ActualitésAgadir: les acteurs non-étatiques de l’agenda climat font l’état des lieux avant la COP23

Actualités

Agadir - acteurs non-étatiques font l'état des lieux avant la COP23 -M-
12 Sep

Agadir: les acteurs non-étatiques de l’agenda climat font l’état des lieux avant la COP23

Agadir – Les acteurs non-étatiques de quelque 80 pays ont poursuivi, mardi à Agadir, leurs délibérations sur l’état des lieux de l’action climatique mondiale, deux ans après l’accord de Paris, et du chemin à parcourir avant la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP23) en novembre prochain.

Des enjeux prioritaires, tels le financement de l’action, la convergence de l’agenda climat et du développement, la collaboration entre Etat et acteurs non-étatiques, et l’approche territoriale ont été, entre autres, au coeur des débats des différentes sessions plénières, ateliers et événements parallèles de la deuxième édition du sommet Climate Chance.

Comme à la COP22 à Marrakech, le sommet d’Agadir a conféré une place prioritaires aux enjeux propres à l’Afrique et à ses différents acteurs non étatiques: ONG, secteur privé et collectivités locales.

Au cours d’un atelier sur les villes africaines face au défi climatique, l’accent a été ainsi mis sur le poids de ce phénomène au niveau des centres urbains du continent, lequel vient exacerber des problématiques socio-économiques déjà sensibles.

Dans ce sens, le sommet a permis de mettre en exergue des initiatives ambitieuses à l’échelle continentale, tout en posant nombre de questions pressantes pour les villes comme les stratégies à adopter pour accroitre la capacité d’adaptation et l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, et les moyens de concilier les priorités du développement immédiat et besoins à long terme en matière de résilience.

D’autres volets aussi pressants comme la migration et le changement climatique, ainsi des initiatives ambitieuses lancées au cour de la COP 22 comme le partenariat de Marrakech pour l’Action climat, « la Ceinture bleue » de protection des écosystèmes marins, ou encore la proposition « oasis durable » ont également occupé les discussions des différents panels.

Se voulant résolument tournée vers le progrès de l’action, cette messe internationale entend, selon les organisateurs, servir d’occasion pour « démontrer collectivement que c’est bien par le renforcement et la généralisation des actions concrètes que se concrétiseront les objectifs de la lutte contre le changement climatique ».

Ce nouvel appel urgent à l’action est le leitmotiv qui revient de la part des différents participants, issus des pays du nord comme du sud, à deux mois du rendez-vous majeur de la COP23 en Allemagne.

 

Voir Aussi