InitiativesSénégal: Le projet +Open Cities+ permettant d’asseoir une meilleure adaptation aux changements…

Initiatives

A man rides a motorbike with his belongings in a flooded street of Niamey following heavy rains, on June 15, 2017.
At least nine children have been killed in Niger as heavy rains over the past few days caused the collapse of houses in the capital Niamey, the authorities said on June 14, 2017.  / AFP PHOTO / BOUREIMA HAMA
13 Juil

Sénégal: Le projet +Open Cities+ permettant d’asseoir une meilleure adaptation aux changements climatiques lancé officiellement à Saint-Louis

Dakar – Le projet +Open Cities+ articulé autour de la collecte de données et d’informations cartographiques permettant d’asseoir une meilleure adaptation aux changements climatiques a été officiellement lancé, jeudi, à Saint-Louis (nord), rapporte l’agence de presse sénégalaise APS.

Le projet vise notamment à asseoir la résilience et l’adaptation aux changements climatiques par la collecte d’informations cartographiques fiables et participatives, selon ses initiateurs.

La ville de Saint-Louis, confrontée à l’érosion côtière, à l’avancée de la mer aux inondations et à d’autres problèmes environnementaux, figure parmi les dix villes africaines ciblées dans le cadre de mise en œuvre de cette initiative, a souligné le coordonnateur du projet, Souleymane Wade.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 13 juillet :

Côte d’Ivoire :

L’économie de la Côte d’Ivoire, qui maintient un rythme de croissance robuste, reste « très vulnérable » aux effets des changements climatiques, met en garde un rapport de la Banque mondiale (BM) rendu public, jeudi à Abidjan.

Selon le 7ème rapport de la BM sur la situation économique du pays, la Côte d’Ivoire occupe le 147ème rang sur les 169 pays « vulnérables » au changements climatiques.

L’économiste en chef, coordinateur des programmes de la BM en Côte d’Ivoire Jacques Morisset a fait savoir que la « Côte d’Ivoire a perdu 60% de son capital naturel entre 1990 et 2014 ».

Selon lui, « l’inaction n’est pas acceptable » d’où son appel à redoubler d’efforts sur l’usage des énergies renouvelables, l’adaptation de la filière cacao, la modernisation ainsi que l’adaptabilité du transport routier ».

Gabon :

Pour le développement de leurs projets d’aménagement hydroélectrique de Ngoulmendjim, située sur le fleuve Komo à 125 Km de Libreville et Dibwangui (sud-ouest), le Fonds Gabonais d’investissement stratégique et Eranove veulent concilier à leur démarche économique, un aspect écologique durable, indique la presse locale.

Après la signature en octobre 2016 dernier de deux conventions de concession avec l’Etat gabonais pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation des centrales hydroélectriques précitées, le Groupement vient de commanditer une étude du milieu naturel des sites d’aménagement des projets.

L’étude présentée hier à Libreville offre « une bonne connaissance de la biodiversité locale » et permet de penser à un meilleur « équilibre entre l’empreinte du projet et son efficience ».
Mali :

La 20è session du conseil d’administration de la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP) s’est tenue mercredi à Bamako, selon la presse locale.

Cette session a porté principalement sur l’examen et l’adoption des états financiers pour l’exercice 2017, l’état d’exécution du budget et le rapport d’activités pour le même exercice ainsi que l’exécution du budget de l’année en cours.

Intervenant à cette occasion, le président du conseil d’administration, Younouss Hamèye Dicko a souligné que le projet d’appui du Danemark et de la Suède (PADS) au programme sectoriel eau et assainissement (PROSEA) qui a couté plus de 12 milliards de Fcfa, a permis de doubler les capacités de production d’eau potable de quatre grandes agglomérations à savoir Kayes, Sikasso, Kati et Koutiala.

Ghana :

La superficie forestière du Ghana est passée de 70% à 30% selon le programme international de développement.

Cette superficie peut encore réduire de 15% si des mesures drastiques ne sont pas prises pour limiter les comportements environnementaux irresponsables, tels que l’abattage illégal des arbres et l’exploitation minière « Galamsey ».

Voir Aussi