InitiativesLe Danemark affecte de vastes zones des eaux territoriales à la construction de nouveaux parcs…

Initiatives

epa07017402 The jack-up vessel 'Sea Challenger' navigates in the wind farm 'Arkona' in the German Baltic Sea near the island of Ruegen, Germany, 13 September 2017. The currently largest wind farm in the Baltic Sea is in its final construction phase with 40 of the planned 60 wind turbines already built. The last turbine is expected to be installed by the end of October 2018. The wind park with a capacity of producing up to 385 megaWatts of electric power costs 1.2 billion euros. It is planned to start its electricity production at the beginning of the year 2019.  EPA-EFE/JENS KOEHLER
03 Déc

Le Danemark affecte de vastes zones des eaux territoriales à la construction de nouveaux parcs éoliens

Copenhague – Le Danemark a décidé d’affecter de vastes zones des eaux territoriales à la construction de nouveaux parcs éoliens appartenant à l’État.

La décision découle de l’intérêt manifesté récemment par des entreprises privées pour la réalisation d’études de faisabilité concernant la construction de parcs éoliens.

« Avant de céder certaines de nos meilleures ressources éoliennes, je veux m’assurer que nous avons une idée claire de la façon dont les ressources peuvent bénéficier à tous », a déclaré le ministre de l’Environnement, Lars Christian Lilleholt.

« Nous prenons cette mesure pour que l’argent des ressources considérables des eaux danoises profite aux Danois », a-t-il ajouté.

Les prix bas de l’énergie éolienne sont en partie l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement a décidé de franchir cette étape, a expliqué le ministre.

M. Lilleholt a également établi des parallèles entre la fabrication d’éoliennes en mer au Danemark et l’industrie pétrolière de la mer du Nord, dont la Norvège voisine tire une grande partie de sa richesse.

Les zones réservées par le gouvernement sont situées dans la mer Kattegat ainsi que dans la mer du Nord.

Les eaux danoises font partie des principaux parcs éoliens d’Europe en raison de la faible profondeur de la mer et de la force des vents.

La réservation des zones ne signifie pas pour autant que des parcs éoliens y seront construits.

« La première étape a été franchie avec la réservation. Ensuite, il y a un processus de filtrage pour trouver le meilleur emplacement pour installer les parcs éoliens », a précisé le ministre.

.- Le fabricant danois des éoliennes Vestas a reçu une commande de 100 turbines V120-2,2 MW pour un projet aux États-Unis, qui porte la commande de la compagnie en 2018 à 10 GW avant début décembre.

En 2018, Vestas a reçu des commandes sur six continents, notamment sur les nouveaux marchés du Panama, du Kazakhstan, de la Bolivie et du Sénégal, ce qui souligne la forte demande mondiale en énergie éolienne et la portée mondiale sans égale de Vestas.

La nouvelle commande aux États-Unis comprend la fourniture et la mise en service des turbines, les livraisons devant commencer à partir du troisième trimestre de 2019 et la mise en service prévue pour le quatrième trimestre.

« L’expansion de l’éolienne V120-2,2 MW aux États-Unis est le résultat direct de l’engagement de Vestas à faire progresser la technologie d’éolienne à un rythme rapide, intégrant les enseignements tirés de notre base de données inégalée sur les éoliennes et de son parc installé pour s’appuyer sur une technologie éprouvée », a déclaré Chris Brown, président de la division Ventes et services de Vestas aux États-Unis et au Canada.

« Chaque nouvelle génération de technologie génère encore plus de valeur et de performance pour nos clients et continue de fournir le coût d’énergie le plus bas possible aux consommateurs et aux communautés partout en Amérique du Nord », a-t-il ajouté.

Le projet et le client ne sont pas divulgués à la demande du client.

.-Le géant énergétique danois Ørsted a accepté de fournir de l’électricité à partir de 500 MW de parcs éoliens et solaires au Texas pour les opérations du groupe pétrolier et gazier américain ExxonMobil Corp dans le bassin du Permian.

Les sociétés ont signé deux accords d’achat d’énergie à long terme (PPA), a annoncé Ørsted dans une présentation aux investisseurs cette semaine.

