RégionsLes autorités argentines sont à l’œuvre pour transformer le Zoo de Mendoza en un parc écologique

Régions

TO GO WITH AFP STORY BY STANISLAW WASZAK
Hucul horses play in the wild meadows and forests near Odrzychowa in southeastern Poland on October 8, 2014. Huculs, a primitive breed of horse,  escaped total extinction due to the efforts of scientists and Polish farmers.  AFP PHOTO/JANEK SKARZYNSKI / AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI
16 Déc

Les autorités argentines sont à l’œuvre pour transformer le Zoo de Mendoza en un parc écologique

Buenos Aires – Les autorités argentines sont à l’œuvre pour transformer le Zoo de Mendoza en un parc écologique, qui devra ouvrir ses portes en 2019, selon les médias locaux.

La directrice du Parc écologique, Mariana Caram, a déclaré qu’elle s’attend à ce que le parc ouvre ses portes en 2019, comme l’a récemment annoncé le gouverneur de la province de Mendoza, Alfredo Cornejo.

Les autorités ont décidé de transférer les animaux du zoo vers d’autres zoos en Argentine et dans d’autres pays.

Voici, par ailleurs, le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud :

Brésil :

La Mairie de São Paulo a voté récemment en faveur de l’adoption d’un projet de loi fixant des objectifs de réduction de la pollution provoquée par les bus de la capitale Paulista, rapportent les médias locaux.

Le projet de loi approuvé par la Mairie devra être soumis à un deuxième vote, suite à quoi il pourra être signé par le maire en vue de son entrée en vigueur.

Le projet de loi en question vise à réduire de 95% les émissions de CO2 et de particules émises par les autobus au cours des 20 prochaines années.

De récentes données publiées par l’antenne brésilienne de « Greenpeace » indiquent que l’utilisation d’un carburant renouvelable pour la circulation des bus à Sao Paulo permettra de prévenir 12.700 décès et générer un revenu de 3,8 milliards de réais en 2050.

Sao Paulo dispose d’une flotte de près de 15.000 autobus, responsables de la moitié de la pollution de l’air dans la ville, déplore l’organisation internationale, en relevant que la pollution atmosphérique dans la plus grande métropole du brésil serait responsable de plus de 178.000 décès et aura un coût de près de 54 milliards de réais au cours des 33 prochaines années, à moins d’agir en vue de la réduire.

Les bus sont responsables de 35,2% des émanations de suie rejetée par les transports publics, avertit l’organisation, en soulignant la nécessité de changer la situation.

Chili:

Le jeudi 21 décembre marquera le début de l’été dans les pays de l’hémisphère sud.

Cette journée marquera le solstice, une date avec la nuit la plus courte et la journée la plus longue, d’autant plus que le soleil atteindra sa position maximale au sud de l’Équateur.

Le Soleil se déplacera sur la ligne appelée « Tropique du Capricorne », située au nord d’Antofagasta au nord du Chili.

Beaucoup de cultures ancestrales organisent différentes cérémonies à l’aube, à l’instar du site de Stonehenge en Angleterre. Au Pérou, au Mexique et au Chili, les cultures célèbrent également à cette date, l’arrivée du solstice.

D’autre part, les pays de l’hémisphère nord enregistrent le début de la saison d’hiver.

Pérou:

Le ministre de la Production, Pedro Olaechea Álvarez-Calderón, a déclaré que « Reforesta Peru », qui œuvre à la récupération des terres dégradées de la région amazonienne en vue de leur reboisement subséquent, a reçu le prestigieux prix « mérite de l’Innovation 2017 ».

D’après Olaechea, « Reforesta Peru » permet le développement de la foresterie, qui, en plus de la production de bois et d’assimilation du carbone, contribue à la réduction de la dégradation des sols et le retour de la faune.

Il a également noté que cet organe contribue à la protection de l’environnement, améliore de manière significative la productivité des zones forestières et permet la création d’un grand nombre d’emplois.

Colombie :

Une équipe de chercheurs biologistes de l’Université d’Antioquia (nord-ouest) a lancé une étude sur deux espèces de dauphins vivant dans le Golfe d’Uraba.

Il s’agit du dauphin gris et du dauphin à gros nez dont une trentaine a été repérée au large du Golfe d’Uraba, selon le site internet « El Colombiano ».

L’étude vise à connaître la capacité d’adaptation de ces dauphins aux changements climatiques et à évaluer les menaces que fait peser la présence humaine sur ces mammifères dans cette zone.

Le dauphin gris vit dans une zone limitée allant de l’Amérique centrale jusqu’au sud du Brésil, alors que le dauphin à gros nez vit dans tous les océans.

Voir Aussi