InitiativesVattenfall s’apprête à lancer de nouvelles études des fonds marins sur les sites du parc éolien…

Initiatives

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE CELINE AGNIEL : "LE TOURISME INDUSTRIEL : UNE ACTIVITE D'ETE ALTERNATIVE QUAND LE SOLEIL BOUDE". Un touriste photographie des éoliennes lors d'une visite organisée par EDF-Energies Nouvelles dans le parc éolien de Bouin, le 06 Aout 2009. Quand le temps n'est pas au beau fixe et que les estivants se lassent d'écumer musées et châteaux autour de leur lieu de villégiature, il reste encore pour les plus curieux le tourisme industriel et artisanal.  AFP PHOTO FRANK PERRY / AFP PHOTO / FRANK PERRY
14 Sep

Vattenfall s’apprête à lancer de nouvelles études des fonds marins sur les sites du parc éolien offshore au large des côtes danoises

Stockholm – L’opérateur énergétique suédois Vattenfall (étatique) s’apprête à lancer de nouvelles études des fonds marins sur les sites du parc éolien offshore de 350 MW de Vesterhav North et South, au large des côtes du Danemark.

Deux navires – Olympic Delta et Katabatic – seront déployés pour rechercher des munitions non explosées et autoriser des archéologues à examiner jusqu’à trois épaves possibles dans la région.

Dorthe Reng Erbs-Hansen, géophysicien en chef à Vattenfall, a indiqué qu’une étude géophysique des sites de parcs éoliens a été réalisée en 2017 et a permis de trouver 22 points d’intérêt.

Les travaux de 2017 ont également permis de découvrir des modifications du champ magnétique qui n’étaient pas assez claires, a-t-il ajouté.

« En général, on s’attend à ce que 1 à 5% des champs désignés soient des objets dangereux, mais nous trouvons souvent d’autres choses intéressantes comme d’anciennes ancres et peut-être de vieilles épaves », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, voici le bulletin écologique de l’Europe du Nord:

Copenhague, 14/09/2018 (MAP)- La capitale danoise a été choisie comme ville hôte du Sommet des Maires du C40 « C40 Mayors Summit », qui se tiendra à l’automne 2019, avec la participation de 1 000 délégués de 96 mégapoles du monde entier.

L’annonce a été faite la veille, lors du « Cities4Climate meeting » à San Francisco, le conseil d’administration du réseau C40 Cities.

Le Sommet est un événement unique qui rassemble les maires et autres délégués municipaux d’environ 80 grandes villes du monde, ainsi que 15 « villes innovantes » plus petites, dont celles de Copenhague. Ensemble, les villes du C40 comptent 650 millions d’habitants et représentent 25% du PIB mondial, mais aussi 70 % de l’émission de gaz à effet de serre.

Dix villes étaient en lice pour l’édition 2019, mais le choix final devait se faire entre Washington DC, Dubaï et Copenhague.

À Copenhague, les maires se concentreront sur des solutions pratiques et un plan climatique qui permettra aux villes d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

« Je suis très heureux et fier que les plus grandes villes du monde aient choisi Copenhague pour accueillir le Sommet sur le climat C40 en 2019. C’est une reconnaissance forte de nos efforts en matière de climat. Le sommet mettra les efforts climatiques au premier plan et inspirera le monde entier avec les solutions écologiques de Copenhague », a déclaré le maire de la ville Frank Jensen.

Créée en 2005 par l’ancien maire de Londres Ken Levingstone, le C40 Cities Climate Leadership Group (C40) est une organisation qui vise à lutter contre le dérèglement climatique.

.- Le géant énergétique danois Ørsted a annoncé jeudi la signature d’un contrat avec Woen-Jinn Harbor Engineering (WJ) de Taiwan pour l’installation de câbles de réseau dans ses projets éoliens offshore de la région de Changhua.

Le promoteur éolien offshore danois a déclaré qu’en vertu de ce contrat d’environ 27,9 millions d’euros « WJ devra installer un nombre important de câbles réseau et assurera un travail substantiel pour les projets à construire en 2021 ».

Les quatre sites d’Ørsted au large du comté de Changhua ont une capacité potentielle totale de 2,4 GW, dont 900 MW devraient être construits en 2021.

