InstitutionsDanemark: signature d’un contrat pour la construction de tours d’éoliennes à Taiwan

Institutions

eolienne
31 Oct

Danemark: signature d’un contrat pour la construction de tours d’éoliennes à Taiwan

Copenhague – La joint-venture dano-nipponne MHI Vestas a signé un contrat conditionnel avec le partenariat CS Wind/Chin Fong pour la construction de tours d’éoliennes dans le port de Taichung à Taiwan.

L’accord renforce les efforts de localisation de MHI Vestas avant ses premiers projets à Taïwan, qui comprenaient un accord conclu avec Copenhagen Infrastructure Partners (CIP).

« Nos activités cette semaine soulignent notre fort engagement envers le marché éolien offshore de Taiwan et la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement locale », a affirmé le co-directeur de MHI Vestas, Lars Bondo Krogsgaard.

« L’accord de localisation signé hier avec CIP, ainsi que le contrat de tour conditionnel que nous signons aujourd’hui avec CS Wind, et en partenariat avec Chin Fong, démontre que lorsqu’il existe un pipeline de projets stable et visible, MHI Vestas est prête à investir et à tenir la promesse de l’éolien offshore à Taiwan », a-t-il ajouté.

Le partenariat entre CS Wind et Chin Fong réunit des acteurs industriels ayant une expérience de l’industrie des tours d’éoliennes et une expertise de la fabrication locale.

Knud Bjarne Hansen, co-directeur général de CS Wind, a souligné que CS Wind a élargi ses bases de fabrication afin de suivre ses clients et de conserver sa position de leader du marché dans le secteur mondial des tours éoliennes.

« Nous sommes ravis de pouvoir saisir cette précieuse opportunité pour conquérir une position de leader sur le marché offshore de Taiwan, comme nous l’avons fait sur le marché offshore européen avec des tours éoliennes offshore produites à partir de nos installations au Royaume-Uni et au Vietnam », a-t-il indiqué.

.-Le premier projet d’un partenariat entre le développeur danois d’énergie solaire et éolienne, European Energy, et le Fonds d’investissement vert du Danemark, consistera à recycler des turbines dans un nouveau parc éolien.

European Energy a initié une coopération avec le Fonds d’investissement vert du Danemark (DGI), et leur premier projet est un parc éolien en Suède.

« Nous sommes ravis de coopérer avec le Fonds d’investissement vert du Danemark. Une grande partie du travail que nous effectuons dans une entreprise comme la nôtre consiste à mobiliser des capitaux pour de nouveaux projets. Cela aide beaucoup les entreprises danoises à avoir maintenant accès aux capitaux d’un tel partenaire doté de compétences solides dans tous les aspects de la transition vers l’énergie verte », a déclaré Knud Eric Andersen, directeur général d’European Energy.

Le nouveau parc éolien est situé dans le sud-ouest de la Suède et comportera cinq turbines Vestas. Cependant, ces cinq turbines ne sont certainement pas simplement sorties des chaînes de montage du fabricant. Au contraire, elles sont recyclées à partir d’une utilisation antérieure. Les turbines ont été démontées, rénovées et modernisées.

Le parc éolien aura une capacité totale de 10 MW.

« European Energy a déjà laissé une empreinte durable sur les énergies renouvelables au Danemark en tant que développeur de projets. Il est important d’avoir des acteurs capables de développer les énergies renouvelables au Danemark. Notre objectif est de réduire le coût de l’énergie produite à partir de sources renouvelables. Cela nous oblige à nous concentrer sur l’ensemble de la chaîne de valeur des énergies renouvelables et de toutes les compétences associées », a déclaré le directeur de la DGI, Michael Zöllner.

Le parc éolien a été mis en service et connecté au réseau en octobre.

********************

.-Stockholm- Une augmentation du bénéfice sous-jacent de l’unité éolienne de l’opérateur énergétique suédois Vattenfall de 1,2 milliard de couronnes (115,3 millions d’euros) a permis de compenser une baisse de 2,1 milliards couronnes (201,8 millions d’euros) de son activité de chauffage au cours des neuf premiers mois de l’année.

L’opérateur étatique suédois a achevé son centre européen de développement de l’éolien offshore en l’été 2018.

