Non classifié(e)La feuille de route des PNAs développée par le Maroc respecte soigneusement les directives du…

Non classifié(e)

25 Sep

La feuille de route des PNAs développée par le Maroc respecte soigneusement les directives du Groupe d’experts des pays les moins avancés (responsable)

Rabat – La feuille de route des Plans nationaux d’adaptation (PNAs) développée par le Maroc, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations-Unis sur le changement climatique (CCNUCC), a soigneusement respecté les directives techniques et les orientations formulées par le Groupe d’experts des pays les moins avancés (LEG), a indiqué lundi à Rabat le secrétaire-général du secrétariat d’État chargé du Développement durable, Mohamed Benyahia.

Le Royaume est en train de de prospecter la façon de réussir les deux premières phases préconisées par le LEG, à savoir la phase relative au travail préparatoire et à l’identification des lacunes et la phase concernant la réussite de l’interaction entre adaptation, gestion de risques climatiques et développement durable, a précisé M. Benyahia lors d’un atelier régional de formation sur les PNAs pour les pays africains francophones en voie de développement, organisé par le secrétariat d’État chargé du Développement durable et le secrétariat de la CCNUCC.

Eu égard à l’extrême vulnérabilité conférée au Maroc par sa position géographique et la diversité de ses écosystèmes, le pays s’est engagé dans le processus d’élaboration et de la mise en œuvre de son PNAs, un processus instauré dans le cadre de la CCNUCC dans le but de réduire la vulnérabilité des pays aux incidences des changements climatiques et d’intégrer de manière cohérente l’adaptation aux changements climatiques dans les politiques, programmes et travaux concernant tous les secteurs, souligne le responsable.

Le Royaume veille à inscrire de manière systématique les soucis liés aux changements climatiques dans tous ses plans de développement stratégiques sectoriels, selon le responsable, précisant à cet égard que les processus d’adaptation des PNAs couvrent cinq composantes, à savoir l’observation, l’évaluation des impacts climatiques et de la vulnérabilité, la planification, la mise en œuvre et le suivi et l’évaluation des actions d’adaptation.

Pour sa part, le représentant du Secrétariat de la CCNUCC, Paul Desanker, a mis en relief les efforts du Royaume en matière de lutte contre les changements climatiques, notamment par son organisation des COP 7 et 22, saluant la tenue de cette rencontre qui présente une plateforme d’échange et de partage d’expériences pour œuvrer conjointement à trouver les moyens d’accélérer le rythme d’adaptation de ces plans.

Il a précisé, à cet égard, que le Fond vert pour le climat a mis en place un fond spécifique pour aider les pays à mettre en place les PNAs, qui vont de pair avec les objectifs du développement durable (ODD).

Dans le cadre de l’accord de Paris, plusieurs pays ont soumis leurs engagements nationaux et leur volonté nationale devrait se refléter dans la mise en place des PNAs, a précisé M. Desanker, ajoutant que le processus d’évaluation de mise en place des PNAs devrait compléter les engagements nationaux.

De con côté, Idrissa Sembe, membre du LEG, a mis en exergue la décision adoptée par les parties lors de la conférence de Paris en 2015, qui exige du Fonds vert climat (GCF) d’accélérer le financement pour la formulation des PNAs et la mise en œuvre des politiques, projets et programmes identifiés dans ces plans, suite à quoi le Conseil exécutif du GCF a autorisé le secrétariat de cette même instance à fournir 3 millions d’euros par pays, pour la formulation de leurs PNA, à la faveur d’un processus simplifié d’accès au financement.

Il a également indiqué que l’organisation de cet atelier est à même de contribuer aux efforts mise en œuvre par la CCNUCC, dans l’optique de soutenir les pays en développement dans la formulation et la mise en œuvre de leur PNA, conformément à l’Agenda 2030 sur les objectifs du développement durable, le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques et d’autres cadres et programmes clés aux niveaux nationaux, régionaux et internationaux.

Cet atelier régional de trois jours a pour objectif d’offrir des orientations techniques et un appui aux pays sur la formulation et la mise en œuvre de leurs PNAs. Cet espace présente la panoplie complète des approches possibles pour aborder l’adaptation, notamment en matière d’adhésion par les pays et tous les acteurs et parties prenantes, aux approches et aux principes directeurs de formulation et de mise en œuvre des PNAs, tels que définis par la Conférence des parties (COP), aider les pays à avoir un sens de validation des approches préconisées ou poursuivies et évaluer les besoins spécifiques pour les lacunes qui, à leur tour, permettent la conception d’un meilleur appui stratégique, explique la même source.

Cet atelier régional réunit des représentants gouvernementaux de 28 pays francophones, ainsi que des représentants d’organisations internationales appuyant les processus PNA de par le monde, fait-on savoir.

Voir Aussi