InitiativesLa Suède, l’UE et les pays nordiques accueilleront ensemble des réunions sur l’énergie en mai 2018

Initiatives

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE AGNIEL : "LE TOURISME INDUSTRIEL : UNE ACTIVITE D'ETE ALTERNATIVE QUAND LE SOLEIL BOUDE". Un touriste photographie des éoliennes lors d'une visite organisée par EDF-Energies Nouvelles dans le parc éolien de Bouin, le 06 Aout 2009. Quand le temps n'est pas au beau fixe et que les estivants se lassent d'écumer musées et châteaux autour de leur lieu de villégiature, il reste encore pour les plus curieux le tourisme industriel et artisanal.  AFP PHOTO FRANK PERRY / AFP PHOTO / FRANK PERRY
12 Fév

La Suède, l’UE et les pays nordiques accueilleront ensemble des réunions sur l’énergie en mai 2018

Copenhague – En mai 2018, la Suède, l’UE et les pays nordiques accueilleront ensemble de grandes réunions ministérielles sur l’énergie, alors que la région d’Öresund accueillera également la semaine nordique de l’énergie propre, indique l’Agence suédoise de l’énergie.

« J’attends avec impatience les discussions, en Suède, avec les ministres de l’énergie et les décideurs du monde entier sur la manière de prendre la responsabilité conjointe de développer les solutions énergétiques durables de demain. Les réunions fourniront également des opportunités fantastiques pour commercialiser l’expertise des technologies énergétiques nordiques », a affirmé le ministre de la coordination des politiques et de l’énergie, Ibrahim Baylan, qui représentera la Suède et dirigera certaines parties des réunions.

La Conférence ministérielle sur l’énergie propre (CEM) et la Mission Innovation Ministerial (MI) sont des collaborations parallèles menées par les ministres de l’énergie du G20 et des pays nordiques.

La troisième mission ministérielle de l’innovation (MI3) se tiendra à Malmö (Sud) le 23 mai, suivie de la neuvième réunion ministérielle sur l’énergie propre (CEM9) à Copenhague le 24 mai.

Le 22 mai, la réunion ministérielle nordique sur l’énergie se tiendra à Lund. La Suède assumera la présidence du Conseil des ministres nordique en 2018.

La réunion ministérielle sur l’énergie propre et la réunion ministérielle sur l’innovation de la mission rassemblent un groupe de pays qui représentent 75% des émissions de gaz à effet de serre et 90% des investissements dans les énergies propres.

Les initiatives visent à renforcer les échanges d’expériences et la coopération législative qui peuvent accélérer la transition vers une énergie propre, réduisant ainsi l’impact du secteur de l’énergie sur l’environnement.
En plus d’un certain nombre de manifestations parallèles officielles liées aux réunions ministérielles (CEM9 / MI-3), diverses activités liées à l’énergie auront lieu dans la région d’Öresund les 21 et 24 mai.

La semaine nordique de l’énergie propre est co-organisée par la Suède et le Danemark. Au cours de la semaine, les politiciens, les chercheurs, les entreprises et l’industrie se réuniront pour discuter des solutions énergétiques futures.

******************************************

.- Reykjavík- Les Islandais ne détiennent aucun brevet pour les méthodes d’utilisation de la chaleur géothermique en Islande et n’ont pas de telles demandes de brevet en cours.

Cependant, un certain nombre de brevets dans ce secteur sont déjà détenus par des entités étrangères et il existe actuellement encore 45 demandes de brevets appartenant à des étrangers et liées à l’utilisation de la géothermie.

Cette information a été annoncée lors d’un symposium sur les droits de propriété intellectuelle dans le secteur de la géothermie, organisé ce week-end par l’Office islandais des brevets et le ministère des Industries et de l’Innovation.

L’objectif du symposium était d’exhorter les entreprises des secteurs de la géothermie et de l’énergie à considérer l’importance de la connaissance et de l’ingéniosité dans leurs domaines, ainsi que l’importance de protéger la propriété intellectuelle afin de rester compétitive dans l’industrie.

Lors de cette rencontre, Borghildur Erlingsdóttir, directrice générale de l’Office islandais des brevets, a fait état de l’existence actuellement de 15 brevets de ce type dans le pays, dont aucun n’est détenu par des entités islandaises.

Mme Borghildur a déclaré qu’elle n’avait aucune explication sur les raisons pour lesquelles les grandes sociétés d’électricité en Islande, comme le fournisseur national Landsvirkjun, ne demandent pas de brevets.

