En vedetteMacron promet une feuille de route de la politique climatique de la France

En vedette

Emmanuel-Macron -Eco
07 Juin

Macron promet une feuille de route de la politique climatique de la France

Paris –  Le président français Emmanuel Macron a enclenché une nouvelle phase de mobilisation, promettant une feuille de route de la politique climatique de la France d’ici à la fin juin, indique le journal Le Monde.

Cette initiative a été prise après l’annonce faite par le président américain Donald Trump de retirer son pays de l’accord de Paris sur le climat, rappelle la publication, notant que l’exécutif français a le sens de la formule dans ses réactions au choix du locataire de la Maison blanche d’extraire son pays du cadre multilatéral établi pendant la COP21, en décembre 2015.

Un site Internet devrait, par ailleurs, voir le jour très rapidement de manière à aider les chercheurs du monde entier, américains notamment, qui souhaiteraient postuler en France à des programmes de recherche dans le domaine du climat et des nouvelles technologies, relève le quotidien, ajoutant que le président français avait invité, le 1-er juin, les chercheurs menacés par la politique de Trump à venir travailler dans l’Hexagone et y développer des solutions concrètes contre le réchauffement planétaire.

Pour Le Monde, cette double annonce, une feuille de route et un site Internet, a été communiquée par l’Elysée à l’issue d’une table ronde qui avait réuni mardi, autour de M. Macron et de ses ministres de la transition écologique et solidaire, des affaires étrangères et de l’enseignement supérieur, une vingtaine de représentants de la société civile.

Ce programme de travail, présenté à la fois comme une riposte à la décision du président américain et une traduction des engagements de campagne du candidat Macron, a été discuté en conseil des ministres ce mercredi, avec la volonté d’aller vite dans l’élaboration de cette feuille de route gouvernementale.

Le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot jouera un rôle important dans ce programme, précise l’Elysée, soulignant toutefois que c’est le président Macron qui supervisera les débats.

« S’il a laissé à ses ministres le soin d’insister par exemple sur l’exigence de solidarité qui lie les pays riches aux nations les plus vulnérables au dérèglement du climat, M. Macron a fait preuve – de l’avis de plusieurs participants à la table ronde – d’une réelle capacité d’écoute sur les différents dossiers évoqués », estime la publication.

Le journal note par ailleurs que les ONG estiment qu’il est urgent de convoquer des Etats généraux de l’agriculture et de l’alimentation aux sujets de l’environnement, du climat et de la santé, secteurs responsables de près d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre de la France.

Une réflexion s’impose aussi sur la fermeture des centrales (charbon et énergie nucléaire) et la reconversion des salariés concernés, sur la dynamique du marché carbone, sur la fin des permis d’exploration d’hydrocarbures ou encore sur le rattrapage du prix entre diesel et essence, conclut le journal.

Voir Aussi