InitiativesPanama : Le ministère de l’Environnement annonce avoir doté les différentes aires protégées du…

Initiatives

Forêt-ecology
10 Août

Panama : Le ministère de l’Environnement annonce avoir doté les différentes aires protégées du pays avec des motocyclettes et des systèmes de communication modernes basés sur la technologie satellite

Washington – Le ministère de l’Environnement du Panama a annoncé avoir doté les différentes aires protégées du pays avec des équipements, y compris des motocyclettes et des systèmes de communication modernes basés sur la technologie satellite, ce contribuera à améliorer la communication dans ces espace, protéger et améliorer la sécurité, en aidant à se déplacer plus rapidement dans les situations d’urgence.

Le ministre de l’Environnement Emilio Sempris, lors de la cérémonie à cette occasion, que ces équipements, d’une valeur à environ 430 000 de dollars, ont pour but de moderniser la gestion des aires protégées, qui constituent 40 pc du patrimoine foncier du Panama, ainsi que la gestion des ressources naturelles dans le pays et la promotion de l’écotourisme.

L’utilisation de cette technologie moderne dans les zones protégées augmentera les capacités des parcs afin de protéger les visiteurs, les étudiants et les scientifiques qui peuvent être employés au sein de ces espaces écologiques, a-t-il ajouté.

Etats-Unis d’Amérique :

L’industrie pétrolière a beaucoup à craindre de l’accord climatique de Paris de 2015, qui vise à limiter les hausses de température à moins de 2 ° C par rapport à l’ère préindustrielle. Pour réduire les émissions de carbone, la demande de combustibles fossiles devra chuter au cours des prochaines décennies. Cela devrait faire baisser les prix du pétrole et la valeur des investissements réalisés par les entreprises.

Un rapport publié cette semaine le cabinet de gestion des actifs « Sarasin & Partners », suggère que les sociétés pétrolières supposent que la décarbonisation sera limitée et surestiment ainsi leurs actifs.

Sarasin note que huit géants pétroliers européens ont tous utilisé des hypothèses de prix du pétrole à long terme de 70 à 80 dollars le baril, augmentant de 2% par an avec une inflation à 127-145 dollars d’ici 2050, pour évaluer leurs actifs. Mais cela ne semble pas supposer de baisse de la demande. L’Agence internationale de l’énergie prévoit un prix de seulement 60 dollars d’ici 2060; Oil Change International, un groupe de réflexion activiste, estime qu’il en coûte un minimum de 35 dollars. Les compagnies pétrolières pourraient faire face à un désordre collatéral de déchéances forcées.

La situation est compliquée par le fait qu’en Europe, les sociétés pétrolières peuvent choisir leurs propres prix à long terme, tandis qu’en Amérique, les régulateurs obligent les entreprises installées sur place à utiliser le prix moyen au cours de l’année écoulée, proche de 70 dollars.

Natasha Landell-Mills, de Sarasin, a déclaré que les sociétés pétrolières devraient être plus transparentes quant au risque que cela représente pour les actifs et les bénéfices.

Les investisseurs sont plus préoccupés par les entreprises américaines. La hausse des prix les a incités à se lancer dans des projets plus coûteux. L’Amérique est peut-être en train de quitter l’accord de Paris, mais échapper à son impact sur les prix mondiaux du pétrole est plus difficile, juge le document.

Voir Aussi