LeadersBolsonaro signe un projet de loi autorisant l’exploitation minière dans les réserves indigènes

Leaders

epa07459120 Brazilian president Jair Bolsonaro, who is in Chile for an official visit to the country, and his Chilean counterpart Sebastian Pinera (not pictured), participate during a press conference at La Moneda Palace, in Santiago, Chile, 23 March 2019.  EPA-EFE/Alberto Pena
06 Fév

Bolsonaro signe un projet de loi autorisant l’exploitation minière dans les réserves indigènes

Brasilia – Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a signé mercredi un projet de loi autorisant l’exploitation minière et la production d’électricité dans les réserves indigènes, une promesse qu’il avait faite lors de sa campagne présidentielle il y a un an.

Déjà critiqué par des ONGs et des représentants des communautés indigènes, le projet de loi, qui devrait être soumis cette semaine au vote du Congrès, a été signé par le chef de l’Etat à l’occasion de la célébration des 400 premiers jours de son gouvernement.

La présidence a expliqué que l’exploitation minière et hydroélectrique dans les réserves est prévue à l’article 231 de la Constitution de 1988, qui jusqu’à présent n’était pas réglementé.

Selon la même source, la proposition établit les « conditions spécifiques » qui seront nécessaires pour réglementer l’exploration et l’exploitation des ressources minérales et pétro-gazière, ainsi que la production d’énergie hydroélectrique dans les réserves indigènes.

Le projet de loi, qui permet également aux Indiens eux-mêmes d’exploiter économiquement leurs terres grâce à des activités agricoles et touristiques, a été rédigé dans le but de mettre en évidence l’autonomie et la liberté de choix des peuples autochtones, qui devront être consultés sur les différents projets et pourront disposer de leurs terres de manière plus autonome, a assuré la présidence dans un communiqué.

Bolsonaro a qualifié la proposition de « rêve » mais a admis qu’il subirait une forte résistance au Congrès et qu’il ferait face au lobbying d’organisations non gouvernementales et de groupes environnementaux. « J’espère que ce rêve se réalisera avec les votes des parlementaires. L’Indien est un être humain exactement comme nous (…). Il a des besoins et il est aussi brésilien que n’importe lequel d’entre nous. », a-t-il déclaré.

« Ce grand pas dépend du Parlement. Ils subiront la pression des écologistes », a estimé le Chef de l’Etat.

Depuis son entrée en fonction le 1er janvier 2019, Bolsonaro est favorable à l’exploitation économique de l’Amazonie et affirme qu’il n’a pas l’intention de créer de nouvelles réserves indigènes.

Le différend entre le chef de l’État et les Indiens a eu un nouveau chapitre mercredi lorsque le gouvernement a confirmé la nomination d’un évangéliste indien comme nouveau directeur de l’organisme chargé de s’occuper des Indiens enclavés d’Amazonie.

Voir Aussi