InitiativesAccord entre chercheurs américains et entreprises danoises pour développer les solutions danoises…

Initiatives

Lac Amghass II, Azrou (22/03/17). Lac, rivère, eau, faune, floore, nature, environnement, nature
18 Mai

Accord entre chercheurs américains et entreprises danoises pour développer les solutions danoises de technologie de l’eau

Copenhague – Des chercheurs de l’Université de Stanford en Californie et des entreprises danoises ont signé récemment un accord de collaboration pour développer davantage les solutions danoises de technologie de l’eau et les appliquer dans le nouveau programme des eaux souterraines de la Californie.

Au cours des dernières années, la Californie a été confrontée à des problèmes de pollution et de diminution des niveaux des eaux souterraines en raison d’un tirant d’eau de longue durée et d’une industrie agricole en plein essor.

Un nouveau projet, qui se déroulera au cours des vingt prochaines années, vise à cibler ces défis en adaptant et en développant des solutions danoises de technologie de l’eau pour répondre à la demande californienne.

En outre, le projet vise à collecter et à apporter de nouvelles connaissances au Danemark pour aider à soutenir le développement de solutions danoises de technologie de l’eau.

Le projet est une collaboration entre l’Université de Stanford et l’Université d’Aarhus aux côtés de la société américaine Aqua Geo Frameworks, de l’Agence danoise pour la protection de l’environnement et des entreprises danoises Ramboll, I-GIS et SkyTEM Surveys.

Ces entreprises sont représentées par l’Alliance des technologies de l’eau du Conseil du commerce au Consulat général du Danemark à Silicon Valley.

L’accord de collaboration est une grande percée et une opportunité commerciale pour les entreprises danoises. L’un des domaines d’intervention du projet consiste à cartographier les eaux souterraines californiennes.

Grâce à une combinaison de survols systématiques d’hélicoptères et de cartographie détaillée du sous-sol, les solutions danoises aideront à développer un modèle de cartographie spécifique pour le programme des eaux souterraines de la Californie.

– Le fabricant danois des éoliennes MHI Vestas a annoncé la signature d’une série d’accords avec un groupe de sociétés pour la fourniture de générateurs d’éoliennes offshore, construits pour résister aux dures conditions de typhon de Taiwan.

Plus précisément, la coentreprise entre Mitsubishi Heavy Industries et Vestas Wind Systems a conclu un protocole d’entente avec Teco Electric & Machinery. Le pacte fournisseur concerne les produits générateurs qui seront utilisés pour la plate-forme V164 de 9 MW de MHI Vestas.

La compagnie danoise a confirmé que la plate-forme sera prête en 2020, à temps pour les premiers projets sur le marché. Le mois dernier, le ministère des Affaires économiques de Taiwan a attribué 3,8 GW de capacité de réseau aux développeurs éoliens offshore.

Teco est engagée dans la production de générateurs éoliens depuis des années, mais s’est surtout concentrée sur le marché onshore. Elle est maintenant en expansion dans le domaine offshore.

« En collaboration avec nos partenaires, TECO ciblera non seulement Taiwan, mais aussi d’autres marchés mondiaux, notamment le Japon, la Corée du Sud, l’Asie du Sud-Est et l’Asie-Pacifique », a déclaré Sophia Chiu, présidente de TECO.

– Stockholm- La société suédoise d’énergie éolienne Rabbalshede Kraft AB a annoncé, jeudi, avoir réduit sa perte de 10,7 millions de couronnes suédoises (1 million d’euros) au premier trimestre de 2018 à 13,8 millions de couronnes il y a un an.

L’entreprise gère 181 éoliennes, dont 93 sont détenues en copropriété. La production des propres parcs éoliens est passée de 138 059 MWh à 115 528 MWh il y a un an.

– Oslo – L’industrie norvégienne de la pisciculture doit réduire les taux de mortalité pour améliorer le bien-être des animaux et protéger leur réputation et leurs profits, a souligné le ministre des Pêches Per Sandberg.

Alors que la survie des saumons dans les cages d’élevage peut varier considérablement d’une ferme à l’autre, quelque 15 à 20% des poissons meurent chaque année, selon l’Autorité de sécurité alimentaire, contre 10 à 12% en 2012, en raison des épidémies de pou maladie.

« Réduire la mortalité est une chose dont tout le monde bénéficiera, principalement le poisson, mais aussi le résultat financier des pisciculteurs, et pas du moindre leur réputation », a expliqué le ministre.

Il effectue actuellement une visite en Chine pour promouvoir les produits de la mer norvégiens, dans l’espoir de stimuler ce qui est encore un petit marché pour le saumon.

« A l’avenir, les demandes pour la qualité des produits de la mer norvégiens seront encore plus élevées », a déclaré M. Sandberg, ajoutant que des normes élevées seront nécessaires à long terme pour maintenir l’accès au marché.

Seafood Norway, une organisation de marketing appartenant à l’État qui représente plus de 550 entreprises norvégiennes de produits de la mer, a déclaré partager l’ambition du ministre de réduire les taux de mortalité, mais a refusé de préciser une cible pour le moment.

– Le parti conservateur norvégien a exprimé son opposition aux mesures prises par le Conseil municipale d’Oslo relatives à la circulation dans le centre-ville, notamment avec la fermeture de certaines voies.

Après la décision de mettre en œuvre ces mesures, il serait difficile pour les voitures de circuler dans certaines zones du centre-ville de la capitale, à l’exception des autobus publics et touristiques.

