En vedetteL’AFD compte financer la construction de la première centrale photovoltaïque du Niger

En vedette

AFD
25 Oct

L’AFD compte financer la construction de la première centrale photovoltaïque du Niger

Dakar – L’Agence française de développement (AFD) compte financer prochainement la construction de la première centrale photovoltaïque du Niger à Goroubanda, dans la banlieue de la capitale nigérienne, a annoncé l’ambassade de France à Niamey.

Le projet de construction de cette centrale, d’une capacité de production de 30 MW selon l’AFD, vise à répondre à la demande croissante en énergie électrique des villes du Niger.

La réalisation de ce projet permettra également d’accroitre la production nationale, de réduire le coût de la production d’énergie électrique et de favoriser le développement socio-économique de la zone du fleuve (Niamey, Dosso et Tillabéry) du Niger.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 25 octobre :.

Sénégal :

–Des moniteurs des daaras modernes (écoles coraniques) ont pris part à Diourbel à une session de formation sur les défis environnementaux, à l’initiative du Centre d’éducation et de formation environnementale (CEFE) du ministère de l’Environnement et du Développement durable.

« Le programme Bois d’école a intégré les daaras modernes dans ses cibles » parce qu’ils « constituent un cadre bien organisé, regroupant des jeunes sénégalais, appelés demain à participer à la construction du pays », a expliqué Mame Yacine Guèye Mbengue.

Mme Mbengue est la chargée de formation au Centre d’éducation et de formation environnementale (CEFE) du ministère de l’Environnement et du Développement durable qui a organisé cette session de formation de deux jours.

L’objectif est de « mieux outiller » les moniteurs des daaras modernes sur les défis environnementaux.

— Une nouvelle station météorologique automatique a été réceptionnée mardi à la base de l’armée de l’Air à Thiès, lors d’une cérémonie co-présidée par le ministre de l’Environnement et du développement durable Mame Thierno Dieng et son collègue des Forces armées, Augustin Tine.

Cet équipement a été acquis grâce au financement du PNUD, dans le cadre du Programme de renforcement de la gestion des terres et écosystèmes des Niayes et de la Casamance dans un contexte de changement climatique (PRGTE).

L’installation de cette station météorologique automatique (SMA), s’inscrit dans un processus de remplacement des stations manuelles. A ce jour, une dizaine de stations automatiques existent dans le pays, sur les 24 prévues.

Côte d’Ivoire :

–Le ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers l’Unité Intégrée de Coordination des Projets (UIAP) a initié, lundi dernier, en collaboration avec l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) et la Société de développement des forêts (SODEFOR), le lancement du Projet d’investissement forestier (PIF) Banque mondiale Côte d’Ivoire à Abidjan.

D’un montant de 15 millions de dollars soit 7 milliards 500 millions F CFA, le PIF vise à mettre en œuvre la stratégie nationale REDD+ au sein de quatorze forêts classées du centre et du sud-ouest du pays et du parc national de Taï.

L’objectif de développement du projet est de conserver, d’augmenter le stock forestier, et d’améliorer l’accès de communautés sélectionnées aux revenus issus de la gestion durable des forêts au sein de ses zones cibles.

Ghana :

–L’ancien haut-commissaire du Royaume-Uni, Lord Paul Boateng, a réitéré la nécessité de créer une autorité nationale d’assainissement au Ghana afin d’améliorer les services d’assainissement et renforcer les capacités des prestataires.

L’autorité coordonnerait davantage les programmes et activités et aiderait les partenaires de développement à relever les défis de l’assainissement dans le pays, a-t-il relevé.

Burkina :

–Le ministère burkinabè de l’Environnement et l’Institut mondial pour la croissance verte (GGGI) ont organisé, mardi à Ouagadougou, un atelier de renforcement des capacités sur les opportunités de financement des projets verts.

Selon le représentant du GGGI, Mallé Fofana, la croissance verte, c’est le développement en qualité, prenant en compte la création d’emplois et des services verts dans la durabilité, précisant que les projets verts ne sont pas nocifs à l’environnement, ils utilisent le capital naturel.

Dans le cadre de la coopération quinquennal entre le Burkina Faso et le GGGI, il est prévu la création, durant la période 2019-2023, de quelque 2000 éco-villages.

–La gouverneure générale du Canada Julie Payette a appelé, mercredi à Ouagadougou, à la préservation de l’environnement pour le bonheur de l’ensemble des communautés du monde.

« Lorsqu’on contemple la terre à 350 km d’attitude vous verrez que la terre est magnifique et que nous devons la protéger pour notre sécurité », a indiqué l’ex astronaute qui a déjà voyagé deux fois dans l’espace.

Selon Mme Payette, en visite au Burkina Faso, vue de l’espace, il n’existe pas de frontières entre les pays, appelant ces derniers à collaborer pour utiliser toutes les ressources spatiales et planétaires et partager les richesses y afférentes.

–La commune de Bobo-Dioulasso (360 Km à l’Ouest de Ouagadougou) sera dotée d’une station de traitement des déchets solides dans six mois.

Cette station, dont le coût global s’élève à 70 millions de F CFA, permettra de transformer près de 850 tonnes de déchets solides par jour avec une transformation énergétique de près de 80 mégawatt/heure et la production des fertilisants destinés à l’agriculture.

La réalisation de l’usine, qui sera érigée sur une superficie de 40 hectares, va également contribuer à l’amélioration du cadre de vie des citoyens.

 

Voir Aussi