InitiativesPortugal: Une équipe de l’Institut supérieur d’ingénierie de Porto se penche sur le développement…

Initiatives

Photo prise le 25 avril 2005 près de Langon, de civelles péchées à l'épuisette et à l'éclairage d'une torche dans la Garonne. Les civelles sont de jeunes anguilles d'une dizaine de centimètres aussi appelées "piballes" dans le Sud-ouest. 
AFP PHOTO OLIVIER MORIN. / AFP PHOTO / OLIVIER MORIN
10 Mai

Portugal: Une équipe de l’Institut supérieur d’ingénierie de Porto se penche sur le développement d’une technologie visant à vérifier la qualité du poisson

Lisbonne  – Une équipe de l’Institut supérieur d’ingénierie de Porto (ISEP) se penche sur le développement d’une technologie visant à vérifier la qualité du poisson afin de réduire le gaspillage alimentaire dans l’industrie du poisson et de prévenir les problèmes de santé publique.

« Au Portugal, plus de 33.000 tonnes de poisson sont gaspillées chaque année, ce qui représente environ un quart de ce qui est pêché », lit-on dans une fiche d’information sur le projet FishBioSensing.

La majeure partie des poissons capturés « sont transformés en farine animale, perdant ainsi de la valeur monétaire », ont déclaré les chercheurs Cristina Delerue-Matos et Maria João Ramalhosa du Groupe de réaction et d’analyse chimique de l’ISEP.

Pour lutter contre ce gaspillage, l’équipe est en train de développer un dispositif électrochimique « sélectif, sensible, jetable, à faible coût » qui permet d’évaluer la sécurité et la qualité des produits de la pêche à différents stades de la chaîne alimentaire.

Le détecteur, « portatif et simple à utiliser », permet d’obtenir un signal électrique directement proportionnel à la quantité d’histamine présente dans le poisson, considéré comme l’un de ses principaux paramètres de qualité.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

 

Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du jeudi 10 mai 2018:

– Le gouvernement wallon a adopté mercredi en première lecture un décret permettant de revoir la composition du Conseil économique et social de Wallonie, afin d’y faire entrer, notamment, les associations environnementales.

Ce décret propose d’intégrer au Conseil économique et social, les associations « Inter-Environnement Wallonie » (IEW) et le « Réseau Information et Diffusion en Education à l’Environnement » (Réseau Idée).

Il prévoit également de rebaptiser le conseil en « Conseil Economique, Social et Environnemental de la Wallonie ».

« Il est logique que cet organe important au niveau wallon soit largement représentatif des enjeux actuels de notre société. Parmi ces enjeux, les questions environnementales sont évidemment d’une importance capitale », ont relevé le ministre-président wallon, Willy Borsus, et le ministre régional de l’Environnement, Carlo Di Antonio.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

Madrid, – De hauts représentants des secteurs financier et énergétique espagnols, notamment les présidents de la banque BBVA, Francisco Gonzalez et du groupe énergétique Iberdrola, Ignacio Sánchez Galán, ont appelé à la mise en place de politiques sur le changement climatique «claires et prévisibles» afin d’aider les secteurs économiques à prendre les décisions nécessaires dans ce domaine.

Intervenant lors du 1er Forum BBVA sur les finances durables, ces responsables ont mis l’accent sur l’importance d’une action coordonnée entre le gouvernement et les entreprises, fondée sur une réglementation climatique et énergétique claire, afin que le secteur financier puisse appuyer les efforts des entreprises en matière de transition énergétique.

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaría, qui a inauguré cette rencontre, a saisi cette occasion pour réaffirmer l’engagement de l’exécutif à faire aboutir prochainement le projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique, en vue de renforcer la mise en œuvre par l’Espagne de ses engagements dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat.

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

-Paris, Riche de 500 mesures dans plusieurs domaines d’actions (bâtiment, transports, énergie, alimentation, déchets, cadre de vie, mobilisation, finance…), le nouveau Plan Climat de Paris constitue une mise en œuvre concrète des engagements pris par la France lors de la COP 21 et guide la capitale française vers la neutralité carbone, a indiqué mercredi la Mairie de Paris, soulignant qu’il s’agit d’une première pour une collectivité française.

Au niveau local, pour atteindre la neutralité carbone, l’équation est simple : il faut diviser par deux les consommations énergétiques de Paris et atteindre 100% d’énergies renouvelables en 2050, explique la même source, précisant que sur le premier volet, la Ville de Paris travaillera en priorité à accompagner la rénovation des logements et à la réduction des transports les plus carbonés.

Pour atteindre 100% d’énergies renouvelables, la Ville tirera partie des avantages de son territoire et tissera des partenariats territoriaux pour soutenir et participer au financement de la production d’énergies renouvelables en dehors de son territoire, poursuit la Mairie, rappelant que ce nouveau Plan Climat a été voté dans sa version définitive, le 22 mars 2018 à l’unanimité par le conseil de Paris.

Une grande votation citoyenne sur le climat se tiendra à la fin du printemps pour permettre à chaque citoyen de s’engager dans cette démarche, selon la même source.

Voir Aussi