LeadersLe Président gabonais reçoit un doctorat honoris causa pour son engagement environnemental

Leaders

epa06913318 Gabonese President Ali Bongo Ondimba arrives for a group picture at the BRICS summit meeting in Johannesburg, South Africa, 27 July 2018. The summit is held over three days and ends on 27 July.  EPA-EFE/MIKE HUTCHINGS / POOL
07 Sep

Le Président gabonais reçoit un doctorat honoris causa pour son engagement environnemental

Libreville -Le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a reçu, jeudi, de l’université francophone de Wuhan, un doctorat honoris causa pour son engagement dans la préservation de l’environnement et notamment dans la lutte contre le réchauffement climatique, indique un communiqué de la présidence gabonaise.

« En me décernant cette distinction, je considère que l’Université de Wuhan a bien voulu rendre hommage aussi bien au Gabon mon pays, qu’au continent africain. C’est l’occasion pour moi de vous exprimer ma profonde gratitude et mes remerciements chaleureux pour ce titre dont je mesure la valeur et la portée », a déclaré le chef de l’Etat gabonais.

Par ailleurs, Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 7 septembre :

Mali :

–Avec 186 mm de pluie en 6 jours au cours du mois d’août, les parcelles rizicoles des zones basses, moyennes et même hautes des communes qui longent le fleuve Niger de Bamba jusqu’à Watagouna ont été inondées, selon la presse locale.

Ces champs sont aujourd’hui submergés à cause de l’arrivée rapide de la crue. Mahamar Hachèye Touré, notable et paysan à Bamba, relève que les 12 champs les plus vastes de la localité ont été inondés. Selon lui, dès qu’un champ s’inonde, les poissons en profitent, c’est donc le désastre total.

Mahamadine Sidibé, un paysan de Kardimé dans la commune rurale de Gabéro, explique qu’avec la crue accélérée, il a perdu ses deux champs de deux hectares.

Ghana :

–La Ghana Water Company Limited ( GWCL ) a été contrainte de fermer son usine de traitement de l’eau à Bunso en raison de la pollution de la rivière Birim par des activités minières illégales.

La fermeture a affecté la capacité de production de la GWCL, privant ainsi de nombreuses communautés d’accès à l’eau potable.

La pollution de la rivière a augmenté la turbidité de l’eau brute à un niveau incurable, ce qui a paralysé la capacité de l’usine de traitement des eaux de Bunso.

RDC :

Après les accusations de la Société civile environnementale dénonçant la gestion « calamiteuse » des forêts de la République démocratique du Congo, le secrétaire général à l’Environnement, Benjamin Toirambe Bamoninga a organisé, au cours de la semaine, une conférence de presse à Kinshasa, pour donner des explications sur la révision du code forestier.

A cette occasion, le secrétaire général à l’Environnement a indiqué qu’à ce jour, le processus de révision du Code forestier n’a pas effectivement débuté suite à l’attente des observations du conseil des ministres et celles des deux chambres du parlement avant l’examen de cette question au Parlement.

« Le ministère de l’Environnement attend les observations pertinentes de ces institutions pour programmer le calendrier définitif de ce processus en impliquant toutes les parties prenantes », a indiqué Benjamin Toirambe, cité par la presse locale.

Voir Aussi