L’accord comprend une disposition permettant à WJ d’investir dans un navire de pose de câbles de nouvelle construction.

C’est le premier contrat majeur attribué à Ørsted pour ses projets dans le Greater Changhua. Le développeur a déclaré qu’il démontrait son engagement à s’appuyer sur des fournisseurs locaux pour l’industrie éolienne offshore.

Le contrat fait suite à une collaboration entre les deux sociétés au cours des deux dernières années et à la signature d’un protocole d’accord en novembre 2017 et d’une lettre d’intention en mai 2018.

Une équipe de spécialistes d’Ørsted aidera WJ à développer les normes et compétences requises pour le projet.

********************************
Si l’épave du navire a plus de 100 ans, il sera protégé et un rayon de sécurité plus large devra être utilisé lors de la construction des parcs éoliens, a indiqué Vattenfall.

Deux autres sites trouvés lors de l’enquête précédente pourraient également être des naufrages, mais ils n’ont pas encore été confirmés, a ajouté la société.

Les nouvelles enquêtes dureront deux à trois semaines, après quoi Olympic Delta déménagera sur le site du parc éolien offshore de 600 MW de Kriegers Flak, également au large des côtes danoises.

*****************************

.-Oslo- Après un été exceptionnellement chaud et sec qui a frappé les réserves hydroélectriques de la Norvège et interrompu en grande partie ses exportations d’électricité, les sociétés énergétiques sont désormais fermement résolues à vendre leur production excédentaire à l’étranger, a affirmé le régulateur NVE.

Les prévisions concernant l’augmentation des précipitations la semaine dernière ont également contribué à faire baisser les prix de l’électricité nordique, le contrat du quatrième trimestre ayant diminué de 4% depuis la semaine dernière, a ajouté NVE.

Les exportations vers la Suède ont augmenté à partir de début septembre, grâce à la hausse des prix du carbone qui a rendu l’énergie allemande moins compétitive.

« En Allemagne, les anticipations de prix ont augmenté au cours d’une autre semaine de forte hausse du prix du CO2. En outre, de nouveaux câbles électriques ont été mis en service au-dessus du fjord d’Oslo contribuant à accroître les exportations de la Norvège vers la Suède la semaine dernière », a indiqué le régulateur.

La semaine dernière, la Norvège a reçu de l’eau dans ses réservoirs d’hydroélectricité équivalant à une production d’énergie de 2,5 térawattheures, soit environ 25% de plus que la semaine précédente.

NVE s’attend à ce que les précipitations dans l’ouest de la Norvège dépassent les niveaux moyens de la semaine prochaine, ce qui pourrait encore augmenter ses réserves.

*****************************

.-Helsinki- Un manque de pluie inhabituel a frappé durement l’agriculture finlandaise cet été, ce qui a maintenu la récolte à 2,7 milliards de kilogrammes, soit 25% de moins que les deux années précédentes, a révélé jeudi Statistique Finlande.

« Mais la récolte plus petite que d’habitude est de grande qualité maintenant et la part de grain suffisamment bonne pour faire du pain est plus élevée que d’habitude », a indiqué Ilkka Lehtinen, statisticien du secteur agricole de Statistics Finland.

Même si la récolte de 2018 est restée faible en volume, l’augmentation de quelque 40% des prix de vente a compensé l’impact avec un résultat global de 10% côté bénéfices.

Ilkka Schulman, spécialiste des céréales à l’Organisation centrale des agriculteurs et des propriétaires forestiers, a estimé que l’appréciation de Statistics Finland ne donnait pas une image complète.

« Les agriculteurs ont vendu une plus grande part des céréales à l’avance à des prix inférieurs. Il ne restait donc plus grand chose à vendre lorsque le niveau des prix a augmenté », a-t-il noté.

.- Les parcs nationaux de Finlande sont très prisés, mais environ un tiers de leurs trajets sont dans un état de dégradation modéré ou grave, indique jeudi un rapport de l’Administration des forêts, Metsähallitus.

L’an dernier, plus de trois millions de personnes ont visité les parcs nationaux de Finlande, mais dans de nombreux endroits, des éléments tels que des passerelles en bois sur les zones humides sont mal entretenus.

