RégionsSignature de conventions de partenariat entre le secrétariat d’Etat chargé du développement…

Régions

3 copier
05 Juin

Signature de conventions de partenariat entre le secrétariat d’Etat chargé du développement durable et des départements ministériels

Rabat – Le secrétariat d’Etat chargé du développement durable a signé, lundi à Rabat, à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, deux conventions de partenariat avec les ministères de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de la Culture et de la Communication, portant sur la promotion de l’éducation à l’environnement et de la culture du développement durable.

Par la même occasion, une circulaire commune a été signée avec le ministère de la réforme de l’administration et de la fonction publique relative à l’adoption des principes d’une administration écologiquement responsable, dans l’objectif d’intégrer la dimension environnementale dans les marchés publics et l’ensemble des politiques sectorielles.

La première convention signée par la Secrétaire d’Etat chargée du Développement durable, Nezha El Ouafi, et le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Hassad, vise à déterminer un cadre de partenariat permettant de coordonner les efforts pour la promotion de l’éducation à l’environnement, du développement durable et de la protection et de la valorisation de l’environnement au sein des établissements publics.

Aux termes de cette convention, les deux parties s’engagent à coordonner les efforts pour consacrer l’éducation environnementale auprès des enfants et les sensibiliser sur l’importance de préserver l’environnement, à travers l’organisation commune d’activités de sensibilisation et de sessions de formation en faveur des animateurs des clubs d’environnement relevant des établissements scolaires, l’organisation de compétitions et la création de réseaux nationaux et régionaux consacrés à ces clubs.

Concernant la deuxième convention signée entre Mme. El Ouafi et le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, elle vise à déterminer un cadre général de coopération et de partenariat entre les deux parties pour le renforcement de la prise de conscience autour des questions relatives à l’environnement et au développement durable.

Cette convention stipule l’organisation d’ateliers de formation et de sensibilisation au profit du personnel des médias publics, la réalisation de programmes et de films documentaires relatifs à l’environnement, l’intégration de la dimension environnementale dans la production nationale et  l’organisation commune du prix du meilleur film documentaire dédié à l’environnement.

Selon les dispositions de cette convention, le secrétariat d’Etat chargé de l’environnement bénéficiera d’un traitement préférentiel par la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) pour la diffusion de spots publicitaires relatifs à l’environnement.

Dans ce sens, M. Laaraj a souligné l’existence d’une nouvelle vision intégrée et globale de l’environnement et d’une politique publique claire, notant que le secteur de la culture et de la communication vise à travers la signature de cette convention à donner une dynamique nouvelle au développement durable dans le domaine de l’environnement.

Il a également rappelé que la circulaire relative aux principes de l’administration écologiquement responsable, signée entre la Secrétaire d’Etat chargé du Développement durable et le ministre délégué chargé de la réforme de l’Administration et de la fonction publique, Mohamed Benabdelkader, prévoit de mettre en place des programmes sectoriels portant sur des mesures pratiques pour la préservation de l’environnement.

Parmi ces mesures, figurent l’encouragement à utiliser les énergies renouvelables et les technologies de l’efficacité énergétique pour lutter contre toutes les formes de gaspillage d’énergie, en utilisant les panneaux photovoltaïques dans la production électrique, la substitution des ampoules ordinaires par des ampoules économiques, l’adoption d’un « système de détection énergétique », l’encouragement de l’usage de l’administration électronique et l’adoption d’un système automatique pour éteindre les ordinateurs durant la nuit, les weekends et les jours fériés.

Parmi ces mesures, figurent également l’entretien du parc auto de transport du personnel, en l’équipant de dispositifs qui respectent l’environnement, la formation des conducteurs en matière de conduite écologique, la rationalisation de l’usage des eaux, la réduction de la consommation du papier et l’adoption de critères écologiques dans les commandes et les achats de l’administration.

Pour sa part, M. Benabdelkader a relevé dans une déclaration à la MAP que cette circulaire est dédiée aux différents secteurs gouvernementaux pour l’introduction du concept de « responsabilité écologique ».

Cette circulaire repose sur deux principes, à savoir « la responsabilité écologique au sein de l’administration » et « l’exemplarité ».

Le premier principe intègre l’approche écologique et le développement durable, de façon à introduire la dimension écologique dans toutes transactions et dépenses publiques, tandis que le deuxième principe requiert que l’administration publique chargée de la mise en place de politiques publiques  donne l’exemple à tous les acteurs et citoyens en matière de préservation de l’environnement, explique le ministre.

Cette rencontre a été également marquée par la projection d’un spot écologique, le lancement d’une campagne de sensibilisation sur le climat et la remise des prix aux clubs écologiques gagnants, dans le cadre du projet « Co-production de la propreté ».

Voir Aussi