InitiativesMexique : L’Observatoire national environnemental met en garde contre la vulnérabilité de…

Initiatives

Lac Amghass II, Azrou (22/03/17). Lac, rivère, eau, faune, floore, nature, environnement
11 Juil

Mexique : L’Observatoire national environnemental met en garde contre la vulnérabilité de l’Amérique centrale face aux colosses explosifs

Washington – L’Observatoire national environnemental a mis en garde contre la vulnérabilité de l’Amérique centrale face aux colosses explosifs suite à la puissante éruption du Volcan de feu début juin au Guatemala, qui a enseveli la localité de San Miguel los Lotes.

La chaîne volcanique de la sous-région centraméricaine est particulièrement dangereuse car elle est composée de « stratovolcans », lesquels sont explosifs, selon le vulcanologue Eduardo Gutierrez.

Outre le Volcan de feu, deux autres sommets sont également actifs au Guatemala: le Santiaguito (ouest) et le Pacaya (20 km au sud de la capitale).

Au Salvador, c’est le Santa Ana et le Chaparrastique qui sont sous surveillance.

Au Nicaragua, le volcan Momotombo s’est réveillé il y a trois ans, après un siècle de sommeil, tandis qu’au Costa Rica, le Poas, le Turrialba et le Rincon de la Vieja ont récemment présenté des signes d’activité.

La puissante éruption du Volcan de feu, colosse de 3.763 mètres de haut situé à 35 km au sud-ouest de la capitale, a engendré des coulées à haute température, mélange de fragments de roches et de gaz volcaniques, bien plus rapides que la lave.

Engloutie, la localité de San Miguel los Lotes avait été transformée en paysage lunaire de cendres.

Pour Gino Gonzalez, vulcanologue costaricain de l’ONG Volcans sans frontière, le pouvoir de destruction du Volcan de feu a été renforcé par son altitude et par ses pentes fortement inclinées, accélérant la vitesse des coulées.

Le risque pour les localités environnantes « est permanent », à cause de la forte activité de ce sommet, souligne Eddy Sanchez, chef de l’Institut volcanologique local, alertent les experts.

Etats-Unis d’Amérique :

Brett Kavanaugh, nommé lundi juge à la Cour suprême par le président américain Donald Trump, est un sceptique de longue date des réglementations commerciales, en particulier sur les règles limitant les émissions nocives, bien qu’il ait qualifié le réchauffement climatique de « urgent », selon la presse locale.

Si confirmé par le Sénat, le juge conservateur de 53 ans, qui est bien connu dans les milieux juridiques de Washington, pourrait servir pendant des décennies et avoir un droit de regard sur les règlementations environnementales émises par les futurs présidents, longtemps après que le président Trump aura quitté ses fonctions.

Michael Brune, président du Sierra Club, un groupe de militants écologistes, a déclaré que Kavanaugh est « un idéologue extrémiste qui s’est montré à maintes reprises hostile aux mesures de bon sens de protection de l’environnement ».

Juge de la Cour d’appel des États-Unis pour le district de Washington depuis 2006, Kavanaugh statuait souvent sur les contestations aux réglementations en vigueur par des groupes d’affaires tels que la Chambre américaine de commerce et l’Association nationale des manufacturiers.

Selon Don McGahn, qui a dirigé le processus de sélection des candidats à la Cour suprême, M. Kavanaugh a remis en question les règlements environnementaux adoptés par l’ancien président démocrate Barack Obama et la portée juridique de l’action de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Panama:.

L’autorité du canal de Panama, qui est l’agence du gouvernement du Panama responsable de l’opération et de la gestion du canal, a signé récemment plusieurs conventions avec des entreprises et organismes locaux qui s’activent dans les secteurs de l’éducation, les banques, le transport et la télécommunication, dans l’objectif de contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Ces accords de partenariat s’assignent pour but l’accélération de la mise en oeuvre des projets en faveur de la population autochtone et la protection des ressources naturelles, a indiqué le directeur du canal Gorgi Kikhano, soulignant que la signature de ces conventions confirme l’engagement de l’agence à promouvoir des initiatives visant la protection de l’environnement.

Voir Aussi