« J’ai remarqué le mauvais état de beaucoup de zones et de chemins sur mes tournées », explique Timo Tanninen, chef du service de la nature de Metsähallitus, qui fait état de l’usure ou de la dégradation de nombreux panneaux d’information et de signalisation.

En juillet dernier, un pont suspendu s’est effondré dans le parc national de Repovesi (dans le sud-est) qui draine 170 000 visiteurs annuellement. Bien qu’aucune des neuf personnes sur le pont au moment de l’effondrement n’ait été grièvement blessée, l’incident a néanmoins mis la puce à l’oreille quant à l’état de l’infrastructure du parc.

« Vous pourriez dire que les décideurs politiques ont pris conscience de ce problème, et que notre administration assume l’entière responsabilité de l’accident », a déclaré Tanninen.

Soutenant que les fonds affectés à l’entretien des parcs nationaux sont insuffisants, Metsähallitus assure qu’elle aurait besoin de 44 millions d’euros pour que tous les parcs de la Finlande soient conformes aux normes, tandis que le budget annuel du gouvernement pour les réparations est inférieur à 40 millions d’euros.

« Refaire les trottoirs du parc coûte cher, environ dix mille euros par kilomètre », explique Tanninen. « Les Finlandais paient moins de 10 euros par personne en taxes pour l’entretien de nos parcs nationaux. Si nous pouvions même le faire à 10 euros, nous pourrions rassurer nos clients sur le fait que tout est parfait. »

Le gouvernement a investi 1,9 million d’euros supplémentaires dans l’entretien des parcs, loin des six millions d’euros prévus pour les cinq prochaines années.

Selon nombre d’enquêtes, de nombreux visiteurs des parcs se disent prêts à payer plus pour l’entretien, mais beaucoup sont d’accord sur le fait que garder l’entrée gratuite est primordial.

*********************************

.- Riga- Au cours des sept premiers mois de 2018, la production d’électricité des centrales hydroélectriques lettones a chuté de 14,7% par rapport à la même période de l’année dernière, selon des données publiées jeudi par le Bureau central des statistiques.

Au cours des sept premiers mois de l’année en cours, les centrales hydroélectriques de Lettonie ont généré 2,095 milliards de kWh d’énergie, contre 2,456 milliards de kWh en janvier-juillet 2017.

Les centrales combinées de production de chaleur et d’électricité (cogénération) ont généré 2,212 milliards de kWh d’électricité, en hausse de 17% par rapport aux sept premiers mois de 2017, période durant laquelle elles ont produit 2,446 milliards de kWh.

Les parcs éoliens ont généré 64 millions de kW d’électricité sur les sept premiers mois de 2018, en baisse de 21% par rapport à la même période de l’année dernière (81 millions de kWh).

En 2017, les centrales hydroélectriques ont généré 4 368 milliards de kWh, les centrales de cogénération 2,968 milliards et les parcs éoliens 153 millions de kWh.

.- La Lettonie envisage de stocker 180 échantillons de semences à la voûte mondiale de semences de Svalbard, la chambre forte souterraine sur l’île norvégienne du Spitzberg destinée à conserver dans un lieu sécurisé des graines de toutes les cultures vivrières de la planète et à préserver ainsi la diversité génétique de la planète.

La Lettonie prévoit principalement de stocker des graines de céréales, du lin, des légumineuses et des plantes vivaces, a indiqué jeudi le ministère letton de l’Agriculture.

L’Institut national de recherche sur les forêts (Silava) prévoit de signer un accord avec la Svalbard Global Seed Vault pour stocker des échantillons de semences lettones.

Actuellement, Silava gère la banque de gènes des espèces cultivées d’origine lettone. L’accord avec la voûte mondiale de semences est nécessaire pour s’assurer que les échantillons de semences les plus importants ne disparaîtront pas.

Le Global Seed Vault préserve une grande variété de semences de plantes qui sont des échantillons en double, ou des copies de rechange, de semences conservées dans des banques de gènes à travers le monde.

La chambre forte des semences est une tentative de protection contre la perte de semences dans d’autres banques de gènes lors de crises régionales ou mondiales à grande échelle.

 

Voir Aussi