***************************

.- Helsinki- Le producteur énergétique finlandais a annoncé la signature d’un accord d’acquisition de toutes les actions de trois producteurs de chaleur lettons indépendants SIA BK Enerģija, SIA Energy & Communication et SIA Sprino.

La transaction est soumise à l’autorisation de l’Autorité de la concurrence et sera donc déposée auprès du Conseil de la concurrence de la République de Lettonie.

Les sociétés de production acquises continueront à livrer de la chaleur à la société de chauffage urbain PAS Daugavpils Siltumtikli de Daugavpil et fourniront environ 40% des besoins en chaleur de la ville en 2018.

« Nous croyons que Fortum peut contribuer à la prochaine transition énergétique de la région de Daugavpils. Nous sommes très fiers de notre succès à Jelgava et nous sommes convaincus que nous pourrons transmettre nos connaissances aux résidents et aux entreprises de Daugavpils », a déclaré Julia Sundberg, directrice nationale de Fortum en Lettonie.

Par ailleurs, voici le Bulletin écologique de l’Europe du Nord

L’Agence danoise de l’énergie (DEA) vient de publier un dépliant sur la façon dont elle peut aider d’autres pays vers un avenir plus vert grâce à une planification énergétique basée sur des scénarios.

« La DEA a préparé une brochure complète pour sensibiliser à la planification énergétique à long terme en tant que compétence unique du Danemark », indique l’Agence dans un communiqué, précisant que ladite brochure « explique clairement comment et pourquoi l’analyse basée sur des scénarios peut être la base pour décider de l’approche la plus réaliste et efficace pour transformer le système énergétique et présente les expériences de nos pays partenaires en matière de planification à long terme ».

La brochure est intitulée « Planification à long terme pour un avenir plus vert – Comment l’Agence danoise de l’énergie peut aider votre pays à travers une planification énergétique basée sur des scénarios ».

L’Agence rappelle qu’au cours des 40 dernières années, le Danemark a connu un succès domestique dans la transformation verte de son système énergétique. De nombreux pays ont élaboré des plans d’action et des stratégies ambitieux pour augmenter la part des énergies renouvelables dans leur système énergétique afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d’être indépendant de l’utilisation des combustibles fossiles et de réduire les coûts énergétiques totaux.

Ainsi, fournir une assistance pour mettre en place un cadre vers la transition verte et un avenir énergétique durable à long terme est considéré comme nécessaire et souhaité.

La DEA fournit une aide de gouvernement à gouvernement dans un certain nombre d’économies émergentes dont la Chine, l’Afrique du Sud, le Mexique, l’Indonésie, l’Inde, le Vietnam, l’Éthiopie, l’Ukraine et la Turquie. L’un des outils importants de la transition danoise a été l’analyse de scénarios fondée sur des modèles pour le secteur de l’électricité.

Les modèles de planification énergétique à long terme visent principalement à soutenir les décisions stratégiques, opérationnelles et politiques pour les futurs systèmes énergétiques. La DEA travaille avec des analyses de scénarios à long terme basées sur des modèles en Chine depuis 2012, au Mexique depuis 2014, au Vietnam depuis 2015, en Indonésie depuis 2016 et en Ukraine depuis 2017.

.- Danish DTU Wind Energy et Norwegian SINTEF Energi ont signé récemment un protocole d’accord portant sur trois grands domaines de l’énergie éolienne, à savoir le développement de réseaux offshore, le contrôle éolien et les sous-structures pour les éoliennes offshore.

Avec ce partenariat, impliquant également l’Université de Trondheim NTNU et d’autres parties du Groupe Sintef, les parties veulent se concentrer sur les défis industriels pour l’énergie éolienne offshore et créer un solide partenaire de l’industrie pour la recherche et le développement nécessaires pour développer des solutions meilleures et moins chères.
« Le partenariat est un grand pas dans la bonne direction et il nous oblige à coopérer et à coordonner dans certains domaines importants, tout en établissant une feuille de route commune pour la recherche dans les trois domaines sélectionnés. La coopération internationale deviendra encore plus importante à l’avenir et nous sommes donc heureux et fiers que nous puissions conclure cette coopération avec SINTEF, qui possède de fortes compétences et activités sur l’énergie éolienne offshore », a affirmé Peter Hauge Madsen, chef de département chez DTU Wind Energy.

De son côté, John Olav Tande, chercheur en chef et directeur de recherche chez SINTEF Energy, a assuré que « nous connaissons bien le DTU grâce à de nombreux projets couronnés de succès liés à l’énergie éolienne, et nous sommes en train de franchir une nouvelle étape naturelle pour améliorer la coopération ».

**************************************

.

Voir Aussi