les objectifs internationaux pour l’eau, dont ceux de l’Agenda 2030.

L’initiative survient à un moment où la pénurie d’eau ne fait que s’exacerber, et les conflits liés à cette source de vie se multiplient.

Selon l’Onu, 40 pc des habitants du monde sont touchés par la pénurie d’eau, et 90 pc des catastrophes naturelles sont liées à l’eau. En outre, plus de 2 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et plus de 4,5 milliards ne disposent pas de services d’assainissement adéquats.

“Le monde ne peut plus prendre l’eau pour acquis”, a martelé le Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, lors de la cérémonie de lancement de cette décade.

Alors que la demande d’eau douce devrait augmenter de plus de 40 pc vers 2050, et que le changement climatique exerce un impact croissant, “la pénurie d’eau est une énorme préoccupation”, a relevé le chef de l’Onu.

La mauvaise gestion des ressources en eau risque d’entrainer des conflits entre des communautés, des secteurs, “voire même d’accroître les tensions entre les pays”, a encore averti M. Guterres.

Résumant l’état des lieux sur l’eau, le président de l’Assemblée générale, Miroslav Lajčák, a dit: “nos ressources en eau sont en grave danger”.

M. Lajčák a appelé à saisir la “brève fenêtre d’opportunité” pour intensifier davantage la coopération internationale pour une meilleure gestion des ressources en eau.

Un rapport de l’Onu, publié la semaine dernière, a prévenu que la disponibilité de l’eau pourrait chuter de 40 pc d’ici 2030 si la pression actuelle sur les ressources hydriques continue.

Le rapport “Making Every Drop Count”, rédigé par un groupe de haut niveau composé en 2016 de 12 chefs d’Etats et de gouvernements à l’initiative de l’Onu, prévoit que l’eau risque de devenir “l’un des plus grands risques pour le progrès économiques”.

 

Voir Aussi