InitiativesLe Laos avance un nouveau projet de barrage sur un Mékong déjà malade

Initiatives

epa03458390 A photo made available on 05 November 2012 shows construction of the controversial Xayaburi dam in Laos, on 28 September 2012. Under a 1995 treaty, the four governments of Laos, Cambodia, Thailand and Vietnam must reach a consensus before any major project can be built on the Lower Mekong river. Opposition groups say the dam will adversely effect communities along the Mekong and the biodiversity of the river. The Lao government is hoping the Xayaburi hydropower dam will drive economic growth and plans to sell the power to China and Thailand.  EPA/STR
13 Fév

Le Laos avance un nouveau projet de barrage sur un Mékong déjà malade

Vientiane – Sur une rive élargie du Mékong, des préparatifs en cours pour construire le troisième et plus grand barrage du Laos sur le fleuve Mékong.

En aval du projet, les développeurs du barrage ont écouté la semaine dernière les arguments des groupes de citoyens plaidant pour un report du projet de production hydroélectrique de 1.400 mégawatts (MW).

Ces derniers estiment que le gouvernement du Laos et ses partenaires vietnamiens et thaïlandais devraient attendre afin de pouvoir évaluer l’impact sur la pêche et l’agriculture en aval du barrage de Xayaburi, le premier grand projet hydroélectrique sur le Mékong achevé récemment au Laos.

Soumis aux perturbations des multiples barrages, de la pollution et de l’extraction de sable, l’état du plus grand fleuve d’Asie du Sud-Est suscite des inquiétudes croissantes chez les écologistes et les communautés qui en dépendent.

L’année passée a été difficile pour les quelque 2.390 km de la partie inférieure du Mékong sur laquelle vivent 60 millions de personnes.

Le fleuve a atteint des niveaux de sècheresse jamais vus en 50 ans, alors que les riverains s’inquiétaient des effets combinés du changement climatique et des 11 barrages construits en Chine, dont beaucoup pensent être à l’origine de la baisse du débit du fleuve.

L’ambassade de Chine à Bangkok a indiqué qu’une grave sécheresse avait frappé la région depuis début 2019 et qu’elle avait augmenté le débit de l’eau en amont à la demande de la Thaïlande.

Voir Aussi