ActualitésLa ville de Nancy implique les habitants à la question du développement durable en vue de palier…

Actualités

La ville d'Ifrane (1650 m d’altitude) se retrouvait, dimanche (19/12/16), à l'instar d’autres petites localités avoisinantes, revêtue d'un impressionnant manteau de neige couvrant soigneusement ses allées, ses cèdres et ses chalets aux toits de tuiles rouges.
12 Juil

La ville de Nancy implique les habitants à la question du développement durable en vue de palier aux enjeux écologiques à l’horizon 2030

Paris – La ville de Nancy (nord-est de la France) a lancé, depuis près d’un mois, une grande consultation sur internet par laquelle elle invite les habitants à proposer des idées qui lui permettrait de rattraper son retard en terme de développement durable et offrir aux nancéiens une ville plus en phase avec les enjeux écologiques à l’horizon 2030.

Il s’agit en l’occurrence de recueillir les réponses des citoyens sur un certain nombre de questions, notamment : Quelle mode de déplacements préfèrent-ils ? Faut-il plus de verdure ? Comment mieux gérer, mais aussi réduire les déchets ? Comment accéder à une nourriture locale et plus respectueuse de l’environnement ?

Pas moins de 7 thématiques sont abordées : Urbanisme, écomobilité, transition énergétique, transition alimentaire, préservation de la biodiversité, gestion des déchets et fiscalité incitative, indique la chaîne de télévision «France 3» sur son site internet à propos de cette consultation qui se poursuivra jusqu’à la mi-octobre.

La communauté scientifique est également invitée à faire des propositions, précise la même source en rappelant qu’un comité (le COTEN) réunit déjà plusieurs enseignants-chercheurs autour de cette thématique.

Piloté par le vice-président de l’Université de Lorraine, ce comité devait tenir, le 29 juin, sa deuxième réunion afin d’évaluer la faisabilité des différents projets déjà proposés.

Voici par ailleurs le bulletin de l’écologie de l’Europe Occidentale pour la journée du jeudi 12 juillet 2018:
+ + + + + + +
Lisbonne – Une « quantité importante » de poissons morts est apparue sur les plages de Moinhos et Samouco, à Alcochete, dans le district de Setúbal, ce qui arrive pour la deuxième fois cette année, a indiqué la municipalité, citée par l’agence Lusa.

« Il y avait des poissons morts en quantité très importante sur la plage de Moinhos, à Alcochete, et en moindre quantité sur la plage de Samouco », a expliqué le président de la municipalité, Fernando Pinto.

Le maire a ajouté qu’ »au début de l’année, la même chose s’est produite », même si elle était en plus petites quantités.

En plus du poisson mort, Fernando Pinto a souligné l’apparition de « mousses inhabituelles » sur les plages de la région.

Bien que les causes ne soient pas encore claires, le président a déclaré que « selon des témoignages », cela peut être attribué à un présumé « déversement au nord du Tage ».

Afin de déterminer les causes de ce phénomène, la municipalité a alerté le Service de protection de la nature et de l’environnement de la gendarmerie, l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts et l’Agence portugaise pour l’environnement.

+ + + + + + +
Bruxelles – La cellule fédérale « Inspection Espèces », créée l’année dernière pour surveiller le commerce de bois et d’espèces menacées en Belgique, a traité 160 dossiers d’octobre 2017 à mai 2018, a indiqué la ministre de l’Environnement, Marie-Christine Marghem qui dressait cette semaine le bilan de cette instance.

Dotée de six inspecteurs et de deux contrôleuses, cette cellule a saisi au cours de cette période 121 spécimens, dont des défenses d’éléphants, des animaux naturalisés, du corail ou encore des rapaces et des perroquets vivants, a précisé Marghem en se félicitant de l’engagement de ses services qui « a permis d’augmenter les contrôles et de contribuer efficacement à la sauvegarde des espèces menacées ».

Au total, 57 procès-verbaux d’infractions ont été dressés et portés devant les tribunaux.

Les inspecteurs environnementaux de la cellule ont notamment renforcé leurs contrôles pour lutter contre le commerce de bois illégal en Belgique. En vertu d’un règlement européen de 2013, les entreprises qui souhaitent commercialiser du bois doivent appliquer le principe de la diligence raisonnée, ce qui les oblige à rassembler un maximum d’informations administratives sur les lots qu’elles achètent et à évaluer le risque que du bois illégal entre dans leur chaîne d’approvisionnement.

+ + + + + + +
Madrid – La ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, a déclaré mercredi au Congrès députés que « le diesel avait ses jours comptés », ajoutant que son « son impact sur les particules et l’air que nous respirons est assez important pour nous pousser à envisager à un processus d’abandon » de cet source d’énergie.

Elle a souligné que ce processus doit être accompagné « d’installations qui nous permettent de changer le modèle de vie que nous suivons et aussi le modèle de nos véhicules privés ».

La ministre espagnole a fait observer que le prix d’achat d’une voiture d’une catégorie ou d’une autre ne reflète pas le coût réel de l’impact qu’elle a sur l’environnement.

+ + + + + + +

– La transition vers une mobilité basée sur les énergies propres dans les transports pourrait conduire à une réduction des émissions actuelles de CO2 des voitures particulières de 27,8% d’ici 2030 et de 91,6% d’ici 2050.

Il s’agit de la principale conclusion d’une étude du cabinet de conseil « Cambridge Econometrics », présentée à Madrid dans le cadre de la Conférence sur la décarbonisation dans le secteur des transports, organisée par la Fédération européenne de Transport et d’environnement.

Ce travail décrit des scénarios, contrastés avec des degrés divers, de la mobilité durable, la situation actuelle de l’industrie des véhicules hybrides et électriques, ainsi que le développement des voitures à l’hydrogène.

Voir Aussi