Le Parti vert, qui fait partie de la majorité au sein du conseil municipal, indique que la plupart des zones dans le centre-ville sera réaménagée en vue de les utiliser dans des autres activités au profit des piétons.

De son côté, Erik Solberg du parti conservateur critique ces mesures, ajoutant que la proposition pour davantage de rues piétonnes peut être mise en œuvre sans que cela soit encore plus difficile pour ceux qui dépendent de la voiture.

– Helsinki – La Finlande lance un jeu numérique passionnant qui envoie les jeunes dans l’année 2044 via une machine à remonter le temps pour relever les défis du changement climatique dans le but d’engager les jeunes dans l’éducation au développement durable (EDD).

Le jeu « Possible World » est le volet le plus récent du projet Ilmari, une coopération fondée en 2003 par Youth Academy, une organisation à but non lucratif qui crée des liens entre les jeunes et la société, et trois organisations environnementales, Dodo, Amis de la Terre Finlande et la Ligue finlandaise pour la nature.

Le projet Ilmari soutient des projets initiés par les jeunes sur divers sujets en fournissant des outils et des formations pour les adultes qui travaillent avec eux.

Ses principaux objectifs consistent à encourager les jeunes à faire des choix durables dans leur vie quotidienne et à agir collectivement en faveur du climat.

Leur programme sur le changement climatique est mis en œuvre par le biais de visites scolaires thématiques pour les écoles élémentaires supérieures dans toute la Finlande.

Le projet forme de jeunes ambassadeurs du changement climatique, généralement des étudiants à l’université, qui se rendent dans les salles de classe pour effectuer des visites et des ateliers de 90 minutes visant à sensibiliser les écoliers à l’éducation au climat et à la durabilité.

Il élabore également des outils à l’intention des enseignants tels que le jeu climatique interactif, dirige un programme de stages sur le climat et organise un sommet annuel de la jeunesse sur le climat.

« En Finlande, les jeunes comprennent les défis environnementaux. Mais nous voulons leur montrer qu’il faut faire beaucoup plus qu’éteindre les lumières et monter des actions collectives autour de projets de portée mondiale », a dit Maija Vuorjoki, chef de projet à la Youth Academy, qui a joué un rôle important dans la conception du jeu sur le changement climatique.

Depuis son lancement, le projet a fait participer plus de 60.000 élèves et 2.000 enseignants et la Youth Academy a formé 450 jeunes ambassadeurs pour se rendre dans les écoles et donner des cours sur le changement climatique, tout en créant un large éventail de matériels pédagogiques sur l’éducation au climat.

Des sommets de la jeunesse sur le climat se sont tenus chaque année depuis 2013, et chaque événement a attiré 100 élèves et 30 enseignants pour concevoir et planifier un projet climatique pour leurs écoles.

Le projet Climate Internship est mis en œuvre dans 6 villes et 17 lieux de travail (organisations, entreprises, bureaux communautaires) et offre des stages à des jeunes âgés de 13 à 16 ans.

– Le Fonds d’innovation finlandais (Sitra) et le ministère de l’Environnement du Japon, co-organisent le Forum mondial de l’économie circulaire (World Circular Economy Forum – WCEF) du 22 au 24 octobre à Yokohama, au Japon.

« WCEF présentera les meilleures solutions d’économie circulaire au monde et réunira des chercheurs et des acteurs clés de l’économie circulaire du monde entier », a indiqué Sitra dans un communiqué.

Cet événement phare « examinera comment les entreprises peuvent saisir de nouvelles opportunités, acquérir un avantage concurrentiel grâce à des solutions d’économie circulaire et comment l’économie circulaire contribue à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies ».

Les coorganisateurs du WCEF comprennent la Commission européenne, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et la Fondation Ellen MacArthur.

Le premier WCEF a été organisé à Helsinki en Finlande en 2017 et l’événement de cette année est le premier du genre à avoir lieu en dehors de l’Europe.

« La percée de l’économie circulaire en Asie est extrêmement importante car une quantité importante de production et de consommation mondiales a lieu en Asie », a déclaré Mari Pantsar, directrice de la division Economie circulaire neutre en carbone auprès de Sitra.

« L’actualisation du modèle d’économie durable est essentielle pour l’avenir de notre planète. L’économie circulaire offre également une énorme opportunité de créer de la croissance et des emplois dans les limites de la planète à l’échelle mondiale », a-t-elle estimé.

D’après le communiqué, l’Union européenne (UE) a un rôle crucial à jouer dans la promotion de l’économie circulaire au niveau mondial. Le Forum mondial de l’économie circulaire joue le rôle d’accélérateur pour l’économie circulaire, soutenant la collaboration entre les organisations et les secteurs public et privé.

« Le Japon a établi sa propre stratégie d’économie circulaire depuis plus de 20 ans et publiera bientôt la quatrième version de la stratégie. Le Forum mondial de l’économie circulaire offre une excellente plate-forme pour donner une forte impulsion à sa mise en œuvre », a déclaré Masayoshi Kurisu du ministère de l’Environnement du Japon.

Parmi les questions qui seront abordés lors du forum figurent notamment les avantages économiques et l’équité sociale de l’économie circulaire, les solutions énergétiques et climatiques, le commerce circulaire, les transports futurs et les solutions circulaires pour réduire les déchets plastiques marins.

Voir Aussi