En vedetteArgentine: Lancement d’un Plan « Forestar » pour contrer aux effets des changements climatiques

En vedette

A picture taken on May 23, 2018 on a smoggy day shows trees in the Thuringian Forest near the village of Altendambach, Germany. / AFP PHOTO / Christof STACHE
06 Juin

Argentine: Lancement d’un Plan « Forestar » pour contrer aux effets des changements climatiques

Buenos Aires – A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, le Gouvernement a lancé le Plan « Forestar », une stratégie visant à doubler la superficie des forêts afin de renforcer ce secteur et lutter contre les effets des changements climatiques.

Ledit plan a pour objectif de porter les superficies des forets de 1,3 million d’hectares actuellement à plus de deux millions dans un délai de 12 ans, ce qui permettra, selon les prévisions officielles, de créer 200.000 postes d’emploi contre 100.000 actuellement.

Selon le ministre de l’Industrie alimentaire, Luis Etchevehere, ce plan se base sur la durabilité sociale, économique et écologique.

Le responsable a de même estimé que le reboisement ne permet pas uniquement d’absorber le carbone pour un meilleur environnement, mais il contribue aussi à créer des possibilités d’emploi, en précisant que 7.000 sociétés travaillent dans ce secteur.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée de mercredi 06 juin 2018:

Chili:

La Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), dont le siège se trouve à Santiago, a appelé, mardi, les pays de la région à signer l’Accord d’Escazú sur les politiques environnementales.

Cet appel, lancé à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de l’Environnement, fait référence au texte d’un accord régional sur l’accès à l’information, la participation du public et l’accès à la justice en matière d’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes, adopté le 04 mars dernier à Escazú au Costa Rica.

Ce document relève que si les modes de consommation actuels et les pratiques de gestion des déchets se poursuivent, on comptera environ 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et l’environnement à l’horizon 2050.

=================================
Brésil :

A l’occasion de la Journée internationale de l’Environnement, le président Michel Temer a approuvé, mardi, l’adoption de l’objectif de réduction de 10,1% des émissions de dioxyde de carbone de la matrice énergétique du pays d’ici à fin de 2028.

Cette mesure, qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle Politique nationale sur les biocarburants (RenovaBio), encouragera chaque secteur énergétique à atteindre des objectifs de réduction des émissions de CO2 individuels à partir de 2019, et cherchera à promouvoir la part de l’éthanol et du biodiesel dans la matrice énergétique du pays.

Le programme RenovaBio vise à augmenter de 20% à 28,6% la part des biocarburants dans la matrice des combustibles, à réduire de 80% à 71,4% la part des combustibles fossiles et de baisser de 11,5% à 7% la dépendance extérieure du pays aux carburants.
=================================
Colombie :

Le gouverneur du département d’Antioquia (sud-ouest), Luis Perez, a accusé les responsables du plus grand barrage hydroélectrique, en cours de construction à Ituango, de dissimuler des informations sur les risques de rupture de cette gigantesque infrastructure, qui menace quelque 130.000 personnes.

Les accusations de M. Perez figurent dans un courrier adressé à l’actionnaire principal de cette infrastructure, Entreprises Publiques de Medellin (EPM), rapportent les médias locaux.

Le plus grand barrage de Colombie en construction sur le fleuve Cauca, menace d’inondation en raison d’une faille géologique dans le département d’Antioquia.

Le barrage d’Ituango, dont les travaux de construction devraient s’achever à la fin de 2018, est censé avoir une capacité hydroélectrique de 2.456 MW couvrant 17% des besoins énergétiques du pays sud-américain.
=================================
Pérou :

La Commission des peuples des Andes, de l’Amazonie, des Afro-péruviens et de l’environnement au Congrès, a adopté, mardi, un projet de loi interdisant l’utilisation des sacs en plastique pour protéger la santé et l’environnement.

Le Président de la Commission, Marco Arana, a indiqué que ce projet qui sera soumis au Congrès pour approbation en séance plénière, sera mis en œuvre progressivement pendant trois ans, avant de se débarrasser totalement de l’utilisation des sacs en plastique à usage unique à l’horizon 2021.

Selon lui, des millions de tonnes de plastique sont produits chaque jour dans le pays andin, ce qui cause de graves préjudices à l’environnement, à la santé et aux systèmes marins.

Voir Aussi