InstitutionsSantiago del Estero: GreenPeace met en garde contre la poursuite de destruction des forêts

Institutions

greenpeace
09 Août

Santiago del Estero: GreenPeace met en garde contre la poursuite de destruction des forêts

Argentine – L’antenne argentine de « Greenpeace » a annoncé avoir adressé un courrier à la gouverneure de la province de Santiago del Estero, Claudia Ledesma Abdala de Zamora, concernant le probable amendement de la loi locale concernant la protection des forêts originelles (jamais exploitées).

L’ONG internationale de protection de l’environnement a mis en garde contre « la poursuite de destruction des forêts originelles dans la province », relevant que cette situation va entraîner la mort de milliers d’espèces végétales et aggraver la désertification.

La diminution des forêts est à rebours des législations nationales et internationales, a averti Greenpeace, en appelant à l’inclusion de tous les acteurs concernés dans tout amendement des lois locales concernant les forêts originelles.

Selon l’ONG, la province de Santiago del Estero a connu, au cours des deux décennies, le taux de déforestation le plus élevé avec près de 804.224 ha détruits entre 1998 et 2014.

Depuis la promulgation de la loi sur les forêts en 2007, l’Argentine a perdu 403.179 ha de forets originelles protégées.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée du mercredi 09 août :

Brésil:

Le Brésil célèbre ce mercredi la Journée internationale des peuples autochtones qui représentent environ 370 millions de personnes et vivent dans 90 pays.

Bien qu’ils ne forment que 5% de la population mondiale, ils constituent aujourd’hui 15% des individus les plus marginalisés de la planète.

Au Brésil, les peuples autochtones d’Amazonie, comme les Yanomami et les Paiter Surui, sont menacés par la destruction de la forêt tropicale et la réduction de leur territoire.

De plus, les lobbies veulent ouvrir ces terres indigènes à l’exploitation industrielle, ce qui constitue une menace à leur subsistance.

« L’extraction d’or est source de destruction; elle pollue les fleuves et rend notre peuple malade », explique Davi Kopenawa Yanomami, l’un des chefs traditionnels engagés depuis des années pour la protection des territoires indigènes au Brésil.

Au Pérou, la politique de protection de la nature réduit les moyens de subsistance des populations indigènes locales, qui ne peuvent plus vivre de pêche, de chasse et d’autres d’autres activités nécessaires à leur survie dans la région amazonienne de Madre de Dios.

Chili:
Le ministère chilien de l’Environnement a organisé, en début de semaine, une réunion sur l’énergie et les changements climatiques qui a rassemblé des entrepreneurs de différents secteurs du pays.

Les débats ont porté sur les opportunités et les défis de l’Alliance du Pacifique, ses engagements en matière de changements climatiques et les aspects nationaux et internationaux des politiques publiques en matière de climat.

Intervenant à cette occasion, le ministre de l’Environnement, Marcelo Mena, a passé en revue les derniers développements en matière de changements climatiques et d’énergie dans les politiques publiques, plaidant pour une politique visant l’atténuation des impacts des changements climatiques en luttant contre ce phénomène de manière ciblée.

Les différentes parties ont débattu du Plan d’action national sur les changements climatiques et des mesures destinées à expliquer les défis à relever dans ce domaine.

Voir Aussi