evenementsLa Pologne et la Grande-Bretagne veulent faire de l’électromobilité l’un des thèmes de la COP24

evenements

cop24_logo-1
03 Déc

La Pologne et la Grande-Bretagne veulent faire de l’électromobilité l’un des thèmes de la COP24

Varsovie – Le vice-ministre polonais de l’Environnement, Michal Kurtyka a indiqué que son pays et la Grande-Bretagne veulent faire de l’électromobilité l’un des thèmes de la 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 24), qui se tient à Katowice en Silésie dans le sud de la Pologne .

 »Nous voulons inscrire la question de l’électromobilité dans l’agenda du Sommet sur le climat de Katowice », a dit Michal Kurtyka, président de la COP 24 dans un entretien publié dimanche par l’agence de presse polonaise PAP.

A l’ère de l’urbanisation rapide et la demande croissante de services de transport, la réduction des émissions engendrées par les moyens de transports est devenue une nécessité, a dit le responsable polonais.

L’électromobilité peut être une réponse. L’initiative Driving Change Together, élaborée par la Pologne et la Grande-Bretagne, qui sera présentée lors du sommet de Katowice, doit contribuer au développement de ce type de technologie.

Le Sommet sur le climat qui a ouvert ses travaux dimanche à Katowice a pour objectif de parvenir à des règles précises d’application de l’Accord de Paris sur le climat, qui doit entrer en vigueur en 2020.

L’accord de Paris de 2015 vise à contenir le réchauffement mondial sous les +2°C, idéalement +1,5°C, par rapport à l’ère pré-industrielle.

Russie :

Le projet final du programme lunaire russe sera publié en avril, a annoncé le directeur scientifique de l’Institut d’études spatiales de l’Académie des sciences de Russie, Lev Zeliony.

Le Conseil de l’Académie des sciences de Russie a pris cette décision lors de sa dernière réunion tenue le mois dernier, a indiqué le responsable, ajoutant qu’il a défini les principales orientations pour l’exploration de la lune et l’organisation d’études jusqu’en 2040.

Le Conseil de l’Académie n’a pas pris en compte les indicateurs économiques du programme et n’a approuvé que les grandes orientations, a souligné le responsable.

Le directeur scientifique de l’Institut d’études spatiales de l’Académie des sciences de Russie a relevé que le Conseil avait proposé la création de deux postes d’observation Lunaire, notant que l’un sera dédié à l’étude des rayons cosmiques, tandis que le second étudiera l’aspect astronomique de l’espace cosmique.

Valentin Ovarov, membre du Conseil de l’Académie des sciences de Russie, a de son côté, déclaré que le programme d’exploration de la lune inciterait les scientifiques et les experts de divers horizons à développer l’industrie russe et les nouvelles technologies, notamment en matière de production de matériaux ultra-durables et de dispositifs médicaux modernes.

L’Institut d’études spatiales de l’Académie des sciences de Russie est la principale institution de l’Académie des sciences de Russie pour les applications scientifiques de l’exploration spatiale.

L’Institut, créé en 1956 par décision du Conseil des ministres, emploie 290 scientifiques, chargés de mener des recherches en astrophysique, physique solaire, sciences planétaires, relations solaires-terrestres, plasma cosmique et géophysique non linéaire.

Il a également participé dans des programmes scientifiques de recherche spatiale et à l’essai de nouvelles technologies spatiales en coopération avec l’Académie des sciences de Russie et l’Agence spatiale russe.

Grèce:

L’Agence spatiale hellénique (HSA) a participé dernièrement à Brême en Allemagne au Congrès international d’astronautique (IAC) qui a décidé de renforcer la collaboration entre les agences spatiales du monde entier afin de préparer une mission internationale sur la Lune.

La Grèce participera à cette mission internationale dirigée par l’Agence américaine de l’aéronautique et de l’espace (NASA), rapporte la presse locale, soulignant que la contribution de l’agence « HSA » démontre que la Grèce est un partenaire important dans l’organisation d’événements spatiaux en ce sens que le pays peut promouvoir les établissements universitaires grecs dans le cadre de grandes missions.

La NASA a annoncé dernièrement un appel ouvert à des propositions concernant l’exploration de la Lune et l’agence « HSA » a déjà invité des universités et des chercheurs grecs à soumettre leurs projets, indique la même source.

L’Agence « HSA » a reçu des projets émanant de dix universités, centres de recherche et experts indépendants de renom, et ces propositions seront étudiées et transmises à la NASA pour évaluation.

La prochaine mission internationale sur la Lune est programmée en 2020 avec la sonde « Orion ».

Turquie:

Le ministre turc de l’Environnement et de l’urbanisme, Murat Kurum, a annoncé dernièrement que son département s’apprête à mettre en œuvre un programme destiné notamment à protéger l’environnement à travers la baisse de l’utilisation des sacs en plastique mais en augmentant le prix de leur vente.

Selon le ministre, l’utilisation moyenne par personne des sacs en plastique par an s’élève à 440 unités.

La Turquie se fixe pour objectif de baisser la consommation de sacs en plastique pour atteindre 40 sacs d’ici 2025, a poursuivi M. Kurum, soulignant que les utilisateurs de ce genre de sacs vont économiser 90 pc du prix.

Le Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir), a présenté, la veille, au Parlement un projet d’amendement à la loi en vigueur avec pour objectifs d’augmenter les prix des sacs en plastique et d’encourager les actions de nature à protéger l’environnement et améliorer la gestion des déchets ménagers.

Suite à ces initiatives, les sacs biodégradables vendus sur les marchés seront proposés pour 25 piastres à partir de 2019.

Voir Aussi