Par le biais de sa filiale américaine Lincoln Clean Energy, la société danoise fournira 250 MW à partir du parc éolien de 300 MW Sage Draw, dont la mise en service est prévue pour le premier trimestre de 2020.

Les 250 MW restants de la puissance souscrite proviendront du complexe photovoltaïque solaire (PV) de 350 MW, qui devrait entrer en activité au deuxième trimestre de 2021.

Lincoln Clean Energy, acquise par Ørsted en octobre, dispose de 400 MW d’actifs solaires dans son portefeuille et pourrait en augmenter d’autres à l’avenir, mais restera axée sur le développement de l’éolien terrestre.

.- La joint-venture dano-japonaise MHI Vestas Offshore Wind a été choisie comme fournisseur d’éoliennes de choix pour le projet Vineyard de 800 MW situé au large des côtes du Massachusetts.

Le complexe, qui sera le premier parc éolien offshore de taille industrielle aux États-Unis, devrait utiliser 84 unités de machines V164-9,5 MW de MHI Vestas, a annoncé le développeur du projet, Vineyard Wind.

Le projet est en cours d’obtention de permis et devrait être terminé d’ici 2021. Vineyard Wind, un partenariat à parts égales entre Copenhagen Infrastructure Partners (CIP) et Avangrid Renewables LLC, prévoit de lancer la construction de l’installation 24 km au sud de Martha’s Vineyard l’année prochaine. Des contrats à long terme avec les sociétés de distribution d’électricité du Massachusetts sont déjà en vigueur.

*****************

.-Stockholm- La société énergétique Vattenfall a remporté le prix du «Meilleur industriel 2018» dans le cadre de la plus grande étude sur le développement durable réalisée dans la région nordique.

Cela signifie que les décideurs des grandes entreprises responsables des achats dans le secteur de l’énergie ont classé Vattenfall au rang des entreprises les plus durables du secteur.

« C’est naturellement un grand plaisir que de recevoir ce prix et de reconnaître que les décideurs et les clients apprécient notre intégration claire de la durabilité dans tout ce que nous entreprenons. Notre message clair, à savoir que nous souhaitons devenir sans énergie fossile en une génération, semble avoir fait un impact et attiré l’attention », a affirmé Rolf Bernro, spécialiste de Vattenfall Sustainability, lors de la cérémonie de remise des prix la semaine dernière à Stockholm.

Entre septembre et novembre 2018, quelque 1 000 interviews et 5 000 évaluations de marques ont été menées auprès de décideurs de sociétés dont les ventes dépassaient 500 millions de couronnes (environ 50 millions d’euros).

Dans le classement général des entreprises de toutes les catégories, Vattenfall s’est classée septième, ce qui représente une nette amélioration par rapport à la vingtième place de l’année dernière.

« Je pense que nous avons grimpé dans le classement parce que les gens peuvent voir que nous voulons vraiment créer une société sans fossiles en une génération. Nous travaillons également avec les fournisseurs et les partenaires pour relever le défi de la durabilité en ce qui concerne l’achat de composants et de carburants. Le prix est également extrêmement important pour nos employés qui font des choix conscients au quotidien pour faire de Vattenfall une entreprise plus durable. J’espère que tous nos employés sont fiers aujourd’hui ! », a pour sa part souligné Annika Ramsköld, responsable du développement durable chez Vattenfall.

.- Le constructeur suédois de poids lourds et d’autocars Scania a souligné qu’il est urgent que l’Europe décarbonise tous les secteurs de son économie et crée des emplois durables et de qualité.

« Une bio-économie européenne peut aider l’Europe à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et à jeter les bases d’une nouvelle croissance », a déclaré Henrik Henriksson, PDG de Scania, cité dans un communiqué de la compagnie.

Lors d’une conférence à Oslo organisée par la plateforme de leadership Xynteo, M. Henriksson a annoncé un partenariat avec Xynteo afin d’explorer tout le potentiel des biocarburants et de la bio-économie au sens large en Europe. L’objectif est d’identifier les obstacles qui limitent leur croissance et d’agir ensemble – entreprises, décideurs, innovateurs et société civile – afin de concrétiser les opportunités.