Selon son rapport financier de janvier à septembre, le bénéfice sous-jacent de l’activité éolienne avait atteint 1,9 milliard de couronnes (182,6 millions d’euros) en 2018, contre 0,7 milliard de couronnes (67,3 millions d’euros) un an auparavant.

Les ventes nettes de son activité éolienne ont augmenté de 27% au cours des trois premiers trimestres de l’année pour atteindre 7,84 milliards de couronnes (753,4 millions d’euros).

Rien qu’au troisième trimestre (juillet-septembre), le chiffre d’affaires net a progressé de 46% à 2,27 milliards de couronnes (218 millions d’euros) et le résultat opérationnel sous-jacent est passé de 300 à 264 millions de couronnes (25,4 millions d’euros).

Vattenfall a déclaré que les résultats positifs de son unité éolienne étaient dus aux ajouts de capacité et aux effets de change. Les résultats positifs de l’éolien ont aidé, mais n’ont pas totalement compensé les pertes de l’activité de chauffage de la société.

Les bénéfices d’exploitation sous-jacents ont chuté de 2,4 milliards de couronnes (230,6 millions d’euros) sur les neuf premiers mois de 2017 à seulement 260 millions de couronnes (25 millions d’euros) sur la même période en 2018.

« Le bénéfice d’exploitation sous-jacent a diminué, principalement en raison de la détérioration des marges et de l’augmentation des coûts liés aux quotas d’émission de charbon, de gaz et de CO2, ce qui a entraîné une baisse de la production d’électricité pour la période janvier-septembre », a indiqué la société.

Pour l’ensemble du groupe Vattenfall, le bénéfice opérationnel sous-jacent pour les neuf premiers mois de l’année a reculé de 4,6% à 15,26 milliards de couronnes (1,47 milliard d’euros), le bénéfice opérationnel sous-jacent du troisième trimestre ayant également diminué de 22% à 204,7 millions d’euros.

La société a également annoncé avoir lancé une révision de sa stratégie d’investissement dans le réseau à partir de 2020, à la suite de l’adoption d’une nouvelle législation par le gouvernement suédois.

La nouvelle loi signifierait « une réduction significative du revenu autorisé des opérateurs de réseau », a déclaré Vattenfall.

*********************

.-Oslo- Les propriétaires de réseaux norvégiens, à l’exception de Statnett, seront autorisés à générer des revenus atteignant 17,6 milliards de couronnes norvégiennes (2,10 milliards USD) en 2019, soit une augmentation de 4,1% sur un an, a annoncé le régulateur NVE.

Le plafond pour 2018 était de 16,9 milliards de couronnes.

Le revenu maximum autorisé est calculé à l’aide de variables incluant les prix de l’électricité et peut être sujet à modification en cas de variation du prix de référence utilisé par NVE, qui a été fixé à 384,4 couronnes par mégawatt heure.

NVE a également suggéré aux sociétés de réseau individuelles de limiter les investissements de réseau à 5,82%.

**********************

.-Helsinki- La société de services d’électricité finlandaise Fortum et la société britannique d’ingénierie Rolls-Royce ont mené à bien le plus grand projet de la centrale nucléaire de Loviisa depuis sa construction, portant sur la modernisation des systèmes d’automatisation de la sécurité de l’usine.

Le projet, qui, selon Fortum, a été achevé dans les délais et le budget impartis, vise à améliorer le fonctionnement sûr et fiable de la centrale, qui comprend deux réacteurs à eau sous pression mis en service en 1977 et 1980. L’autorisation d’exploitation de Loviisa 1 est valide jusqu’en 2027 et celle de Loviisa 2 jusqu’en 2030.

Fortum et Rolls-Royce ont signé un accord en mai 2014 pour la modernisation des systèmes d’automatisation de la sécurité les plus critiques sur les deux unités.

La portée des travaux de Rolls-Royce comprenait les activités de conception, d’octroi de licences, d’installation et de mise en service de nouveaux systèmes de sécurité.

« Nous sommes extrêmement ravis que la mise en place des nouveaux systèmes de sécurité ait été achevée dans les délais, dans les limites du budget alloué, conformément aux normes de qualité élevées et aux normes de sécurité requises », a déclaré Magnus Forsstrom, propriétaire du projet de modernisation de l’automatisation de la centrale de Loviisa.

Les travaux de modernisation ont été mis en œuvre en trois phases lors des pannes annuelles des deux dernières années.

