En vedetteL’Argentine dispose de 16.968 glaciers, selon les résultats de l’Inventaire national des glaciers

En vedette

zones de glaciers Argentine
17 Mai

L’Argentine dispose de 16.968 glaciers, selon les résultats de l’Inventaire national des glaciers

Buenos Aires: L’Argentine dispose de 16.968 glaciers, a annoncé le gouvernement du pays sud-américain lors de la présentation, mardi, de l’Inventaire national des glaciers, le premier du genre au niveau national.

Cet inventaire vise à répertorier ces glaciers qui constituent une importante réserve d’eau et à fournir des informations nécessaires pour leur préservation.

Grâce à ce document, les scientifiques seront en mesure de connaître les lieux où se trouvent ces glaciers ainsi que leur superficie et les dangers qui les menacent.

Selon le ministre de l’Environnement, Sergio Bergman, cette opération, réalisée en vertu de la loi de 2010, connue sous le nom de « Loi de protection des glaciers », constitue une nouvelle étape pour l’Argentine sur la voie de la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Amérique du Sud pour la journée du jeudi 17 mai 2018:

Colombie :

Une douzaine de villages ont été placés en alerte d’évacuation à cause des crues du barrage d’Ituango en cours de construction dans le sud-ouest de la Colombie, rapportent les médias locaux.

Cette décision a été prise par l’Unité nationale pour la gestion des risques de désastres (UNGRD) après que le niveau d’eau du barrage a atteint un record historique occasionnant des inondations dans plusieurs villages adjacents, précisent les mêmes sources, ajoutant que la région connaît depuis plusieurs jours des précipitations torrentielles en cette saison de pluies.

Citant une responsable de la municipalité de Valdivia, la presse locale ajoute que des milliers d’habitants de cette zone ont été évacués et placés dans des abris, à cause de ces crues.

Chili:

L’ONG de défense de l’environnement Greenpeace a révélé avoir détecté la présence de sacs de plastique au plus profond de l’océan, invitant le Sénat chilien à voter une loi interdisant leur utilisation et distribution dans les grandes surfaces.

Du plastique a été découvert à 11.000 mètres sous l’eau, une preuve révélatrice, selon Greenpeace, des dommages que l’industrie du plastique cause pour l’environnement.

A cet effet, l’ONG a salué les mesures visant à promouvoir la réglementation de l’utilisation de ce produit citant à ce sujet le projet de loi interdisant l’utilisation de sacs en plastique à l’échelle nationale, qui est actuellement en discussion au Sénat.

Entre temps, Greenpeace a demandé aux grandes entreprises de mettre en œuvre d’urgence des stratégies visant à réduire l’utilisation du plastique pour les emballages.

Brésil:

Le vote au sein du comité spécial de la Chambre des représentants sur un projet de loi controversé sur le contrôle et l’ utilisation des pesticides a été reporté, mercredi, lors d’une séance très houleuse.

Le projet en question limite les prérogatives des agences de contrôle environnemental en matière d’autorisation de pesticides et prévoit d’accorder des autorisations temporaires pour l’usage de pesticides autorisés par au moins trois pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une institution à laquelle le Brésil souhaite adhérer.

Le projet de loi, défendu par le groupe ruraliste, est contesté par l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles (IBAMA) et l’Agence nationale de surveillance sanitaire (ANVISA), les deux agences concernées par le retrait des prérogatives, qui estiment que cette loi les videra de leurs compétences.

Pérou :

Une délégation de représentants de l’Union européenne (UE) a effectué une visite à la ville d’Iquitos et aux localités amazoniennes, relevant du département de Loreto où ils ont procédé à une évaluation des projets achevés, réaffirmant leur volonté de promouvoir le développement et la croissance durable en Amazonie.

Selon l’agence péruvienne de presse Andina, les membres de la délégation ont indiqué que l’UE a investi jusqu’à présent plus de 50 millions d’euros dans les régions amazoniennes du pays andin.

L’UE apporte en outre son aide au Pérou en matière de gestion des chaînes de production durable, de protection des espèces locales et de lutte contre le trafic de drogues et le crime organisée, outre l’intégration sociale.

Voir Aussi