« Nous sommes ravis de nous associer à Scania dans ce projet essentiel », a déclaré Osvald Bjelland, président du conseil d’administration et PDF de Xynteo.

M. Henriksson a noté que le dernier rapport sur le climat indique qu’un réchauffement de la planète de 2 ° C au lieu de 1,5 ° C signifierait une duplication des dommages causés à la planète.

« Nous avons maintenant dix ans pour modifier la courbe des émissions mondiales de CO2 et veiller à ce qu’elles commencent à baisser au lieu d’augmenter. Cela signifie que nous devons commencer à agir, maintenant », a-t-il souligné.

L’électrification – et la numérisation – joueront un rôle essentiel dans la dé-carbonisation des transports. Le développement rapide de véhicules et d’infrastructures électriques à batterie peut offrir des solutions viables également pour les transports lourds dans 10-15 ans.

Scania propose déjà la plus large gamme de véhicules à utiliser avec des biocarburants disponibles dans le commerce, capables de réduire de 90% les émissions de carbone.

« Je vois un grand potentiel pour l’Europe et pour le reste du monde. En Suède, les carburants renouvelables représentent déjà un cinquième de la consommation de carburants de transport lourds », a soutenu M. Henriksson.

******************

.-Oslo- Equinor Wind US, une division de la société d’énergie norvégienne anciennement Statoil, a annoncé le nom de son projet éolien offshore en cours de développement dans le New Jersey : Boardwalk Wind.

Equinor a également annoncé son intention d’ouvrir dans le New Jersey un bureau, qui servira à coordonner les efforts de développement et de recherche de la société dans l’État.

Equinor a remporté l’enchère fédérale pour la zone de crédit éolien en mer située à 20 milles à l’est du New Jersey et à 15 milles au sud de Long Island, dans l’État de New York. La zone sous bail offre aux développeurs la possibilité de construire une centrale éolienne pour le New Jersey et New York.

« Nous voulions un nom qui parle au meilleur du New Jersey et qui symbolise l’un des attributs de l’État », a déclaré Christer af Geijerstam, président d’Équinor US Wind.

« Les trottoirs de la côte du New Jersey font partie intégrante de l’économie et de l’expérience du New Jersey. Le nom Boardwalk Wind reflète la fierté, l’excitation et la joie que nous ressentons de faire partie des efforts du New Jersey pour devenir un centre économique pour une énergie propre et résiliente », a-t-il expliqué.

*****************

.-Helsinki- Des chercheurs finlandais estiment que les hivers plus doux, apportés par le changement climatique, aideront la population de rats à croître.

Selon Tuomas Aivelo de l’Université d’Helsinki, un rat peut avoir jusqu’à 70 descendants en un an et des hivers plus chauds permettront au rongeur de se reproduire toute l’année.

Aivelo travaille actuellement sur le projet de rats urbains d’Helsinki, qui vise à cartographier la population et la dynamique des rats urbains dans la capitale finlandaise, ainsi que sur les parasites et les agents pathogènes que véhiculent les rongeurs.

L’extermination est une entreprise relativement importante à Helsinki, mais la taille de la population de rats d’Helsinki est un mystère, dit Aivelo. « Le nombre de rats varie beaucoup en fonction de la saison. À l’heure actuelle, à la fin de l’automne, la population est la plus nombreuse », a-t-il soutenu.

Le chiffre approximatif habituel est de 100 000 rats, mais selon certaines estimations, il pourrait y en avoir un demi-million. Le projet sur les rats vise à calculer le nombre des rongeurs à l’aide de plaques d’attelage et de piégeage vivant.

Alors que les rats propagent rarement les maladies à présent, ils causent beaucoup de dégâts matériels, du fait qu’ils rongent les lignes électriques et détruisent les structures, créant ainsi plus d’espace de vie pour eux-mêmes.

« Si un rat décide de passer à travers un mur de béton, il le fera aussi longtemps qu’il le faudra », a expliqué le même expert.

Jammu Rantanen, de la société de lutte antiparasitaire Anticimex, a appelé la population à ramasser les pommes et les cynorhodons au sol, car ils nourrissent les rats.

Voir Aussi