L’année dernière, l’usine a produit 8,16 térawattheures d’électricité, ce qui représente plus de 10% de la production totale d’électricité de la Finlande.

.- Selon Statistics Finland, la consommation de houille a diminué de 4% entre janvier et septembre de cette année par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

La consommation de houille en tant que combustible pour la production d’électricité et de chaleur s’élevait à 2,2 millions de tonnes, ce qui correspond à 57 pétajoules en contenu énergétique. Par rapport à la moyenne de janvier à septembre des années 2000, la consommation de houille était en baisse de 28%.

La chaleur clémente au deuxième trimestre a eu un impact majeur sur la diminution de la consommation de houille en janvier-septembre. Sa consommation a néanmoins augmenté de 2% au troisième trimestre par rapport à l’année précédente, un changement moins marqué que lors des deux trimestres précédents.

La consommation de houille en Finlande fluctue généralement d’une saison à l’autre, en partie à cause de la variation naturelle des besoins en électricité et en chaleur entre l’été et l’hiver.

La différence entre les années statistiques de référence s’explique par les variations de la demande en énergie de chauffage et par la situation de l’eau dans les pays nordiques, qui influencent particulièrement le prix de l’échange d’électricité et donc la consommation de houille en production séparée d’électricité.

À la fin de septembre, les stocks de charbon s’élevaient à deux millions de tonnes, ce qui représentait une croissance de 21% par rapport aux stocks de fin juin. Par rapport à il y a un an, les stocks étaient inférieurs de 11%.

*********************

.-Tallinn- Le revenu du gestionnaire estonien de réseau de transport d’électricité et de gaz naturel Elering pour les neuf premiers mois de cette année s’élève à 100,4 millions d’euros, le résultat opérationnel à 18,2 millions d’euros et le résultat net à 6,5 millions d’euros.

Les revenus provenant des services liés au transport d’électricité et de gaz ont augmenté de 4,2 millions d’euros pour atteindre 74,9 millions d’euros et les ventes de services liés aux marchés de l’énergie ont augmenté de 4,9 millions d’euros pour atteindre 25,4 millions d’euros.

La hausse des coûts d’équilibrage des services d’électricité et de régulation, qui a atteint 24,5 millions d’euros, a eu un impact significatif sur les charges d’exploitation.

Les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles d’Elering au cours des neuf premiers mois se sont élevés à 27 millions d’euros. Un montant total de 69,6 millions d’euros a été investi dans des actifs non courants, dont 7 millions d’euros couverts par le soutien de l’Union européenne. Des recettes totales de 4,2 millions d’euros provenant des enchères transfrontalières de capacités de transport ont été reçues.

Les flux de trésorerie liés aux activités de financement ont été affectés par l’émission de 224 millions d’euros en nouvelles euro-obligations, avec un excédent de souscription de plus de quatre fois et le remboursement d’obligations antérieures d’un montant de 225 millions d’euros. L’augmentation de capital a rapporté 40 millions d’euros et la société a remboursé 5,5 millions d’euros de prêts.

Le volume d’actifs d’Elering à la fin du mois de septembre s’élevait à 943,7 millions d’euros et les fonds propres, à 372,7 millions d’euros.

*********************

.-Reykjavík- Au total, 61% des Islandais seraient favorables à une interdiction totale de l’utilisation des sacs en plastique jetables, selon les résultats d’une récente enquête réalisée par l’institut de sondage MMR.

Sur l’ensemble des interviewés, 21% s’opposent à l’idée d’une interdiction totale, alors que 17% sont indifférents à la question.

Si les répondants ont tous déclaré qu’ils étaient favorables à l’interdiction des sacs en plastique jetables, les réponses varient quelque peu. 63% des habitants de la région de la capitale étaient favorables à l’interdiction, tandis que 59% des habitants des zones rurales l’appuyaient.

Alors que 69% des femmes soutiennent l’idée de l’interdiction, seulement 54% des hommes l’appuient.

Parmi ceux qui ont terminé leurs études universitaires, 67% étaient en faveur de l’interdiction, contre 56% de ceux qui avaient fait des études primaires. L’opposition à l’interdiction s’est accrue parallèlement à l’âge des sondés. 11% des 18-29 ans étaient opposés à l’interdiction, tandis que 28% des 68 ans et plus s’opposaient à une interdiction d’utiliser des sacs en plastique jetables.

Voir Aussi