InitiativesLa Commission européenne approuve 100 millions d’euros pour la performance énergétique des bâtiments

Initiatives

Logo_Commission_Europeenne
12 Fév

La Commission européenne approuve 100 millions d’euros pour la performance énergétique des bâtiments

Bruxelles – La Commission européenne a approuvé la semaine dernière un paquet d’investissements de près de 100 millions d’euros pour la performance énergétique des bâtiments, dont 8,3 millions de contribution proprement européenne destinée à des projets-pilote en Belgique.

Répartis entre la Flandre et la Wallonie, les projets belges concernent notamment les villes de Gand, Anvers, Malines, Mouscron et La Louvière.

L’objectif du programme soutenu dit « BE-REEL » (pour « Belgium Renovates for Energy Efficient Living »), en gestation depuis plusieurs années via le « Renovatiepact » flamand et la « Stratégie de rénovation des bâtiments » wallonne, est de contribuer à rénover quelque 8.000 habitations et éviter ainsi le dégagement de 18.600 tonnes de CO2 par an.

A plus long terme, l’ambition est de développer un réseau visant la rénovation de toutes les habitations en Belgique à l’horizon 2050. Parmi les objectifs du programme figure aussi la création de synergies entre les Régions flamande et wallonne, ainsi qu’avec la Région bruxelloise.

Le budget total des projets flamands et wallons est de 13,8 millions d’euros sur la période 2018-2024, dont 8,3 millions de contributions européennes.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0

Par ailleurs, Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du lundi 12 février 2018:

Madrid, – Plus de 100.000 personnes ont signé une pétition sur internet demandant l’interdiction de la chasse du loup, la fermeture des réserves régionales de chasse de Castille et Léon et l’invalidation du recensement de cette espèce mis en œuvre dans cette région.

La pétition, mise en ligne sur la plateforme change.org, est une initiative de Lobisome Naturaleza, une entreprise de la province de Zamora (nord-ouest) opérant dans le secteur du tourisme de nature, qui a réalisé une étude alternative sur la présence de cette espèce dans la région de Castille et Léon et qui soutient que le nombre réel des loups est inférieur à celui retenu dans le recensement officiel.

Cette pétition, adressée à la ministre espagnole de l’Agriculture, de la pêche, de l’alimentation et de l’environnement, Isabel García Tejerina, dénonce «le manque de rigueur scientifique» dans le recensement régional et affirme que celui-ci a pour but «d’intensifier la persécution légale» du loup.

++++++++++++++

-La Commission européenne a approuvé récemment l’octroi d’une enveloppe de 9,3 millions d’euros au gouvernement de la région de Navarre (nord) et d’une autre enveloppe de 6,7 millions d’euros à la Confédération hydrographique du fleuve Duero, en vue de développer des projets environnementaux faisant partie du programme communautaire de co-financement LIFE.

Le projet de la région de Navarre, qui bénéficiera d’un montant global de 15,6 millions d’euros, vise à atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique dans cette région, qui selon la commission, «a adopté une stratégie mais n’a pas pu la mettre en œuvre», une situation «typiques dans d’autres régions d’Espagne».

De son côté, le projet du bassin hydraulique du Duero coûtera au total 11,1 millions d’euros avec pour objectif d’augmenter la participation publique dans la gestion des ressources hydriques.

Lisbonne – Le sud du Portugal et les régions avoisinantes souffrent toujours d’une grande sécheresse, a déclaré dernièrement le ministre de l’Environnement, notant que la sécheresse « a beaucoup reculé » par rapport à la fin de l’année hydrologique.

« Pour l’instant, il n’y a pas de bassin hydrographique avec des territoires en extrême sécheresse, il a été réduit à zéro, mais il reste des bassins versants avec une grave sécheresse », a déclaré João Matos Fernandes, à la fin d’une réunion de la Commission permanente de prévention et de suivi  des effets de la sécheresse, à Lisbonne.

Le phénomène de la sécheresse « est très hétérogène dans le pays ». « Il n’y a qu’un seul bassin fluvial qui, par exemple, a plus d’eau que la moyenne. C’est le bassin versant de Mondego, où il y a eu exactement les plus gros problèmes de consommation humaine l’été dernier, car Fagilde – le barrage qui dessert Viseu – se trouve dans ce même bassin versant », a déclaré le responsable.

++++++++++++++++++++

Le conseil municipal de Mértola (sud) organise une nouvelle « marche sans déchets » le 17 février, une initiative qui vise à impliquer la communauté locale dans la promotion d’un territoire plus propre sans déchets, à savoir les déchets non organiques qui s’accumulent sur les bords de la route et les routes de la région.

La première édition de cette « marche » a eu lieu le 20 janvier. Il a connu la participation de 34 bénévoles qui ont collecté 7300L de déchets (43 sacs), dont 5100L de plastique, 1000L de verre et 1200L de papier.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

-Paris, «L’éco-conception est le modèle de demain. Il s’agit d’un enjeu écologique et économique, a indiqué la secrétaire d’Etat auprès du ministre français de la Transition et solidaire, Brune Poirson, notant que la France a toute une filière industrielle à développer qui créera des emplois sur l’ensemble des territoires

S’exprimant à l’occasion du lancement de consultation publique sur l’économie circulaire, la secrétaire d’Etat a annoncé plusieurs mesures étudiées par le gouvernement français et soumises cette la consultation.

Il s’agit d’incorporer davantage de matières premières issues du recyclage dans les nouveaux produits par l’engagement volontaire de l’ensemble des acteurs d’ici la fin de l’année, ainsi que d’intégrer l’éco-conception dans les pratiques des entreprises, en organisant les Assises de l’éco-conception pour mobiliser le tissu économique et en développant de nouveaux emballages biodégradables ou biosourcés.

Il s’agit aussi de soutenir économiquement l’éco-conception par la mise en place d’accords volontaires ou d’incitations économiques en direction des producteurs et d’accompagner l’investissement productif en mobilisant des leviers économiques ou fiscaux pour soutenir la réalisation de nouvelles unités de recyclage.

Parmi ces mesures figurent également la mobilisation des financements privés en activant les outils de la finance verte (label Transition énergétique et écologique pour le climat – TEEC, green bonds,) et de la gestion des ressources de façon plus soutenable par la mise en œuvre, entre autres, d’un premier « plan ressources France » pour les ressources jugées les plus stratégiques.

Voir Aussi