Non classifié(e)Rabat-Kénitra: Seulement 10 pc des dentistes se débarrassent des déchets contenant du mercure

Non classifié(e)

18 Oct

Rabat-Kénitra: Seulement 10 pc des dentistes se débarrassent des déchets contenant du mercure

Rabat – Seulement 10% des dentistes qui utilisent toujours l’amalgame dentaire à base de mercure des provinces de Rabat et Kénitra se débarrassent des déchets de ce matériau de restauration en recourant aux services des sociétés de récupération des déchets médicaux et pharmaceutiques, a révélé une enquête du Centre Antipoison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM), relevant du ministère de la Santé.

En revanche, 42% des praticiens jettent les déchets d’amalgame contenant du mercure, qui a des effets toxiques sur la santé et l’environnement, dans les poubelles publiques, ce qui rend la situation « alarmante » vue la quantité importante des déchets toxiques produits par les cabinets dentaires et qui, une fois mélangée avec les déchets ménagers, pose un grand risque pour l’homme et l’environnement, affirme cette enquête, parue sur Toxicologie Maroc, la publication officielle du CAPM, dont l’édition du 1-er trimestre 2017 est consacrée à l’exposition au Mercure au Maroc.

Sur ce point, l’enquête, effectuée en avril-juillet 2017 auprès de médecins dentistes exerçant dans les secteurs public et privé, relève qu’il existe une corrélation entre l’ancienneté des cabinets dentaires, surtout de plus de 15 ans, et la signature d’un contrat avec une société de traitement des déchets. « Ceci peut être expliqué par le fait que les anciens médecins ont plus de moyens financiers pour établir ce type de contrats, par rapport à ceux qui ont moins de cinq ans d’expérience », ajoute la même source.

Concernant le recours à ce matériau, l’enquête indique que parmi les dentistes questionnés, 46% n’utilisent plus l’amalgame dentaire pour restaurer les dents et ne font pas l’extraction d’ancien amalgame dentaire, alors que 54% utilisent toujours l’amalgame.

Evoquant la gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques, l’enquête révèle que cette tâche est assurée par les assistants des médecins dentistes dans 48% des cabinets dentaires et par les médecins dentistes aidés par leur assistant dans 26% des structures, alors que dans 38% des cabinets, cette responsabilité est attribuée à la femme de ménage ou à la secrétaire.

L’enquête identifie, à ce propos, un manque au niveau de la formation dans la gestion de ce type de déchets, en plus d’une carence en matière de sensibilisation par rapport au cadre juridique et aux conventions internationales en vigueur.

Ainsi, seuls 52% des responsables de la gestion des déchets dans les cabinets dentaires ont suivi une formation en gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques, alors que 48% n’ont suivi aucune formation.

Pour l’enquête, ces données rendent « la situation inquiétante », étant donné que la gestion des déchets d’amalgame qui contiennent du mercure nécessite une formation spécialisée.

De même, parmi les médecins dentistes questionnés, 90% n’avaient aucune idée sur la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination, contre 10% qui affirment la connaitre. En plus, seulement 4% des médecins dentistes ayant répondu au questionnaire connaissent la convention de Minamata sur le mercure, tandis que 96% « n’en ont aucune idée ».

Signée en juin 2014 par le Maroc, la Convention de Minamata est un texte réglementaire contraignant qui oblige les gouvernements-parties à prendre plusieurs mesures pour la réduction des émissions atmosphériques de mercure et pour l’abandon de certains produits le contenant, rappelle-t-on.

L’enquête aborde d’autres aspects liés à la limitation de l’exposition au mercure chez les dentistes, comme l’architecture des cabinets dentaires, dont 92% sont bien aérés, contre 8% qui ne le sont pas. De même, 32% praticiens ont affirmé que leur fauteuil dentaire est équipé d’un séparateur d’amalgame, alors que les 68% restant ne l’utilisent pas, ce qui signifie que « le crachoir est lié directement aux égouts ».

A ce propos, l’enquête explique que la bonne pratique de manipulation de l’amalgame commence par l’aération du cabinet, précisant que les particules d’amalgame provenant de l’excès de trituration produites lors de la sculpture et du polissage de nouvelles restaurations d’amalgames ou par l’élimination des anciennes restaurations doivent être collectées dans des séparateurs d’amalgame.

Pour démontrer l’importance de cette pratique, l’enquête cite une étude canadienne réalisée à Ontario, selon laquelle l’utilisation de séparateurs d’amalgames par tous les dentistes pourrait réduire la quantité de mercure entrant dans les eaux usées à environ 2,46 mg de mercure par dentiste et par jour, au lieu 170,72 mg de mercure par dentiste et par jour sans séparateur.

Selon l’enquête, la cause principale de cette situation est le vide juridique et le manque de la sensibilisation par rapport à la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination.

Le renforcement du contrôle par le département de tutelle permettrait de vérifier l’application de bonnes pratiques de gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques par les médecins dentistes, suggère-t-on.

L’amalgame dentaire est un mélange de métaux en poudre et de mercure. Ainsi les déchets produits lors de la sculpture de ce matériau, constituent une source non négligeable de toxicité pour l’environnement et, de manière indirecte, constituent un danger pour la santé publique. Par conséquent, l’amalgame doit être manipulé dans de bonnes conditions et ses déchets doivent être correctement éliminés.

Pendant le placement et le retrait des restaurations d’amalgames dentaires, une variété de produits de rebut est générée, à savoir la vapeur de mercure élémentaire libérée d’un alliage d’amalgame dentaire, les particules d’amalgame qui n’ont pas été mises en contact avec le patient, les particules qui sont entrées en contact avec les sécrétions du patient et les boues d’amalgames (les particules fines présentes dans les eaux usées des cabinets dentaires, habituellement piégées dans des séparateurs et des filtres à vide).

Voir Aussi