InitiativesLe ministre de l’Environnement de Delhi annonce le déploiement de 44 équipes pour contrôler la…

Initiatives

Indian schoolchildren cover their faces as they walk to school amid heavy smog in New Delhi on November 8, 2017.
Delhi shut all primary schools on November 8 as pollution levels hit nearly 30 times the World Health Organization safe level, prompting doctors in the Indian capital to warn of a public health emergency. Dense grey smog shrouded the roads of the world's most polluted capital, where many pedestrians and bikers wore masks or covered their mouths with handkerchiefs and scarves.
 / AFP PHOTO / SAJJAD HUSSAIN
05 Nov

Le ministre de l’Environnement de Delhi annonce le déploiement de 44 équipes pour contrôler la pollution

New Delhi – Alors que la qualité de l’air se détériorait dans la capitale, le ministre de l’Environnement de Delhi, Imran Hussain, a annoncé mardi le déploiement de 44 équipes, y compris des départements centraux pour contrôler la pollution et les auteurs d’infractions.

Dans une déclaration à la presse, M. Hussain a indiqué que la « campagne urgente » était organisée conjointement par les autorités de Delhi et le gouvernement central pour interdire strictement les activités qui aggravent la pollution de l’air.

Les 44 équipes seront composées de mandataires spéciaux, d’agents des sociétés municipales, du Comité de lutte contre la pollution de Delhi (DPCC), du Département de l’environnement de Delhi, du Comité central de contrôle de la pollution (CPCB) et du ministère de l’Union de l’Environnement, des Forêts et du Changement climatique.

« De la combustion de déchets aux routes poussiéreuses, en passant par les émissions de véhicules et l’utilisation de générateurs diesel, les équipes seront chargées de réduire la pollution atmosphérique locale et de prendre des mesures strictes contre les contrevenants responsables des sources de pollution atmosphérique à Delhi », a précisé M. Hussain.

« Des mesures punitives seront prises à l’encontre des contrevenants aux mesures de contrôle de la poussière et à ceux qui brûlent des déchets et du plastique à l’air libre », a déclaré le ministre.

 

Thaïlande-flore

Le département des parcs nationaux de la Thaïlande a annoncé la suspension d’un projet de construction d’une route en béton traversant le parc national de Kaeng Krachan dans la province de Phetchaburi (centre) après de vives protestations d’organisations de protection de l’environnement.

Le porte-parole du département, Komkrit Sethabuppha, a déclaré que toutes les parties prenantes (promoteurs du projet, des représentants des populations locales et des ONG de protection de la nature) seront conviées à des rencontres courant novembre pour débattre de ce projet et son impact sur l’environnement.

Réagissant à un appel lancé par les populations locales et des militants, le ministère en charge de l’environnement a ordonné la suspension du projet dans l’attente d’une réunion des parties concernées à partir du 5 novembre pour trouver un terrain d’entente.

 

Vietnam-plastique

La ville côtière de Da Nang (Centre) a lancé une campagne pour lutter contre les produits en plastique à usage unique pour faire face à la pollution et aux coûts du traitement des déchets.

Le Comité populaire de la ville a indiqué que la campagne est axée sur la sensibilisation du public aux dangers des déchets en plastique à usage unique sur l’environnement.

L’objectif est de rappeler aux visiteurs et aux résidents locaux l’importance de réduire l’utilisation quotidienne de produits en plastique, notamment les pailles, les gobelets et les sacs.

La ville produit 870 tonnes de déchets par jour, dont 95% sont collectés, et seulement 10%, principalement des déchets en plastique, sont recyclés.

Les autorités de Da Nang ont imposé des amendes sévères pour les déchets sur les plages afin d’améliorer le comportement dans les lieux publics et promouvoir un environnement propre et sain.

Chine-charbon

La consommation du charbon a pratiquement disparu de la plaine de Pékin, a annoncé la « State Grid Corporation » de Chine (SGCC). La métropole de plus de 21 millions de personnes s’était engagée à éliminer l’utilisation du charbon au profit d’énergies propres afin d’améliorer la qualité de l’air.

Selon le SGCC, ce statut « sans charbon » a été obtenu après l’achèvement du projet de conversion du charbon vers l’électricité de cette année.

Le SGCC a indiqué que, depuis 2016, dans le cadre de ce projet, près de 900.000 foyers de Pékin sont passés du charbon à l’électricité pour le chauffage.

L’annonce a été faite à la veille du début de la saison froide de cette année, période qui connait une forte hausse de la pollution de l’air dans les villes chinoises du nord, dont Pékin, en raison de l’utilisation des chaudières et des poêles au charbon.

Selon un bilan établi fin octobre 2018, un total de 3,62 millions de ménages à Pékin, à Tianjin et dans 26 autres villes des régions voisines ont vu leurs systèmes de chauffage au charbon convertis.

Indonésie-Huile de palme

L’Association des producteurs d’huile de palme indonésiens « GAPKI » table sur une hausse du volume global de ses exportations de 7 pc d’ici la fin de 2018.

« Les exportations de l’huile de palme brute et de ses produits dérivés ont progressé de 4 pc de janvier à septembre par rapport à la même période de l’année dernière, dans la perspective d’atteindre 7 pc vers la fin de l’exercice », a relevé le président de GAPKI, Joko Supriyono, à l’ouverture de la 14ème Conférence internationale sur l’huile de palme indonésienne et ses perspectives en 2019, qui s’est tenue jeudi dernier à Bali.

Il a également fait savoir que la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine a impacté négativement les importations de l’huile de soja chinoise en provenance des Etats-Unis, précisant que l’Indonésie compte bien combler la pénurie en cette huile végétale sur le marché chinois en hissant ses exportations vers Pékin.

 

Voir Aussi