InitiativesBelgique/BEI : prêt de 210 millions d’euros la construction d’un parc éolien

Initiatives

eolienne
06 Oct

Belgique/BEI : prêt de 210 millions d’euros la construction d’un parc éolien

Bruxelles – La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Belgique ont conclu un contrat visant à soutenir la construction d’un parc éolien au large de la côte belge, avec un prêt de 210 millions d’euros.

Le parc, baptisé « Northwest 2 », comptera 23 éoliennes à même de générer, une fois le projet achevé, environ 219 mégawatts, « suffisamment pour fournir de l’énergie verte à des centaines de milliers de foyers belges », selon un communiqué de la Commission européenne, publié vendredi.

Ce prêt est garanti par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI), élément central du plan d’investissement pour l’Europe, qui vise à stimuler la croissance économique à long terme et la compétitivité dans l’Union européenne (UE).

En septembre 2018, ce plan avait déjà mobilisé 344 milliards d’euros d’investissements dans l’UE, dont 8,3 milliards d’euros en Belgique.

*****

Les quelque 250 éoliennes situées au large de la côte belge de la Mer du Nord ne sont pas sans conséquences pour l’écosystème marin, ressort-il d’un rapport de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB) publié vendredi.

Dans ce sens, les scientifiques de l’IRSNB relèvent que le bruit généré par l’enfouissement des mâts demeure toujours trop élevé par rapport au seuil de 185 décibels (dB) à 750 mètres de la source sonore, établi par une directive européenne.

Par ailleurs, les activités de battage de pieux produisent des niveaux sonores allant jusqu’à 204 dB à 750 mètres de la source, ajoute l’IRSNB.

Au moment de ces opérations, la présence de marsouins (dauphin de la mer du Nord) diminue de 75%, note le rapport qui met également en évidence des changements dans les sédiments, la densité, la diversité et la composition des communautés d’invertébrés autour de trois types de fondations de turbines.

Grâce à un programme de surveillance en Mer du Nord, l’IRSNB dispose d’un aperçu de l’impact des éoliennes et peut formuler des recommandations visant à atténuer leurs effets néfastes sur l’écosystème marin.

————————————————————–

France:

Près de 400 mobilisations citoyennes ont eu lieu vendredi partout en France pour revendiquer l’interdiction d’utilisation des pesticides de synthèse, rapportent les médias du pays.

Ces mobilisations viennent en réponse à l’appel d’un journaliste Fabrice Nicolino, lancé le 12 septembre dernier et qui a recueilli près de 300.000 signatures.

«L’appel des coquelicots» exige ‘’l’interdiction immédiate de tous les pesticides de synthèse’’.

D’autre manifestations seront organisées le premier vendredi de chaque mois à 18H30 devant les mairies ou sur les places principales des villes et villages de France, selon le site internet de «l’appel des coquelicots».

En France, deux plans Ecophyto ont été lancés en dix ans pour réduire l’usage des produits phytosanitaires en agriculture. Toutefois ces mesures ont été inefficaces et l’utilisation des pesticides a globalement augmenté de 12% entre 2014 et 2016.

————————————————————–

Espagne:

La commission centrale de l’exploitation de l’aqueduc Tage-Segura (ATS), en Espagne, a approuvé vendredi le transfert de 20 hectomètres cubes à travers cette infrastructure hydraulique.

Ce transfert vise à répondre aux besoins en eau des bassins versants desservis par cet aqueduc au cours du mois d’octobre, explique un communiqué du ministère espagnol de la transition énergétique, notant que cette résolution technique intervient suite à la situation d’alerte activée pour la bassin versant de Segura, et après avoir confirmé le niveau 3 des réservoirs du bassin de Tage.

Cette opération relève des actions de gestion durable mises en oeuvre par le ministère, en vue de promouvoir l’autonomie des territoires en matière des ressources disponibles, dont les eaux de surface et souterraines, le recyclage et le dessalement des eaux.

————————————————————–

Portugal:

Le gouvernement portugais va consacrer en 2019 une enveloppe budgétaire de deux millions d’euros pour le financement de plusieurs projets de sensibilisation à l’environnement, indique un communiqué du ministère de l’environnement.

Des projets similaires ont été financés en 2017 et en 2018 à hauteur de 1,5 million d’euros, ajoute la même source.

Le ministère prévoit également l’investissement d’environ cinq millions d’euros, à travers le Fonds pour l’environnement, dans le cadre de la Stratégie nationale d’éducation environnementale.

Les projets portent essentiellement sur la gestion et l’utilisation efficace de l’eau, ainsi que la réhabilitation des rivières et des cours d’eau, précise le communiqué.

Voir Aussi