RégionsEtats-Unis / Virginie: Les événements climatiques extrêmes pourront avoir des implications…

Régions

A general view shows treated water discharged into the sea of Tunisia's Gabes region from a chemical plant during a protest against pollution caused by nearby factories on the road leading to the industrial zone of Ghannouch on June 30, 2017. / AFP PHOTO / FATHI NASRI
18 Avr

Etats-Unis / Virginie: Les événements climatiques extrêmes pourront avoir des implications majeures sur la santé

Washington – Une étude du Natural Resources Defense Council, une organisation environnementale créée il y a 48 ans montre que les événements climatiques extrêmes deviendront plus fréquents dans l’avenir et pourront avoir des implications majeures sur la santé des habitants de l’Etat de Virginie (Est des Etats-Unis).

L’étude intitulée « Le changement climatique et la santé en Virginie » et publiée mardi dans le Washington Post, avertit qu’au fur et à mesure de la recrudescence des vagues de chaleur, le risque des maladies et des décès liés à la chaleur augmenteront augmentera aussi.

De même, les inondations côtières, qui menacent déjà la région de Norfolk et de Hampton Roads, risquent de s’aggraver au fur et à mesure que le niveau de la mer augmentera, entravant potentiellement les services médicaux d’urgence, selon l’étude, qui précise que déjà, la saison des allergies commence plus tôt et dure plus longtemps, et les crises d’asthme augmentent dans le sud-est des États-Unis.

« Le changement climatique affecte déjà la santé des Virginiens, et la situation empire », a déclaré Juanita Constible, l’auteur principal du rapport du NRDC. « Les événements extrêmes sont les moments où nous sommes plus susceptibles de voir les circonstances surcharger la capacité des autorités à répondre », ajoute-elle.

Le NRDC n’est pas le seul à faire état de ce risque. « L’Evaluation climatique nationale », un rapport mandaté par le Congrès réalisé par plus de 300 experts, a également cité l’élévation du niveau de la mer, l’augmentation des températures et une plus grande concurrence sur l’eau dans son édition de 2014 pour le sud-est des États-Unis. (Le rapport de 2018 sera publié en fin d’année).

 

Par ailleurs, voici le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Nord pour la journée du mercredi 18 avril 2018:

Canada :.

– Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, le ministre des Transports de l’Alberta, Brian Mason, et le Maire de la ville d’Edmonton, Don Iveson, ont annoncé l’octroi d’un financement conjoint de plus de 43 millions de dollars pour l’achat d’un maximum de 40 nouveaux autobus électriques pour le service de transport en commun d’Edmonton.

Pour la ville canadienne, l’ajout de ces autobus éconergétiques permettra de réduire les coûts et les émissions nocives, favorisant ainsi un mode de vie plus écologique pour tous les Edmontoniens.

Aux termes de ce financement conjoint, le gouvernement du Canada fournit plus de 21,5 millions de dollars pour ce projet dans le cadre du Fonds pour l’infrastructure de transport en commun, alors que le gouvernement de l’Alberta alloue une contribution d’environ 10,8 millions de dollars dans le cadre du programme GreenTRIP et la ville d’Edmonton fournit plus de 10,8 millions de dollars.

« Je suis très heureux que le gouvernement du Canada investisse dans ces nouveaux autobus électriques, qui permettront de diminuer la pollution atmosphérique, en plus d’améliorer les services », a affirmé, dans ce cadre, M. Sohi.

Le gouvernement d’Ottawa avait annoncé qu’il investira plus de 180 milliards de dollars sur 12 ans dans des projets visant le transport en commun, les infrastructures vertes, les infrastructures sociales, les routes de commerce et de transport, et les collectivités rurales et nordiques du Canada.

De cette somme, 28,7 milliards de dollars seront consacrés à des projets de transport en commun, ce qui inclut 5 milliards de dollars qui seront disponibles aux fins d’investissements par l’entremise de la Banque de l’infrastructure du Canada.

 

Voir Aussi