En vedetteLa forêt Ibn Sina, une mine d’or verte pour les sportifs amateurs et confirmés

En vedette

Foret ecology
16 Août

La forêt Ibn Sina, une mine d’or verte pour les sportifs amateurs et confirmés

Par: Zakaria BELABBES

Rabat-Rabat, ses boulevards luxuriants, sa fameuse ancienne médina, ses habitants pressés… Nous sommes dans une ville à la fois moderne, historique mais également verte. En effet, il est tout à fait possible de s’éloigner de la frénésie des Rbatis pour se mettre au vert et échapper à la chaleur estivale, notamment dans un espace aussi frais que la forêt urbaine Ibn Sina, une vraie mine d’or verdoyante et un refuge préféré des sportifs amateurs et confirmés.

Aménagé près d’un hôtel luxueux, ce parc urbain fournit de l’ombre, de l’oxygène et des habitats pour divers végétaux, micro-organismes, oiseaux et insectes.

Appelée également « la forêt Hilton » (qui tient l’ancien nom de l’hôtel Sofitel), la forêt Ibn Sina a été aménagée sur une superficie de 56,5 hectares dans le cadre du projet « Rabat Ville Lumière » par la société Rabat Région Aménagement et financée par le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification et la Wilaya de Rabat, pour une enveloppe budgétaire dépassant les 30 millions de dirhams.

Elle englobe, outre les plantations, les sentiers et aires de jeux ainsi que les équipements sportifs.

« Je suis un habitué de la forêt Ibn Sina, je viens dégourdir les jambes trois fois par semaine et surtout affiner ma condition physique qui est un facteur très important pour le sport que je pratique », a lancé Bobkar, athlète et champion du Maroc dans la lutte libre catégorie junior cette année.

« Dans un sport aussi physique que le mien, il est primordial de maintenir une grande force musculaire et une endurance nécessaire pour envoyer au tapis des adversaires redoutables », a-t-il déclaré à la MAP avec un air olympien.

« Le fait de courir dans cette forêt, et surtout quand je me prépare pour des matchs importants, me permet de me relaxer mentalement et d’évacuer mon stress », a-t-il ajouté.

Aux athlètes professionnels viennent se joindre les coureurs confirmés, qui profitent régulièrement de cet espace pour pratiquer une passion devenue une assuétude.

« C’est l’endroit idéal pour progresser et améliorer son timing, car je participe régulièrement aux marathons et j’apprécie les parcours de cette forêt », nous a affirmé un coureur confirmé d’un air confiant.

Le dernier marathon international, organisé à Rabat en avril 2019, « m’a fait connaître mes limites et que je dois les surpasser pour pouvoir progresser éventuellement lors des prochains marathons », a avoué le coureur, révélant une détermination acharnée à s’entraîner davantage dans la forêt.

Il existe aujourd’hui un véritable engouement des Marocains pour la pratique du running et de la marche. La recherche de la sensation de bien-être après la fin de chaque séance est devenue une obligation pour ses pratiquants.

« Après la prière d’Al Fajr, j’enfile mes chaussures et je file directement vers la forêt. Ma journée commence alors impeccablement », a dit un retraité avec un regard pétillant.

En effet, « il est préférable d’exercer l’activité du running dans un espace verdoyant qui procure un bien être mental et physique et active les secrétions du bonheur, surtout la dopamine et l’endorphine », a précisé Chafiq Hamamouch, médecin de sport.

Cette activité est bénéfique au niveau de tous les systèmes notamment musculaire, articulaire, osseux, pulmonaire, cardiaque, circulatoire et digestif, a déclaré ce médecin, également coach certifié par l’Institut Coaching International.

Toutefois, lorsqu’on veut démarrer une activité physique, il faut aller « progressivement pour éviter les douleurs corporelles tout en consultant un spécialiste », a-t-il conseillé.

Il faut disposer de « chaussures adaptées pour chaque type de sol, pour éviter les tensions musculaires récurrentes des jambes, et de vêtements en coton et non synthétiques pour s’épargner de nombreux désagréments tels que les irritations », a-t-il recommandé.

Il a aussi appelé à exercer une activité physique de 45 minutes à une heure trois fois par semaine, rappelant que les jours de repos permettent au corps de « récupérer son potentiel sauf pour les grands sportifs qui ont un protocole d’entraînement spécifique ».

« C’est une activité que moi et mon mari partageons chaque dimanche matin », a déclaré une quinquagénaire essoufflée, avec un sourire suave.

« Nous éprouvant un vif sentiment de bonheur qui nous permettra de faire face à une semaine mouvementée », a-t-elle dit, en s’appuyant sur l’épaule de son mari.

Aux parcours réservés aux marcheurs et coureurs s’ajoutent des espaces de jeux pour enfants et des terrains de football ouverts au public.

« C’est devenu une tradition de jouer un match de foot le weekend », a indiqué un jeune homme qui jonglait avec un ballon vert.

« Cela nous procure un sentiment de plaisir et de fierté et nous permet de maintenir une bonne forme », a-t-il dit en faisant un clin d’œil à son co-équipier.

Devant les terrains de foot, une estrade a été montée à l’initiative du ministère de la Jeunesse et des sports et la Fédération royale des sports pour tous pour accueillir deux moniteurs de sport et plus de 50 amateurs.

« Chaque dimanche matin, je viens à cet endroit pour donner une séance d’aérobic aux gens », précise Mouna, monitrice guillerette, qui bouge au rythme d’une musique entraînante de la zumba.

Indéniablement, la forêt Ibn Sina est la forêt urbaine la plus rafraîchissante de Rabat où les amateurs et professionnels du sport affluent pour  évacuer le stress, gagner en énergie, affiner le corps, améliorer leurs capacités cardio-vasculaires, ou encore mieux dormir.

Voir Aussi